Raphaël Bischoffsheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bischoffsheim (homonymie).
Raphaël-Louis Bischoffsheim

Raphaël-Louis Bischoffsheim, né à Amsterdam le 22 juillet 1823 et mort à Paris le 20 mai 1906, est un banquier, homme politique et mécène français, fondateur de l’Observatoire de Nice[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du banquier néerlandais Louis Bischoffsheim, naturalisé français en 1880, Raphaël Bischoffsheim a été l'élément moteur en 1870 pour permettre la création de la Banque franco-égyptienne, qui compte par la suite de nouveaux souscripteurs tels que Hermann Raffalovitch et Jacques de Gunzbourg.

En 1873 il charge Charles Garnier de lui bâtir une villa à Bordighera, Villa Bischoffsheim qui sera terminée en 1875. Très peu de temps après, à cause des problèmes eus avec la municipalité de Bordighera, il déplaça son point d'intérêt vers Nice.

Puis, Bischoffsheim est élu député des Alpes-Maritimes en 1881, poste qu'il conserve jusqu'en 1885, représentant Nice-campagne. Pour un nouveau mandant, de 1889 à 1890, il représente Nice-ville, et enfin, pour un troisième mandat, de 1893 à 1906, il siège au nom de la circonscription de Puget-Théniers.

Membre de l'Union républicaine (centre gauche), il soutient les ministères républicains de Jules Ferry et Léon Gambetta.

Passionné d'astronomie, il apporte en tant que mécène des fonds à l'Observatoire de Paris, l'Observatoire du parc Montsouris et à l'Observatoire du Pic du Midi ; il fonde l'Observatoire de Nice. Il est élu membre libre de l'Académie des sciences en 1890.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Camille Flammarion, Bulletin de la Société astronomique de France, 20, 1906.
  • Ch. Nordmann, Revue générale des Sciences pures et appliquées, 13, 1906.
  • Dictionnaire des parlementaires français, t. 1, p. 329 et t.2, p. 611, Presses universitaires de France, Paris, 1962.
  • M. Fulconis, Raphael Bischoffsheim, l'homme qui a offert à la France le plus grand observatoire du Monde, Éditions Regards du Monde, 2003.
  • Jacques Basso, Les élections législatives dans le département des Alpes-Maritimes de 1860 à 1939, Paris, LGDJ, 1968.
  • Ralph Schor (dir.), Dictionnaire historique et biographique du comté de Nice, Nice, Serre, 2002, p. 55.
  • Nicolas Stoskopf, Les patrons du Second Empire. Banquiers et financiers parisiens, Paris, Picard, 2002.
  • Patricia Prenant, « Raphaël Bischoffsheim, entre affairisme et philanthropie, une figure emblématique de la vie politique niçoise de la fin du XIXe siècle », Cahiers de la Méditerranée, n° 77, 2008, p. 171-183.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]