Reinhold Messner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Messner.
Reinhold Messner
Description de cette image, également commentée ci-après

Reinhold Messner en 2009

Biographie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italie
Naissance (71 ans),
Bressanone, Tyrol du Sud, Italie
Carrière
Discipline(s) Alpinisme
Plus haut sommet Everest
Autre(s) activité(s) Écrivain, député européen élu en 1999 (Fédération des Verts)

Sept Sommets

14 sommets de plus de 8 000 mètres

Piolets d'or

Reinhold Messner, né le à Bressanone dans le Tyrol du Sud, est un alpiniste italien, considéré par beaucoup comme l'un des meilleurs du XXe siècle[1]. Grand défenseur du style alpin et pourfendeur du style expédition, il est notamment connu pour avoir réalisé la première ascension de l'Everest sans apport d'oxygène avec Peter Habeler, en mai 1978, puis en solitaire à nouveau sans oxygène, en août 1980. Il est en outre le premier à avoir gravi les quatorze sommets de plus de 8 000 mètres, en octobre 1986, et le deuxième à avoir atteint les points culminants des sept continents, en décembre de la même année.

À partir de cette date, il espace ses ascensions et s'adonne pendant vingt ans à la randonnée pédestre de façon intensive (trekking), ce qui l'amène à traverser de grandes zones désertiques aux conditions climatiques parfois extrêmes. Son intérêt pour la nature le conduit également à être élu député européen de 1999 à 2004, sous l'étiquette des Verts.

Il consacre dès lors l'essentiel de son temps à la création de musées relatifs à l'alpinisme et à la haute montagne, à l'écriture, avec une soixantaine d'ouvrages à son actif, et à des conférences.

Jeunesse et débuts en amateur[modifier | modifier le code]

Reinhold Messner naît le à Bressanone, dans la province autonome de Bolzano au Trentin-Haut-Adige en Italie. Il a huit frères et une sœur. Sa langue maternelle est l'allemand et il apprend à parler couramment l'italien[2]. Il grandit à Funes et passe sa jeunesse à arpenter les Alpes, ce qui le mène à éprouver une grande admiration pour les Dolomites. Son père, Josef, enseignant, se montre strict ; c'est lui qui le mène à son premier sommet, le Sass Rigais, à l'âge de cinq ans. Entre six et dix ans, il réalise cinq cents ascensions dans les Alpes orientales[3].

Dès les années 1960, avec ses frères Günther et Hubert, il est considéré l'un des meilleurs grimpeurs d'Europe[4]. Inspiré par Hermann Buhl[5] et par Walter Bonatti[6], il devient l'un des premiers et plus ardents défenseurs du style alpin dans l'Himalaya. Il considère en effet que la pratique habituelle de l'alpinisme, qu'il qualifie de « tactique du siège », est irrespectueuse de la nature et de la montagne. En 1966 et 1968, il fait l'ascension des Grandes Jorasses et de l'Eiger, par leurs faces nord, qui sont les sites réputés les plus difficiles d'accès des Alpes avec le Cervin. En 1969, il atteint le mont Blanc par le pilier du Frêney et effectue au Pérou sa première expédition extra-européenne.

Le , son frère décède dans la descente du Nanga Parbat, deux jours après avoir ouvert une nouvelle voie et atteint le sommet. Reinhold est amputé de six orteils[4] et se voit fortement critiqué pour n'avoir pas rebroussé chemin alors que Gunther l'avait rejoint en dépit des consignes[7]. Le film Nanga Parbat, réalisé en 2010 par Joseph Vilsmaier, est basé sur son récit des événements[8]. L'année suivante, il repart chercher le corps de son frère mais celui-ci ne sera retrouvé qu'en 2005. C'est à cette époque, alors qu'il se considérait comme un spécialiste de l'escalade, qu'il devient alpiniste professionnel.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Reinhold Messner a accompli de nombreuses « premières », notamment l'ascension du « toit du monde » sans l'aide de l'oxygène en 1978 (avec Peter Habeler), l'Everest en solitaire en 1980, les 14 sommets de plus de 8 000 mètres (tous sans oxygène), les Sept sommets, c’est-à-dire les points culminants des sept continents (Amérique du Nord, Amérique du Sud, Afrique, Europe, Asie, Antarctique et Océanie).

Premier alpiniste ayant insisté sur l'importance d'une préparation stricte (sports d'endurance, alimentation) avant d'aller affronter les hautes altitudes, son palmarès est impressionnant.

