Piolets d'or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Piolets d'or
Prix remis Piolet d'or
Description Récompenses d'alpinistes (pour expéditions ou carrière)
Organisateur Groupe de haute montagne
Pays Drapeau de la France France
Date de création 2009
Site officiel http://www.pioletsdor.net

Les Piolets d'or sont une manifestation annuelle valorisant des ascensions alpines exceptionnelles réalisées l'année précédente. Ces distinctions sont décernées depuis 2009 par le Groupe de haute montagne (GHM) et des magazines français spécialisés dont Montagnes Magazine et Vertical, puis par le GHM uniquement à partir de 2016. L'organisation des Piolets d'or est financée par des partenariats privés et des institutions publiques françaises liées à la montagne.

Créé en 1992, l'attribution du Piolet d'or (une seule ascension est alors accordée annuellement) voient naitre au fil des années diverses controverses, en raison de la difficulté de juger l'excellence des réalisations en alpinisme ou l'éthique du « respect de la montagne »[1]. Elles provoqueront sa disparition en 2008 et la création l'année suivante en 2009, d'une nouvelle manifestation, Les Piolets d'or, qui peuvent récompenser une même année diverses ascensions.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'idée d'un prix annuel apparait en France au début des années 1990, comme un moyen de promouvoir les expéditions d'alpinisme auprès des médias et de potentiels sponsors. Contrairement aux années 1980, la couverture médiatique s'était restreinte à quelques célèbres alpinistes internationaux et de nombreux alpinistes français ne parvenaient plus à trouver de financements (privés ou publics) pour leurs projets d'expédition[2]. C'est ainsi que Jean-Claude Marmier (1943-2014), alors président du Groupe de haute montagne (GHM), et Guy Chaumereuil, alors rédacteur en chef de Montagnes Magazine, organisent le premier Piolet d'or[2], en référence au piolet, l'outil des alpinistes.

Un jury, généralement composé d'alpinistes de haut niveau et de journalistes spécialisés, est responsable de la sélection des ascensions retenues pour participer à l'événement.

Les méthodes d'attribution des Piolets d'or étaient présentées ainsi en 2010 :

« La sélection des lauréats potentiels, ainsi que les conditions d’attribution du trophée obéissent à une éthique stricte, qui est dans la droite ligne des valeurs fondatrices du GHM. Haut niveau technique, engagement constituent certainement les principaux critères auxquels les membres du Groupe éprouvent tant d’attachement. L’originalité dans le choix de l’objectif, le caractère novateur dans la manière de conduire une ascension sont également des éléments d’appréciation importants. La pratique de l’alpinisme est en effet en perpétuelle évolution, et cette dimension ne doit pas être oubliée. C’est par la transgression de certaines étapes qui furent considérées comme infranchissables que les mentalités ont évolué, et que des ascensions réputées impossibles sont devenues courantes… Le respect des montagnes qui nous entourent, la beauté du geste et l’esprit dans lesquels on les gravit sont ainsi devenus une des conditions primordiales dans l’attribution du prix. On ne peut en effet léguer aux générations futures de sommets meurtris au nom d’une éthique alpine dévastatrice sans altérer profondément l’esprit même de cette activité. »

— Yves Peysson, président du GHM[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Piolet d'or[modifier | modifier le code]

Le piolet d'or récompense une ascension réalisée l'année précédente

Piolets d'or[modifier | modifier le code]

Les piolets d'or récompensent des ascensions réalisées l'année précédente

2009

  • Ueli Steck et Simon Anthamatten pour la première ascension en style alpin de la face Nord du Tengkampoche (6 500 m), dans la vallée du Khumbu au Népal
  • Kazuya Hiraide et Kei Taniguchi pour la première ascension de la face Sud-Ouest du Kamet (7 756 m), en Inde, en style alpin
  • Fumitaka Ichimura, Yusuke Sato et Kazuki Amano pour une voie nouvelle en face Nord du Kalanka (6 931 m) en Inde

2010

  • Denis Urubko et Boris Dedeshko (Kazakhstan), pour une nouvelle voie directe (2 600 m, M6, 6b, A2/A3) en face Sud-Est du Cho Oyu (8 201 m), au Népal, du 11 au [4]
  • Jed Brown, Kyle Dempster (États-Unis) et Bruce Normand (Écosse), pour la première ascension de la face Nord (The Great White Jade Heist, 2 650 m, glace 5, rocher 5, mixte M6) du Xuelian Ouest (6 422 m), sommet vierge du Tien Shan chinois du 26 au [4]
  • prix lycée : lycée Pierre Béghin de Moirans (« Sur les traces de Pierre Béghin »), pour une expédition réalisée au Népal et les actions envers les jeunes et la montagne[5]
  • prix association : « En passant par la montagne » pour des actions menées envers les jeunes[6]

