L'Espion (film, 1966)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'Espion
Description de cette image, également commentée ci-après
Musée Alte Pinakothek de Munich :
un site de tournage extérieur

Titre original L'Espion
Réalisation Raoul Lévy
Scénario Raoul Lévy, Robert Guenette, Peter Francke et Montgomery Clift d'après le roman éponyme de Paul Thomas
Acteurs principaux
Sociétés de production PECF
Rhein-Main Film
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Espionnage
Durée 106 min
Sortie 1966


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Espion est un film franco-allemand réalisé par Raoul Lévy et sorti en 1966.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En visite à Leipzig, le physicien américain James Bower est recruté par l'agent Adam de la CIA afin de persuader le scientifique soviétique Goshenko de travailler pour les États-Unis. Découvrant cela, Peter Heinzmann, scientifique allemand et agent communiste, enlève et séquestre Bower pour connaître ses instructions. Durant son interrogatoire, Bower apprend que Goshenko est mort, mais qu'il a sauvegardé ses plans sur microfilm. Bower réussit à s'échapper et à se procurer le microfilm grâce au docteur Saltzer, l'un de ses contacts en Allemagne. Heinzmann reçoit l'ordre de convaincre Bower de se rallier à la cause communiste, en vain. Ayant échoué dans sa mission et alors qu'il tentait de s’enfuir, Heinzmann meurt écrasé par un camion de la CIA.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Casting[modifier | modifier le code]

  • Dernière apparition à l'écran de Montgomery Clift, mort 3 mois avant la sortie du film.
  • Le légendaire cinéaste Jean-Luc Godard fait une rare incursion dramatique dans un second rôle[3].

Tournage[modifier | modifier le code]

  • Intérieurs en Allemagne[4] : studio Bavaria Film implanté dans le hameau Geiselgasteig de Grünwald en Bavière.
  • Extérieurs en Allemagne[4] :
  • Christine Delaroche[5] : Je me suis retrouvée sur ce film comme par magie, en train de pousser une bicyclette à côté de Monty Clift dans les rues de Munich. […] Son jeu d'acteur était incroyablement sensible et toujours juste. […] Monty était d'une beauté exceptionnelle. […] Malgré un accident de voiture qui l'avait en partie défiguré, il était encore magnifique ; on remarquait surtout ses yeux immenses et son étrange regard. D'ailleurs toute sa personne était étrange et fascinante. Encore une fois, j'ai eu une chance folle de tourner une semaine avec lui. […] En plus, regarder Montgomery Clift courir dans une rue de Munich comme s'il avait la mort aux trousses, c'était juste incroyable et prémonitoire : L'Espion fut son dernier film. Monty est mort en 1966, il avait quarante-cinq ans.

Accueil[modifier | modifier le code]

TCM[6] : L'Espion est sans aucun doute un fantôme de film hanté par des gens fatalistes des deux côtés de la caméra, et étudiant de manière étrangement discrète l'expérience qui est de se perdre dans un État auquel vous n'appartenez pas, lors d'une mission que vous ne comprenez pas, loin de chez vous et soumis au contrôle de pouvoirs auxquels vous ne pouvez pas accéder. Dans le cas de Clift, cette expérience n'était pas tout à fait une fiction, mais l'impressionnant chant du cygne d'une vie tragique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Note de Gilles Verlant dans Gainsbourg, page 306, éditions Albin Michel, 2000 (ISBN 2226120602) : Pour Raoul Lévy, il [Serge Gainsbourg] signe, toujours avec Michel Colombier, celle [la musique] de L'Espion (une production franco-allemande avec Montgomery Clift).

Références[modifier | modifier le code]

  1. CNC visas et classification.
  2. Unifrance.
  3. (en) Note de Mark Deming, sur allmovie.com.
  4. a et b (en) IMDb Filming & Production.
  5. Extrait de ses mémoires, Sensualité bien élevée, Dacres éditions, 2017 (ISBN 9791092247589).
  6. (en) Extrait de l'analyse de Michael Atkinson sur The TCM Movie Database (États-Unis).

Liens externes[modifier | modifier le code]