God of War

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
God of war
image

Éditeur Sony Computer Entertainment
Développeur SCE Santa Monica Studio
Concepteur David Jaffe
Musique Gerard Marino
Mike Reagan
Cris Velasco
Ron Fish
Winifred Phillips

Date de sortie Icons-flag-jp.png 17 novembre 2005
Icons-flag-us.png 22 mars 2005
Icons-flag-eu.png 22 juin 2005
Genre beat them all
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme PlayStation 2
Média DVD
Contrôle DualShock

Évaluation PEGI : 18+

ESRB : M

God of War (littéralement « Dieu de la Guerre ») est un jeu vidéo d'action-aventure de type beat them all développé par Sony Studios Santa Monica sous la direction de David Jaffe et édité par Sony Computer Entertainment en 2005 sur PlayStation 2.

Il s'agit du premier épisode de la série God of War.

Le titre se distingue par sa représentation extrême de la violence (membres arrachés, gorges tranchées, colonnes vertébrales brisées, etc.), ce qui explique qu'il soit déconseillé aux joueurs de moins de 18 ans.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le joueur dirige Kratos dans une vue « à la troisième personne ».

Les angles de vue sont composés de plans fixes ou de travelling pré-calculés permettant une grande visibilité de l'action et assurant une réalisation quasi-cinématographique. Bien que centré sur l'action, le jeu comprend également des phases de plate-forme et d'exploration. Le jeu est extrêmement dynamique, l'action y est frénétique : il est possible de combattre jusqu'à une dizaine d'ennemis en même temps, de les agripper, de les projeter en l'air, en réalisant des combos dévastateurs. Une fois que Kratos a suffisamment affaibli un monstre (par exemple un cyclope), il peut l'achever en exécutant un Quick Time Event sanglant qui nécessite d'appuyer sur les bonnes touches au bon moment.

Au cours du jeu, le joueur obtient progressivement de nouvelles armes et des « pouvoirs divins », qui lui permettent de varier ses attaques. Après avoir vaincu ses ennemis, ou en ouvrant certains coffres, Kratos absorbe des orbes qui lui permettent de récupérer des points de vie (orbes vertes), des points de magie (orbes bleues), ou de l'expérience (orbes rouges). Les points de magie permettent de déclencher les pouvoirs divins que Kratos va acquérir au cours du jeu. Les points d'expérience permettent quant à eux d'améliorer les pouvoirs et armes obtenus.

Pouvoirs[modifier | modifier le code]

Par défaut, Kratos est doté des Lames du Chaos, deux larges lames attachées chacune à une chaîne, elles-mêmes « soudées » sur la peau de ses avant-bras. Au cours du jeu, les dieux de l'Olympe viennent en personne pour lui donner des pouvoirs supplémentaires :

  • La Colère de Poséidon : le dieu des Mers donne à Kratos le pouvoir de créer un tourbillon électrique dévastateur autour de lui, très efficace dans les combats de mélés.
  • Le Regard de Méduse : après l'avoir tuée, Aphrodite enseigne à Kratos comment utiliser la tête de Méduse pour transformer en statue de pierre ses opposants.
  • L'Éclair de Zeus : le roi des dieux donne au guerrier ce qui se révèle comme la seule arme à longue distance du jeu.
  • La Lame d'Artémis : Artémis confère à Kratos sa lame dont elle s'est servie pour tuer un Titan, très puissant en combat rapproché.
  • L'Armée des morts d'Hadès : les âmes damnées viennent prêter main-forte à Kratos pour annihiler les créatures d'Arès.

Ces pouvoirs peuvent être améliorés tout au long du jeu, afin d'apprendre de nouveaux combos et de renforcer leur pouvoir offensif.

Kratos reçoit également la capacité de nager indéfiniment sous l'eau grâce au Trident de Poséidon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Kratos est à l'origine un brillant et brutal capitaine de l'armée spartiate. Sa réputation de meneur d'hommes et de conquérant permet rapidement à Kratos de passer d'une armée d'une cinquantaine d'hommes à une armée d'un millier d'hommes. Mais alors qu'il enchaîne les campagnes victorieuses, Kratos doit affronter une armée de barbares venus de l'Est. La bataille est sanglante, et l'armée de Kratos est balayée. Alors que le chef barbare est sur le point de mettre fin à la vie de Kratos, ce dernier implore Arès, le dieu de la Guerre et de la Destruction, de le sauver.