2011

  • Yasushi Okada et Katsutaka Yokoyama pour l'ascension d’une nouvelle voie de 2 500 m dans la face Sud-Est du Mont Logan (5 959 m) au Canada[7]
  • Sean Villanueva, Nicolas et Olivier Favresse et Ben Ditto pour l'ouverture de neuf nouvelles voies dans les big walls du Cap Farvel sur la côté Sud et Ouest du Groenland[7]
  • prix lycée : lycée Jean Monnet d'Annemasse, pour leur ascension du Mont-Blanc, dans le cadre d'un projet sportif et scientifique préparé durant l'année scolaire 2009-2010 avec 17 jeunes et leurs professeurs[8]
  • prix association : la FFME pour l'opération « 50 jeunes, 50 alpinistes » qui aide les jeunes à s'initier à l'alpinisme et la FFCAM pour le label « école d'aventure » qui encourage le développement d'activités pour les jeunes au sein des clubs[8]

2012

2013

  • Pilier Sud du Kyashar (Nepal), par Tatsuya Aoki, Yasuhiro Hanatani et Hiroyoshi Manome
  • Proue de Shiva (Inde) par Mick Fowler and Paul Ramsden
  • Eperon noord-est de la Tour de Mustagh (Pakistan), par Dmitry Golovchenko, Alexander Lange et Sergey Nilov
  • Arête sud-est et face sud du Baintha Brakk (Pakistan), par Hayden Kennedy et Kyle Dempster
  • face sud-ouest du Kamet (Inde), par Sébastien Bohin, Didier Jourdain, Sébastien Moatti et Sébastien Ratel
  • Arête Mazeno au Nanga Parbat (Pakistan), par Sandy Allan et Rick Allen.

2014

  • Ueli Steck pour son solo dans la face sud de l'Annapurna.
  • Ian Welsted, Raphael Slawinski pour K6 West North West Face.

2015

  • Thamserku par Aleksander Gukov et Aleksey Lonchinskiy (Russie)
  • Hagshu par Ales Cesen, Luka Lindic et Marko Prezelj (Slovénie)
  • Traverse du Fitz Roy, par Tommy Caldwell et Alex Honnold (États-Unis)

2016[11]

2017[12]

2018[13]

2019[14]

Ces deux récompenses ont été décernées à titre posthume, les deux lauréats s'étant tués avec Jess Roskelley dans la descente du Howse Peak en .

  • Deuxième ascension du Latok 1 (7 145 m) au Pakistan en ouvrant une voie par l'arête nord et les faces nord et sud, par Ales Cesen, Luka Strazar et Tom Livingstone.

2020[15]

  • Première de la face ouest du Chamlang (7 321 m) au Népal, voie "UFO Line", par Marek Holeček et Zdeněk Hák.
  • Première du Link Sar (7 041 m)au Pakistan par Mark Richey, Steve Swenson, Chris Wright et Graham Zimmerman.
  • Première de la face sud-est et arête ouest du Rakaposhi (7 788 m) au Pakistan par Kazuya Hiraide et Kenro Nakajima.
  • Ouverture de "Release the kraken" dans la face ouest du Tengi Ragi Tau (6 938 m) au Népal par Tino Villanueva et Alan Rousseau. C'était aussi la deuxième ascension de ce sommet et la première en style alpin.

Piolets d'or Carrière[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Montagnes Mag et Vertical quittent les Piolets D'Or », sur Montagnes Magazine : actu montagne, Himalaya et test de matériel d’alpinisme, ski rando et de randonnée (consulté le 7 septembre 2020).
  2. a et b http://www.alpinist.com/doc/ALP18/newswire-controversy-piolet-d'or
  3. Montagnes Magazine, janvier 2000
  4. a et b Les lauréats des 18es Piolets d’Or sont...
  5. Le piolet d'or pour des lycéens de Moirans, France Bleu Isère
  6. Un prix « Association » pour des actions envers les jeunes !
  7. a et b « Les lauréats des 19e Piolets d’Or sont ... », sur www.pioletsdor.com, (consulté le 7 décembre 2011)
  8. a et b « Les Piolets jeunes 2011 : 9-10 avril 2011 », sur www.pioletsdor.com, (consulté le 7 décembre 2011)
  9. a b et c « Palmarès 2012 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  10. Montagne magazine' numéro 238 dans l'article Les XXe Piolets d'or ont honoré le style alpin pur page 12
  11. 2016 Honoured ascents
  12. [1]
  13. « Piolets d'Or Press Release July 2018 »
  14. « Piolets d'Or - Ascensions lauréates 2019 », sur www.pioletsdor.net (consulté le 21 novembre 2020)
  15. Montagnes, « Piolets d'Or 2020 : les 7 000 à l'honneur, Catherine Destivelle pour la carrière », sur Montagnes Magazine : actu montagne, Himalaya et test de matériel d’alpinisme, ski rando et de randonnée (consulté le 21 novembre 2020)
  16. a b c et d « Piolets d'or carrière »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  17. « Le cinquième Piolet d’Or carrière sera attribué cette année à Kurt Diemberger. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur pioletsdor.com
  18. « 6e Piolet d’Or carrière « Prix Walter Bonatti » »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur pioletsdor.com
  19. 2016 - Wojciech Kurtyka at pioletsdor.net
  20. [2]
  21. Dorine Besson, « Catherine Destivelle Première de cordée », L'Equipe,‎ , p. 31.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]