Principales ascensions[modifier | modifier le code]

La face nord de l'Eiger
  • 1970 : première ascension du Nanga Parbat (8 126 m) par le versant du Rupal, le plus difficile, avec son frère Günther Messner. Lors de la descente, celui-ci meurt et Reinhold perd plusieurs orteils.
  • 1971 : ascension du Puncak Jaya (4 884 m).
  • 1972
    • première ascension du Manaslu (8 156 m) par la face sud ; deux de ses coéquipiers meurent dans l'expédition.
    • ascension du Nowshak (7 492 m).
  • 1973
    • première ascension du Monte Pelmo (3 168 m) par la face nord-ouest.
    • première ascension de la Marmolada (3 342 m) par le pilier ouest.
  • 1974
    • ouverture d'une nouvelle voie sur la face sud de l'Aconcagua (6 960 m).
    • ascension de la face nord de l'Eiger (Suisse, 3 970 m) en seulement dix heures.
  • 1975 : première ascension en style alpin du Gasherbrum I (8 068 m).
  • 1976 : ascension du mont McKinley (6 190 m).
  • 1978
    • première ascension du Kilimandjaro (5 893 m) par le Breach Wall.
    • première ascension avec Peter Habeler du mont Everest (8 848 m) sans oxygène. Cet exploit était auparavant considéré comme physiologiquement impossible pour un être humain à cause de l'altitude.
    • ascension du Nanga Parbat en solo. Il devient à cette occasion le premier homme à avoir escaladé un 8 000 de son pied jusqu'à son sommet d'une seule traite. Pour réaliser cet exploit, il emprunta le versant du Diamir, en choisissant tant pour la montée que pour la descente une voie nouvelle. Au camp de base, il n'avait l'assistance que d'un médecin et d'un officier de liaison.
  • 1979 : première ascension du K2 en style semi-alpin.
  • 1980 : première ascension de l'Everest en solitaire.
  • 1981
  • 1982
    • ascension du Kangchenjunga (8 598 m).
    • ascension du Gasherbrum II (8 035 m).
    • ascension du Broad Peak (8 047 m). Il est ainsi le premier homme à gravir trois sommets de plus de 8 000 m en une même saison.
  • 1983 : ascension du Cho Oyu (8 201 m), après avoir échoué une première fois l'année précédente.
  • 1984 : ascension du Gasherbrum I puis du Gasherbrum II sans retour au camp de base. C'est la première fois qu'on enchaîne ainsi deux sommets de plus de 8 000 m.
  • 1985
    • première ascension de l'Annapurna (8 091 m) par la face nord-ouest.
    • ascension du Dhaulagiri (8 167 m).
  • 1986
  • 1992 : ascension du Chimborazo (6 310 m).

Les 14 8 000[modifier | modifier le code]

Reinhold Messner est le premier homme à avoir conquis l'ensemble des 8 000, tous situés dans la chaîne de l'Himalaya.

Année Montagne Remarque
1970 Nanga Parbat (8 125 m) Mort de son frère Günther dans l'expédition
1972 Manaslu (8 163 m) Mort de Franz Jäger et Andreas Schlick (de)
1975 Gasherbrum I (8 080 m) Avec Peter Habeler
1978 Everest (8 848 m) Avec Peter Habeler, pour la première fois sans oxygène
1979 K2 (8 611 m) Avec Michael Dacher (de)
1981 Shishapangma (8 027 m) Avec Gottfried Mutschlechner (de)
1982 Kangchenjunga (8 586 m)
Gasherbrum II (8 034 m)
Broad Peak (8 051 m)
Avec Friedl Mutschlechner
Avec Nazir Sabir (en) et Sher Khan
Avec Nazir Sabir et Sher Kahn
1983 Cho Oyu (8 188 m) Avec Michael Dacher et Hans Kammerlander
1985 Annapurna (8 091 m)
Dhaulagiri (8 167 m)
Avec Hans Kammerlander
Avec Hans Kammerlander
1986 Makalu (8 485 m)
Lhotse (8 516 m)
Avec Gottfried Mutschlechner et Hans Kammerlander
Avec Hans Kammerlander

Les sept sommets[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1980, un alpiniste amateur, l'homme d'affaires américain Richard Bass, établit une liste des montagnes les plus élevées de chacun des sept continents : les sept sommets. Cette liste comprend l'Everest en Asie, l'Aconcagua en Amérique du Sud, le Denali (ou mont McKinley) en Amérique du Nord, le Kilimandjaro en Afrique, l'Elbrouz en Europe, le massif Vinson en Antarctique et le mont Kosciuszko en Australie. Bass ayant lancé le défi de les atteindre tous, il remporte celui-ci le 30 avril 1985 en gravissant l'Everest au cours d'une expédition.

Messner propose alors une seconde liste : il remplace le mont Kosciuszko, à 2 228 m d'altitude et assez facilement accessible, par le Puncak Jaya, situé en Nouvelle Guinée, culminant à 4 884 m et difficile d'accès. Son défi est remporté le 7 mai 1986 par le Canadien Patrick Morrow, suivi par Messner lui-même, en décembre de la même année.