Arès entend l'appel de Kratos. Le dieu utilise sa puissance pour retourner le cours de la bataille, extermine l'armée barbare, sauve Kratos, et fait de lui son serviteur. Arès fournit à Kratos, son nouveau serviteur, les Lames du Chaos forgées dans les flammes des Enfers. Les chaînes permettant de projeter chaque lame se fixent alors dans la chair des avants-bras de Kratos, le brûlant atrocement.

Sous la coupe d'Arès, Kratos reprend ses campagnes militaires, plus cruel et sanguinaire qu'auparavant. Son humanité est peu à peu effacée par le dieu, remplacée par une soif de destruction et de conquête inextinguible.

Puis vient la nuit où la vie de Kratos bascule à nouveau. Arès assigne à Kratos une mission : mettre à feu et à sang un village où se situe un temple dédié à la déesse Athéna (déesse de la Guerre et de la Sagesse). Kratos tue toutes les personnes présentes dans le temple, en dépit des avertissements de l'Oracle du village. Or dans ce temple se trouvaient sa femme et sa fille, qu'il a tuées dans sa folie meurtrière. Ce massacre a été planifié par Arès afin que le Spartiate brise lui-même ses dernières attaches en tant qu'humain et lui soit dévoué tout entier. Réalisant l'atrocité de ce que son maître lui a fait faire, Kratos jure de tuer Arès. Sur le parvis du temple embrasé, l'Oracle maudit le guerrier. Les cendres de sa femme et de sa fille mortes de ses mains s'incrustent sur sa peau et la teintent à jamais d'un blanc surnaturel. Kratos reçoit dès lors le surnom de « Fantôme de Sparte ». Depuis cette nuit, Kratos est continuellement la proie de cauchemars lui remémorant ses crimes et qui le font peu à peu sombrer dans la folie.

En quête de rédemption, Kratos offre ses services aux dieux de l'Olympe, espérant le pardon pour ses actes.

Le joueur prend pour la première fois le contrôle de Kratos alors que débute l'une de ces missions. Poséidon, dieu des Océans, a chargé Kratos de tuer l'Hydre qui ravage les navires de la flotte grecque sur la mer Égée. Après s'être acquitté de cette tâche, Kratos appelle la déesse Athéna. Depuis dix ans qu'il est au service des dieux, il souhaite enfin obtenir la récompense qu'il désire plus que tout : l'oubli des horreurs qu'il a commises par le passé.

Avant d'accéder à sa requête, Athéna lui demande d'intervenir en sa faveur. En effet, son frère Arès a attaqué sa ville, Athènes, avec son armée de monstres tout droit sortis des Enfers. Mais comme Zeus a interdit tout conflit entre dieux, elle ne peut intervenir directement. Athéna est formelle : seul un mortel entraîné par un dieu aura une chance de vaincre un autre dieu. Elle s'engage par ailleurs à ce que les dieux de l'Olympe pardonnent à Kratos ses actes passés en cas de succès.

Arrivé à Athènes, Kratos se fraye un chemin entre cyclopes, morts-vivants et Gorgones, et rencontre en chemin un étrange fossoyeur qui creuse une tombe au beau milieu du champ de bataille. Il arrive finalement au Temple de la ville où l'Oracle lui révèle que le seul moyen de vaincre un dieu pour un mortel est d'entrer en possession de la Boîte de Pandore, enfermée au fond du Temple de Pandore, que le Titan Cronos est condamné à porter sur son dos dans les tourbillons de sable du désert des Âmes Perdues.

Kratos parvient à accéder au temple de Pandore, malgré le chant envoûtant des sirènes. Le garde du lieu, premier homme à avoir tenté de déjouer les pièges du Temple, sans succès, lui ouvre les portes. À l'intérieur, trois défis l'attendent, trois labyrinthes érigés et conçus en honneur d'Atlas, Poséidon et Hadès, par Pathos Verdes III et ses deux fils. Kratos parvient à survivre aux épreuves, en tuant notamment le Minotaure, gardien du dernier tunnel.

