Sigurd Œil de Serpent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sigurd Œil de Serpent
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
DanemarkVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Père
Mère
Fratrie

Sigurd Œil-de-Serpent (vieux-norrois: Sigurðr ormr í auga et anglais : Sigurd Snake-in-the-Eye) est un des fils du légendaire Ragnar Lodbrók et d'une de ses épouses, Thora Borgarthiort (fille de Heroth, roi de Gothie) ou Aslaug, selon la source scandinave que l'on retient. Il doit son curieux surnom au fait qu’il serait né avec l'image d’un serpent ou d’un dragon qui se mord la queue, entourant la pupille de son œil gauche[1].

Sigurd roi[modifier | modifier le code]

Le Ragnarssona þáttr (i.e: le Dit des fils de Ragnar) nous informe que, à la mort de son père, Sigurd hérite de la Seeland (grande île du Danemark), de la Scanie et du Halland (Suède), et du Viken (Norvège).

Les descendants de Sigurd[modifier | modifier le code]

Sigurd aurait épousé sa captive Blaeja, une fille d'Aelle de Northumbrie, et il a comme enfants Harthacanute et Aslaug, qui doit son nom à sa grand-mère. Harde-Knut succède à Sigurd comme roi de Seeland, Scanie et Halland, mais il perd le contrôle du Viken. Il serait le père du roi de Danemark Gorm le Vieux[2].

La « Geste des Danois  » (Gesta Danorum) de Saxo Grammaticus donne une tout autre descendance à Sigurd fils de Ragnar Lodbrok. Selon elle, à la mort de Sigurd, son jeune fils Eric hérite du trône, mais il doit faire face à un homonyme usurpateur Eric fils d'Harald. Ce dernier est vaincu et tué par Guthorm, fils d'Harald Klak.

À sa mort, Eric le fils de Sigurd laisse un fils nommé Knut, né de la fille de Guthorm, petite fille d'Harald Klak[3].

Aslaug et son fils Sigurd le Cerf[modifier | modifier le code]

La fille de Sigurd, Aslaug, épouse Helgi le Hardi, un descendant du roi Ring de Ringerike. Ils ont un fils « Sigurd le Cerf » (vieux-norrois : Sigurðr hjórtr) qui se distinguait par sa taille, sa force et sa beauté, et qui épouse à son tour Thorny, une fille du roi de Jutland Harald Klak[4].

Sigurd le Cerf et Thorny ont comme enfants Guttorm et Ragnhild Sigurdsdatter. Lorsque son oncle, le roi Fróði de Ringerike, meurt Sigurd le Cerf va en Norvège pour assurer sa succession.

La Ragnarssona þáttr (c.-à-d. le Dit des fils de Ragnarr) et l’Heimskringla décrivent les circonstances de sa mort et comment un berserk du royaume de Hadeland nommé Haki tue Sigurd le Cerf, mais perd une main lors du combat, puis comment Haki se rend à la résidence de Sigurd à Stein, prend ses trésors et enlève ses enfants Ragnhild et Guttorm, âgés respectivement de 15 et 14 ans.

Haki retourne avec eux au Hadeland où il possédait de vastes domaines. Il décide de faire préparer un banquet de noce pour épouser Ragnhild lorsqu’il sera rétabli des nombreuses blessures reçues pendant le combat.

Halfdan le noir, le roi de Vestfold, qui avait appris la nouvelle, charge un de ses hommes « Harek gandr » (c.-à-d. le Loup) à la tête d’une centaine de guerriers, d’aller au Hadeland et de lui ramener Ragnhild.

Harek accomplit sa mission, Haki se tue avec sa propre épée sur les bords du lac Mjøsa et Ragnhild épouse Halfdan le noir, dont elle aura un fils, le futur Harald Ier de Norvège[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ragnar saga Loðbrókar, chapitre IX
  2. Snorri Sturluson, Heimskringla, Histoire des rois de Norvège, Première partie, traduit par François-Xavier Dillmann, éditions Gallimard, collection « L'aube des peuples », Paris, 2000. (ISBN 2-07-073211-8). « Histoire du roi Olaf Fils de Trggvi » chapitre neuf p.232
  3. Saxo Grammaticus « La Geste des Danois » (Gesta Danoromum) Livres I-IX, texte traduit par Jean-Pierre Troadec et présenté par François-Xavier Dillmann. Gallimard « L'aube des peuples », Paris 1995 (ISBN 2-07-072903-6) Livre IX chapitre V & VI p. 408-410
  4. Il y a une impossibilité chronologique pour cette union avec une fille du Harald Klak qui vivait dans la première moitié du IXe siècle
  5. *Snorri Sturluson, Heimskringla Op.cit « Histoire d’Halfdan le Noir » chapitre cinquième p.112

Bibliographie[modifier | modifier le code]