Daniel Günther

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Daniel Günther
Illustration.
Daniel Günther, en .
Fonctions
Président du Conseil fédéral allemand
En fonction depuis le
(13 jours)
Prédécesseur Michael Müller
Ministre-président de Schleswig-Holstein
En fonction depuis le
(1 an, 4 mois et 17 jours)
Gouvernement Günther
Législature 19e
Coalition CDU-Grünen-FDP
Prédécesseur Torsten Albig
Biographie
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Kiel (RFA)
Nationalité allemande
Parti politique CDU
Diplômé de université Christian
Albrecht de Kiel
Profession chef de projet
Religion catholique romaine
Résidence Eckernförde,
Schleswig-Holstein

Daniel Günther
Ministres-présidents du Schleswig-Holstein

Daniel Günther, né le à Kiel, est un homme politique allemand membre de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU).

Élu pour la première fois en , comme conseiller municipal d'Eckernförde, il travaille deux ans dans le secteur privé à la fin des années 1990. En , il est diplômé de l'université Christian Albrecht de Kiel. Il exerce parallèlement plusieurs responsabilités dans l'appareil de la CDU.

En , il est élu à 36 ans député au Landtag de Schleswig-Holstein. Il y devient en président du groupe parlementaire de la CDU, qui siège dans l'opposition. Deux ans après, il prend la présidence régionale du parti et est investi chef de file électoral.

Il place l'Union chrétienne-démocrate en tête des élections du et devance nettement le SPD. S'associant avec les Grünen et le FDP, il forme une « coalition jamaïcaine » lui permettant d'être investi ministre-président le mois suivant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts en politique[modifier | modifier le code]

Après avoir passé son baccalauréat à Eckernförde en , il s'inscrit à l'université Christian Albrecht de Kiel. Il y étudie la science politique, les sciences économiques et la psychologie.

Il devient en président de la Junge Union (JU) dans l'arrondissement de Rendsburg-Eckernförde. En , alors qu'il obtient un poste de chef de projet au sein de la société de promotion économique Kieler Initiativen à Kronshagen, il est élu au conseil municipal d'Eckernförde et vice-président de la CDU de l'arrondissement de Rendsburg-Eckernförde.

Ascension[modifier | modifier le code]

Il quitte son emploi en pour devenir coordonnateur de la fédération de l'Union chrétienne-démocrate à Neumünster et dans l'arrondissement de Rendsburg-Eckernförde. Achevant ses études en avec une maîtrise universitaire ès lettres, il se fait élire en à l'assemblée d'arrondissement.

Parallèlement, il est désigné premier adjoint du bourgmestre d'Eckernförde et président du groupe des élus CDU au conseil municipal.

Il prend en les fonctions de coordonnateur régional de la CDU de Schleswig-Holstein et renonce alors à ces responsabilités dans l'appareil local et à ses fonctions exécutives municipales. Il est nommé l'année d'après trésorier du parti dans l'arrondissement de Rendsburg-Eckernförde.

À l'occasion des élections régionales anticipées du , il est élu député au Landtag de Schleswig-Holstein. Il démissionne de ses deux mandats d'élu local en . Après que Christian von Boetticher a renoncé en à être chef de file aux élections anticipées du , son nom est cité parmi les potentiels successeurs, mais il est perçu comme trop jeune, inexpérimenté et indispensable à l'organisation de la campagne électorale[1]. Il conserve ensuite son mandat parlementaire.

Chef de la CDU du Land[modifier | modifier le code]

Prise de parole de Daniel Günther au 29e congrès fédéral de la CDU en .

Il est remplacé un mois plus tard au poste de coordonnateur régional par Sven Müller. Bien qu'il se fusse mis d'accord dès avec le président régional Jost de Jager pour passer la main, son retrait est aussi vu comme une conséquence du mauvais résultat enregistré au scrutin parlementaire[2].

Le , Daniel Günther est porté à la présidence du groupe parlementaire CDU, qui siège alors dans l'opposition. Il remporte 16 voix sur 21 et remplace Johannes Callsen, qui renonce après trois ans « dans l'objectif de donner au parti le temps de se reconstruire avant les prochaines élections »[3].

Il est choisi le comme futur président de l'Union chrétienne-démocrate du Land et chef de file aux prochaines élections régionales, après le renoncement quatre jours auparavant d'Ingbert Liebing[4]. Il est officiellement élu président régional et investi chef de file électoral de la CDU le suivant avec 81,3 % de suffrages favorables[5].

Ministre-président de Schleswig-Holstein[modifier | modifier le code]

Élections de 2017[modifier | modifier le code]

Il est investi le chef de file pour les élections régionales du suivant. Alors que les sondages annoncent une victoire du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) du ministre-président sortant Torsten Albig, au pouvoir depuis cinq ans, l'Union chrétienne-démocrate entame une remontée dix jours avant le scrutin. Le soir de l'élection, la CDU remporte 32 % des voix et 25 députés sur 73, devançant le SPD de 69 700 voix et quatre sièges.

Il débute le suivant des négociations avec l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen) et le Parti libéral-démocrate (FDP) en vue de la constitution d'une « coalition jamaïcaine » qui disposerait de 44 sièges sur 73[6]. Ces discussions se révèlent concluantes et les trois formations annoncent avoir établi un accord de coalition le suivant[7].

Investiture et gouvernement[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cabinet Günther.

Le , Daniel Günther est investi à 43 ans ministre-président de Schleswig-Holstein par 42 voix pour[8]. Il forme aussitôt son cabinet de coalition jamaïcaine de sept ministres dont trois femmes. Il est le second chrétien-démocrate, après Peter Müller en en Sarre, à gouverner avec le soutien des écologistes et des libéraux.

Au cours de son discours de politique générale (en allemand : Regierungserklärung) prononcé le lendemain, il appelle à « construire des ponts » et affirme que « les idées ne sont pas bonnes en fonction qu'elles proviennent du gouvernement ou de l'opposition », appelant ainsi le SPD et la SSW à envisager de coopérer avec lui. Le président du groupe parlementaire social-démocrate Ralf Stegner lui adresse une fin de non-recevoir en critiquant une coalition « sans idées » et rappelant que les promesses de la campagne électorale doivent maintenant se transformer en « action gouvernementale concrète »[9].

Le , il prend pour un an la présidence tournante du Conseil fédéral.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié et père d'une fille, il vit à Eckernförde, dans l'Est du Schleswig-Holstein.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Frank Pergande, « Politik, Kabale und Liebe », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne).
  2. (de) « Nord-CDU mit neuem Landesgeschäftsführer », Die Welt,‎ (lire en ligne).
  3. (de) « Daniel Günther ist neuer CDU-Chef im Landtag », Schleswig-Holsteinischer Zeitungsverlag,‎ (lire en ligne).
  4. (de) « Führung der Nord-CDU bahnt Fraktionschef Günther Weg an Parteispitze », Die Welt,‎ (lire en ligne).
  5. (de) « Günther neuer Chef der CDU: "Gutes Ergebnis" », Norddeutscher Rundfunk,‎ (lire en ligne).
  6. (de) « Auch Grüne stimmen für „Jamaika“-Verhandlungen », sur faz.net, (consulté le 30 mai 2017).
  7. (de) « Schwarz-gelber Koalitionsvertrag steht », sur www.faz.net, (consulté le 13 juin 2017).
  8. (de) « Daniel Günther zum Ministerpräsidenten gewählt », sur www.ndr.de, (consulté le 28 juin 2017).
  9. (de) « Günther verspricht Koalition der Möglich-Macher », sur www.ndr.de, (consulté le 8 octobre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]