Reconnaissance de visage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La reconnaissance de visage est un domaine de la vision par ordinateur consistant à reconnaitre automatiquement une personne à partir d'une image de son visage. C'est un sujet particulièrement étudié en vision par ordinateur, avec de très nombreuses publications et brevets, et des conférences spécialisées.

La reconnaissance de visage a de nombreuses applications en vidéo-surveillance, biométrie, robotique, indexation d'images et de vidéos, recherche d'images par le contenu, etc.

La reconnaissance de visage fait partie du domaine du traitement du signal.

Problématique[modifier | modifier le code]

La reconnaissance de visage consiste à déterminer l'identité d'une personne à partir d'une image de son visage. Pour cela, il est nécessaire que l'identité de la personne soit connue au préalable, au moyen d'une ou plusieurs images de son visage, ou d'un modèle 3D de son visage.

On distingue deux types de tâches[1]:

  • L'identification, appelée aussi one-to-many (1:N), consiste à déterminer l'identité d'un individu parmi N identités connues, présentes dans une base.
  • La vérification, appelée aussi one-to-one (1:1), consiste à vérifier que l'identité prétendue est bien la bonne.

Historique[modifier | modifier le code]

L'une des premières tentatives de reconnaissance de visage est faite par Takeo Kanade en 1973 lors de sa thèse de doctorat à l'Université de Kyoto[2],[3].

Techniques de détection[modifier | modifier le code]

[4]

Performances[modifier | modifier le code]

En février 2018, la chercheuse Joy Buolamwini du Massachusetts Institute of Technology montre que les trois principaux systèmes de reconnaissance faciale (ceux d'IBM, Microsoft et Face ++) sont moins performants pour identifier les femmes et les visages à la peau foncée : Face ++ identifie 99,3 % des hommes, mais seulement 78,7 % des femmes et IBM atteint 77,6 % des peaux foncées contre des scores supérieurs à 95% pour les trois logiciels pour les peaux blanches) ; selon l'étude, 93,6 % des erreurs faites par Microsoft concernaient ses sujets à la peau foncée, et 95,9 % de celles de Face ++ concernaient des femmes. La chercheuse explique que « Les hommes à la peau claire sont surreprésentés [dans les bases de données des exemples], et aussi les personnes à la peau claire de manière générale »[5]

Applications[modifier | modifier le code]

  • Retrouver un ami ou un membre de sa famille dont on a juste une photo.
  • Identifier un criminel dont le forfait a été filmé par un caméra de vidéosurveillance.
  • Chercher sur toutes les caméras de vidéosurveillance où est une personne identifiée.
  • Identifiant biométrique pour le contrôle d'accès (téléphone, bâtiment, voiture, ordinateur...).
  • Aide aux aveugles et aux personnes souffrant de prosopagnosie.
  • Paiement par reconnaissance faciale. La reconnaissance de visage peut servir d'authentification, à la manière du SMS, plus largement utilisé. Le dispositif, qui a été testé au préalable sur 500 personnes, sera déployé pour l'été 2016[6].

Aspects sociétaux[modifier | modifier le code]

Le 7 juin 2011, Facebook a lancé un service de reconnaissance faciale accessible à tous[7]. Celui-ci a été vivement critiqué par un bon nombre d'associations de protection de la vie privée et du droit à l'oubli. Sous cette pression, Facebook a dû abandonner ce service le 22 septembre 2012 en Europe[8].

Un autre projet de reconnaissance de visage, appelé DeepFace, développé par le groupe de recherche de Facebook a également commencé à voir le jour début 2015. Cet outil a pour but de reconnaître un visage, quelle que soit son orientation, ainsi que d'y associer une personne. DeepFace permet donc de faire correspondre un très grand nombre de photos différentes d'une même personne, même si celle-ci n'est pas identifiée explicitement. Pour réaliser cela, le système est composé d'un réseau de neurones artificiels entraîné via l'apprentissage profond sur des millions d'images [9].

En Chine populaire où la notion de vie privée n'est pas avancée, la reconnaissance faciale est intégrée à la vie quotidienne[10].

Évolution[modifier | modifier le code]

Le système évolue et l’on peut maintenant reconnaître des visages en mouvement, vus de profil et on peut aussi désormais vieillir un visage[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rabia Jafri et Hamid R. Arabnia, « A Survey of Face Recognition Techniques », Journal of Information Processing Systems, vol. 5, no 2,‎
  2. Takeo Kanade, Picture processing by computer complex and recognition of human faces, Department of Information Sciences, Kyoto University, Japan, 1973
  3. (en) Xiaozheng Zhang et Yongsheng Gao, « Face Recognition accross pose: a review », Pattern Recognition,‎ .
  4. (en) W. Zhao, R. Chellappa, A. Rosenfeld et P.J. Phillips, « Face Recognition: A literature Survey », ACM Computing Surveys, vol. 35, no 4,‎ , p. 399 - 458.
  5. Perrine Signoret, « Une étude démontre les biais de la reconnaissance faciale, plus efficace sur les hommes blancs », lemonde.fr, (consulté le 13 février 2013)
  6. « Paiement : La reconnaissance faciale défie l’empreinte digitale », sur Le Journal Du Net, (consulté le 2 mai 2016)
  7. https://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/06/08/facebook-etend-son-service-de-reconnaissance-faciale_1533342_651865.html
  8. https://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/09/22/facebook-suspend-sa-reconnaissance-faciale-en-europe_1764136_651865.html
  9. « "DeepFace", le nouveau système de reconnaissance faciale de Facebook qui fait froid dans le dos », sur Le Huffington Post (consulté le 16 décembre 2016)
  10. https://fr.express.live/2018/02/09/les-policiers-chinois-ont-des-lunettes-intelligentes-qui-permettent-didentifier-les
  11. « Reconnaissance faciale », (consulté le 21 juillet 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Richard Szeliski, Computer Vision: Algorithms and Applications, Springer, (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) S.Z. Li, A.K. Jain, Handbook of Face Recogntion, Springer,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]