Rivière Péribonka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un cours d’eau image illustrant le Québec image illustrant le Saguenay–Lac-Saint-Jean
Cet article est une ébauche concernant un cours d’eau, le Québec et le Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Péribonka (homonymie)
Rivière Péribonka
Illustration
Caractéristiques
Longueur 547 km [1]
Bassin 26 936 km2 [1]
Bassin collecteur Fleuve Saint-Laurent
Débit moyen 589 m3/s [1]
Régime nivo-pluvial
Cours
Source à l'ouest des Monts Otish
· Altitude 800 m
· Coordonnées 52° 16′ 17″ N, 70° 48′ 38″ O
Embouchure Lac Saint-Jean
· Altitude 98 m
· Coordonnées 48° 44′ 49″ N, 72° 06′ 13″ O
Géographie
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Régions traversées Drapeau : Québec Québec

La rivière Péribonka est une rivière du Québec (Canada), dont le nom dérive du montagnais pelipaukau, rivière creusant dans le sable, où le sable se déplace. Elle est située dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, au Québec. Elle se jette au nord du lac Saint-Jean à l'extrémité de la pointe Taillon et est un des principaux cours d'eau qui l'alimente.

Le village de Péribonka se trouve sur le bord de cette rivière, tout près du lac Saint-Jean.

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière est d'une longueur de 547 km[1].

Hydroélectricité[modifier | modifier le code]

Sur cette rivière, on retrouve quatre centrales hydroélectriques. Parmi elles, trois sont privées et appartiennent à Rio Tinto Alcan[2] :

  • Chute-du-diable (1952)
  • Chute à la Savane (1953)
  • Chute des passes (1959)

La société publique Hydro-Québec a aménagé une centrale sur le cours d'eau, la centrale de la Péribonka[3], à la confluence avec la rivière Manouane. La centrale est d'une capacité de 385 MW.

Accès routier[modifier | modifier le code]

Le chemin des Passes-Dangereuses suit la rivière et permet d'y avoir accès.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette rivière a un caractère historique puisque les Montagnais de la région la remontaient en canoé. De la coupe forestière s'y fait depuis très longtemps. De plus, le roman Maria Chapdelaine écrit par Louis Hémon se déroule sur le bord de cette rivière.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d [PDF](fr)« Liste des rivières du Québec par ordre alphabétique », sur www.bape.gouv.qc.ca (consulté en 28 février 2015=)
  2. Source Energie Alcan
  3. Hydro-Québec. aménagement hydroélectrique de la Péribonka. Page consultée le 19 mars 2009.