Gasherbrum I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gasherbrum I
Vue du Gasherbrum I en septembre 2001.
Vue du Gasherbrum I en septembre 2001.
Géographie
Altitude 8 068 m
Massif Gasherbrum (Baltoro Muztagh, Karakoram)
Coordonnées 35° 43′ 15″ nord, 76° 42′ 35″ est
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Drapeau du Pakistan Pakistan
Région autonome
Zone
Xinjiang
Gilgit-Baltistan
Préfecture
District
Kachgar
Shigar
Ascension
Première par Nicholas Clinch, Pete Schoening et Andy Kauffman
Géolocalisation sur la carte : Xinjiang
(Voir situation sur carte : Xinjiang)
Gasherbrum I
Géolocalisation sur la carte : Pakistan
(Voir situation sur carte : Pakistan)
Gasherbrum I
Géolocalisation sur la carte : Chine
(Voir situation sur carte : Chine)
Gasherbrum I

Le Gasherbrum I est le onzième plus haut sommet du monde. Il est aussi appelé K5 ou Hidden Peak. Le Gasherbrum I fait partie du Gasherbrum situé dans le Karakoram.

Gasherbrum I fut baptisé K5 (signifiant cinquième pic du Karakoram) par Thomas George Montgomerie en 1856 quand il reconnut les pics du Karakoram pour la première fois. En 1892, William Martin Conway fournit un autre nom, Hidden Peak, en référence à son extrême éloignement.

Ascensions[modifier | modifier le code]

Expédition française de 1936[modifier | modifier le code]

Le , après deux mois d’un voyage épique[1] dans les Indes britanniques, l’expédition installe enfin son camp de base. Plusieurs centaines de porteurs ont contribué à acheminer tout le matériel nécessaire jusqu’aux confins de la vallée du Baltoro. Henry de Ségogne, qui dirige l’expédition, choisit l’emplacement d’un camp de base avancé, plus près de la paroi. Les camps d’altitude suivent à un rythme assez soutenu. Si bien que le , un camp V est installé à presque 6 900 mètres. Mais la mousson semble en avance et les prévisions qui arrivent au camp de base sont formelles : le mauvais temps s’installe. Pierre Allain et Jean Leininger forment le groupe de tête qui veut continuer. Mais les alpinistes s’inclinent finalement devant la météo et le chef de l’expédition qui compte bien rentrer avec son équipe complète[2]. À l'époque cependant, personne n'est allé aussi haut sur cette montagne. Début juillet, les alpinistes plient bagages, il est temps de rentrer en France.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arnaud P, « 1936 : la première expédition française en Himalaya tourne court ! », sur Altitude News, (consulté le 18 novembre 2019)
  2. Gilles Modica, Himalayistes, à la conquête de l'altitude, Grenoble, Glénat, , 225 p. (ISBN 978-2-7234-6243-3), p. La première expédition française en Himalaya : Hidden Peak 1936