Les Aveux les plus doux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Aveux les plus doux est un film franco-italo-algérien réalisé par Édouard Molinaro, sorti le . Il s'agit de l'adaptation de la pièce de théâtre du même nom écrite par Georges Arnaud en 1953.

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Ce film peu connu est singulier pour sa situation dans un pays indéterminé, qui ressemble à la France mais qui n'est pas la France, et qui ressemble à l'Italie, mais n'est pas l'Italie. Au début on a l'impression que l'action se passe à Marseille, mais ensuite on a l'impression d'être en Italie, alors que les acteurs agissent comme si la scène était en France.

Par exemple, les policiers portent les uniformes d'un pays inconnu, rappelant ceux de la police italienne. La voiture des inspecteurs est une grosse Mercedes noire avec un gyrophare rouge. L'aménagement intérieur de la mairie où se situe une longue scène du film, est celui d'un édifice public français. Plusieurs scènes montrent un bord de mer et des rues bordées de palmiers, qui évoquent la Grèce ou l'Espagne.

En fait, ce film a été tourné en extérieur et décor naturel en Algérie, ce qui explique la sensation de situation dans un pays méditerranéen non identifié.

La localisation indéterminée du film, les décors naturels, le jeu des acteurs, impressionnant de réalisme, donnent une véracité et un caractère universel au traitement du sujet.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La scène se déroule en 1971 dans une ville qui ressemble à Marseille. Deux jeunes gens - Jean Dubreuil (Marc Porel) et Catherine (Caroline Cellier) - s'aiment et vivent la vie de bohême dans un logement sommairement meublé. Le jeune homme commet un vol de voiture avec sa petite amie, mais ils abandonnent le véhicule au bout de 300 m pour cause de pneu crevé. Pendant qu'ils se promènent sur une plage, un homme qui est en train de jouer au volley ball interpelle Dubreuil, et lui demande comment il vit depuis une récente sortie de prison. Dubreuil répond évasivement, et dit à Catherine que c'est un flic.

Peu après Dubreuil participe au cambriolage d'un cirque, mais l'affaire tourne mal. Un de ses deux complices frappe un des hommes du cirque, dont on apprend plus tard qu'il meurt des suites de la lutte. Dubreuil s'enfuit, et cache l'argent du vol.

Les policiers locaux, dont celui de la scène de la plage, l'inspecteur Borelli (Roger Hanin), et l'inspecteur principal Muller (Philippe Noiret) enquêtent aussitôt, et demandent au patron du cirque d'identifier son cambrioleur sur le sommier (fichier). Il identifie un des suspects présentés. Peu après Dubreuil est arrêté par les inspecteurs, mais non ses complices. Il est formellement identifié par le patron du cirque.

L'histoire se centre alors sur le manège et les pressions des deux policiers pour le faire avouer et dénoncer ses complices, tandis que Dubreuil dit qu'il est innocent, et reste soutenu par sa compagne.

À la fin du film Dubreuil est vaincu, mais les policiers ont abusé de leurs pouvoirs, et sont aussi vaincus. Une incertitude demeure sur le sort des deux amants.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Édouard Molinaro avait proposé le rôle de Catherine, joué par Caroline Cellier, à Claude Jade, qui le refusa en raison d'une scène de nu.

Liens externes[modifier | modifier le code]