Année Montagne Remarque
1971 Puncak Jaya (4 884 m)
1974 Aconcagua (6 960 m)
1976 Mont McKinley (6 190 m) Avec Ostwald Oelz (de)
1978 Kilimandjaro (5 893 m) Avec Konrad Renzler
1978 Everest (8 848 m) Avec Peter Habeler, sans oxygène
1983 Elbrouz (5 642 m)
1986 Massif Vinson (4 897 m) Avec Ostwald Oelz et Wolfgang Thomaseth

Expéditions pédestres[modifier | modifier le code]

Quadragénaire au milieu des années 1980 et détenteur de nombreux records en montagne, Messner limite le nombre de ses ascensions et entreprend pendant vingt ans une série d'expéditions pédestres.

En 1986, ayant traversé le Tibet oriental du Kham à Lhassa, il prétend avoir vu une créature anthropomorphe qu'il associe au yéti[9]. En 1987, il traverse à pied de grandes étendues du Bhoutan et du Pamir. En 1988, malgré les moqueries, il entreprend une expédition au Tibet sur les traces du yéti, qu'il affirme avoir aperçu deux ans plus tôt. Au terme de l'expédition, il conclut que la légende de « l'abominable homme des neiges » provient d'un véritable animal qui terrifierait les populations locales depuis des générations et qui, selon lui, serait apparenté à l'Ours bleu du Tibet[10]. Cette théorie n'est pas du goût de la communauté cryptozoologique.

En 1989-1990, il réalise la traversée de l'Antarctique (départ de Patriot Hills, arrivée à Mac Murdo en passant par le pôle) avec Arved Fuchs en 92 jours (2 400 km) en tirant eux-mêmes des traîneaux.

En 1991, il traverse le Bhoutan d'est en ouest. En 1992, il traverse le désert du Taklamakan dans la région du Xinjiang, au Nord-Ouest de la Chine.

En 1993, il traverse le Groenland d'est en ouest (2 200 km) avec son frère Hubert. En 1995, il traverse la côte arctique, de la Sibérie au Canada.

En 1997, il réalise une expédition dans le Kham (Tibet). En 1998, il effectue des expéditions dans l'Altaï (Mongolie) et dans la puna (Argentine).

En 2000, il traverse la Géorgie du Sud.

En 2003, il réalise un trekking dans la région du mont Everest. En 2004, il effectue la traversée du désert de Gobi (2 000 km). En 2005, il réalise de nouvelles excursions en Mongolie et au Pakistan.

Autres activités[modifier | modifier le code]

De 1999 à 2004, Reinhold Messner a été élu au Parlement européen sur la liste Verts/alliance libre européenne, groupe présidé par Daniel Cohn-Bendit. Il relate cette expérience dans son livre, Le Sur-Vivant[11].

Depuis 2003, il se consacre au projet de la réalisation d'un ensemble de musées relatifs à la montagne (les MMM, Messner Mountain Museums). Plusieurs sont aujourd'hui ouverts (à Bolzano, Sulden, etc.)

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Reinhold Messner: On top of the world », The Independent, 13 juin 2006
  2. (en) Extrem Europa, Live, no 3, Vienne, 1er février 2008, page 16
  3. Reinhold Messner, Ma voie. Bilan d'un explorateur de limites, Flammarion, 2013
  4. a et b (en) Caroline Alexander, « Murdering the Impossible », National Geographic, novembre 2006
  5. Reinhold Messner et Horst Höffler, Hermann Buhl ou l'invention de l'alpinisme moderne, Glénat, 2005
  6. Reinhold Messner, Walter Bonatti, mon frère de cœur, Guérin, 2014
  7. (en) Christopher Rhoads, The controversy surrounding Reinhold Messner, The Wall Street Journal, 11 décembre 2003
  8. (en) Kate Connolly, Nanga Parbat film restarts row over Messner brothers' fatal climb, The Guardian, Londres, 19 janvier 2010
  9. (de) Reinhold Messner, Yeti – Legende und Wirklichkeit, Francfort, S. Fischer, 1998 (ISBN 3-596-14737-9).
  10. Reinhold Messner, Le yéti. Du mythe à la réalité, Glénat, 2000.
  11. Reinhold Messner, Le Sur-Vivant, Glénat, 2015

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Caroline Alexander, « On a tué l'impossible », National Geographic France, no 86, novembre 2006.
  • Jean-Georges Inca, La cordée émotionnelle (ISBN 9782951742802) : nées de la rencontre du peintre Jean-George Inca et de l'alpiniste-himalayiste Reinhold Messner, les toiles de la collection himalayenne présentées dans cet ouvrage montrent comment le peintre s'est identifié toile après toile au parcours de Messner dans ses écrits.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]