Après avoir exploré la tombe et survécu aux pièges imaginés par l'architecte dans sa folie, Kratos trouve finalement la boîte de Pandore. Mais Arès le ressent, saisit un énorme débris des bâtiments athéniens, et le lance tel un javelot vers Kratos, qui se retrouve empalé et meurt en voyant des harpies emmener la boîte. Kratos se retrouve aux Enfers, mais ne se résigne pas. Une corde opportune lui permet finalement de sortir en se hissant jusqu'à sortir des Enfers par la tombe que creusait le fossoyeur, au cœur d'Athènes.

Kratos s'empresse de rejoindre Arès, de lui reprendre la boîte de Pandore et l'ouvrir. Kratos devient alors suffisamment grand et puissant pour défier le dieu de la Guerre. Après un premier affrontement, Arès utilise ses pouvoirs pour créer l'illusion d'une armée de Kratos démoniaques voulant à nouveau massacrer sa femme et sa fille, ramenées pour l'occasion à la vie par le dieu dément. Mais Kratos parvient cette fois à protéger sa famille. Pris d'une rage folle, Arès arrache du corps de Kratos ses Lames du Chaos, et le prive de tous les pouvoirs conférés par les autres dieux au cours de son périple. Pour pouvoir vaincre son ancien maître, Kratos s'arme alors de la lame sur la grande statue d'Athéna, dernier cadeau des dieux, et terrasse enfin le dieu de la Guerre.

Athènes est sauvée. Kratos peut réclamer son dû à Athéna. Et Athéna tient sa promesse : les dieux pardonnent à Kratos ses fautes passées, mais ne lui permettent pas d'oublier ses actes. Se sentant trahi et abandonné, Kratos tente de se suicider en se précipitant de la plus haute des falaises de Grèce. Mais une force le retient, et le ramène au sommet. C'est Athéna qui l'a sauvé, et qui lui transmet un message des dieux : ils ne le laisseront pas mourir de cette façon. De plus, le trône du dieu de la Guerre est vacant. Après s'être vu remettre les Lames d'Athéna, Kratos pénètre dans l'Olympe, et prend place sur le siège qui est désormais sien.

Kratos devient le premier mortel à devenir un dieu, le dieu de la Guerre.

Développement[modifier | modifier le code]

SCE Santa Monica Studio, société américaine de développement de jeux vidéo basée à Santa Monica, fondée en 1999.

Équipe de développement[modifier | modifier le code]

  • Directeur de jeu, Lead Designer : David Jaffe
  • Producteur : Shannon Studstill
  • Programmeur en chef : Tim Moss
  • Directeurs artistiques : Terry Smith, Steve Caterson
  • Coordinating Producer : Sandy Abe
  • Producteurs associés : Whitney Wade, Yumi Yang
  • Project Coordinator : Rita Mines
  • Programmeurs : Matt Arrington, Magnus Danielsson, Thomas Miller IV, Bob Soper, Phil Wilkins
  • Programmeur principal du moteur de jeu : Christer Ericson
  • Conception - Level Design et scripting : Ashley A. Morgan, Todd Papy, Jo Wright
  • Conception - Scenario des combats  : David Jaffe, Todd Papy
  • Conception - Système de combat : Derek Daniels, Richard Foge, Eric Williams
  • Conception - Caméra : Jessica Brunelle
  • Conception - Level Design : Tobin A. Russell
  • Conception - Scripting des sons et de la musique : Jonathan Hawkins

Bande son[modifier | modifier le code]

Les thèmes principaux de la musique du jeu ont été composés par Gerard K. Marino[1]. Plusieurs autres compositeurs ont participé à sa réalisation : Ron Fish, Winifred Phillips, Mike Reagan, Cris Velasco et Winnie Waldron. L'enregistrement de la musique a été réalisé par l'orchestre philharmonique de Los Angeles au Hollywood Bowl[1]. La bande originale du jeu a été éditée en 2005 par Sony Computer Entertainment et diffusée exclusivement par le biais de la boutique Sony Connect.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse numérique
Média Note
Gamekult (FR) 8/10[2]
IGN (US) 9.8/10[3]
Jeuxvideo.com (FR) 18/20[4]

Novélisation[modifier | modifier le code]

Un roman développant l'histoire du jeu, God of War, de Matthew Stover et Robert E. Vardeman, a été publié en mai 2010 par Del Rey Books, une branche de Random House, pour accompagner la sortie de God of War III[5].

Opus suivants de la série[modifier | modifier le code]

Article détaillé : God of War (série).

Avec le succès commercial et critique du premier épisode, cinq autres opus ont vu le jour sur les consoles de Sony :

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]