Reiner Haseloff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Reiner Haseloff
Reiner Haseloff, en 2014.
Reiner Haseloff, en 2014.
Fonctions
Ministre-président de Saxe-Anhalt
En fonction depuis le
(5 ans 3 mois et 9 jours)
Gouvernement Haseloff I et II
Législature 6e et 7e
Coalition CDU-SPD (2011-16)
CDU-SPD-Grünen (depuis 2016)
Prédécesseur Wolfgang Böhmer
Ministre de l'Économie et du Travail
Ministre-président Wolfgang Böhmer
Gouvernement Böhmer II
Prédécesseur Horst Rehberger
Successeur Birgitta Wolff (Économie)
Norbert Bischoff (Travail)
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Bülzig (RDA)
Parti politique CDU/DDR (1976-1990)
CDU (depuis 1990)
Diplômé de Université Humboldt
Profession Chercheur

Reiner Haseloff
Ministre-présidents de Saxe-Anhalt

Reiner Haseloff, né le à Bülzig, est un homme politique allemand, membre de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU). Il est ministre-président de Saxe-Anhalt depuis le .

Chercheur en Allemagne de l'Est, il est élu local dans l'arrondissement de Wittemberg tout au long des années 1990. Après avoir été nommé secrétaire d'État en , il devient ministre de l'Économie et du Travail de Saxe-Anhalt en . Cinq ans plus tard, il est investi ministre-président du Land, à la tête d'une coalition avec les sociaux-démocrates. En 2016, il conserve le pouvoir avec le soutien d'une alliance avec les sociaux-démocrates et les écologistes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse, formation et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

En 1973, il entreprend des études supérieures de physique à l'université technique de Dresde. Il rejoint l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne de l'Est (CDU/DDR) en 1976 et termine son cursus deux ans plus tard, à l'université Humboldt de Berlin.

Au cours des douze années qui suivent, il travaille comme associé de recherche à l'Institut pour la recherche environnementale de Wittemberg.

Engagement politique à la suite de la réunification[modifier | modifier le code]

L'année 1990 marque le début de son engagement politique réel. Alors qu'il est élu au conseil municipal de Wittemberg et à l'assemblée de l'arrondissement de Wittemberg, il est investi président de l'arrondissement (Beigeordneter), puis préfet adjoint à la suite d'une réforme administrative.

Avec la réunification, qui intervient peu après, il devient membre de la CDU et du comité directeur régional en Saxe-Anhalt.

Il renonce à son mandat municipal dès 1991, année où il passe avec succès son doctorat de physique à l'université Humboldt. Il quitte son mandat exécutif en 1992, lorsqu'il prend le poste de directeur de l'office du travail de Wittemberg. Toutefois, aux élections de 1999, il est réélu conseiller municipal de Wittemberg.

Entrée au gouvernement de Saxe-Anhalt[modifier | modifier le code]

Le , à la suite de la formation d'une coalition noire-jaune au niveau du Land, il est désigné secrétaire d'État au ministère de l'Économie et du Travail, sous l'autorité du libéral Horst Rehberger et doit abandonner tous ses mandats locaux. Il est élu, deux ans plus tard, vice-président régional de la CDU, dont Thomas Webel prend alors la présidence.

À l'occasion des élections régionales du 26 mars 2006, l'effondrement du Parti libéral-démocrate (FDP) conduit le ministre-président Wolfgang Böhmer à se tourner vers le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) et former une grande coalition. Le 24 avril suivant, Reiner Haseloff est nommé ministre de l'Économie et du Travail.

Il fait son entrée, en 2008, au comité directeur fédéral de son parti.

Ministre-président du Land[modifier | modifier le code]

Les élections de 2011 et le premier mandat[modifier | modifier le code]

Affiche électorale de la CDU pour les élections de 2011.

Il est choisi comme chef de file (en allemand : spitzenkandidat) de la CDU pour les élections régionales du 20 mars 2011, lors du congrès régional du , en remplacement de Böhmer. Lors du scrutin, son parti s'impose avec 32,5 % des suffrages, soit un recul de quatre points par rapport à 2006. À cette occasion, il est élu pour la première fois député au Landtag, remportant la vingt-septième circonscription avec 39,9 % des voix, le quatrième meilleur résultat sur un total de quarante-cinq. Il fait alors part de son intention de reconduire l'alliance avec les sociaux-démocrates du ministre des Finances, Jens Bullerjahn[1], qui obtiennent 21,5 % des voix.

Le , Reiner Haseloff est investi ministre-président de Saxe-Anhalt par 57 voix sur 105, à la suite de la reconduction de la coalition CDU-SPD avec Jens Bullerjahn, qui conserve ses postes de vice-ministre-président et ministre des Finances. Il recueille toutefois dix suffrages de moins que le total de sa coalition[2]. C'est la première fois qu'en Saxe-Anhalt, deux ministre-présidents d'un même parti se succèdent à la suite d'élections régionales. En sa qualité de chef du gouvernement régional, il est membre de droit du comité directeur de la CDU de Saxe-Anhalt et renonce donc à sa vice-présidence en 2012.

Les élections de 2016 et la « coalition kényane »[modifier | modifier le code]

Aux élections régionales du , la CDU qu'il conduit à nouveau est une fois encore en tête, se trouvant talonnée par l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) tandis que le SPD s'effondre ; ainsi la coalition au pouvoir perd la majorité parlementaire. Il entreprend alors de discuter avec les sociaux-démocrates et l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen), afin de former une alliance à trois surnommée « coalition kényane » (en allemand : Kenia-Coalition). Les négociations aboutissent positivement le , son investiture pour un second mandat étant ainsi programmée dix jours plus tard[3]. Dans la semaine qui suit la conclusion des discussions, les organes dirigeants de la CDU, du SPD et des Grünen approuvent l'accord de coalition, chaque fois à une forte majorité[4].

Lors du premier tour du vote d'investiture, le au Landtag, il ne reçoit que 41 voix favorables, soit trois de moins que la majorité absolue requise et cinq de moins que le total de sa coalition[5]. Au second tour, organisé une heure plus tard, il l'emporte avec 47 voix sur 87[6].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il est marié depuis 1976, père de deux fils et quatre fois grand-père.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]