Les Horizons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Horizons
Tour des Horizons.JPG
Histoire
Architecte
Construction
1970
Usage
Résidentiel
Architecture
Statut patrimonial
Hauteur de lʼantenne
100 m
Hauteur du toit
99.5 m et 96 m
Hauteur du dernier étage
Hauteur
99,5 m, 96 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Surface
Étages
35
Nombre dʼascenseurs
6
Localisation
Pays
Ville
Quartier
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Ille-et-Vilaine
voir sur la carte d’Ille-et-Vilaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Rennes
voir sur la carte de Rennes
Red pog.svg

Les Horizons est un gratte-ciel situé dans le quartier Bourg-l'Évesque à Rennes. Il fait partie d'un vaste programme de construction d'habitations qui avait pour but de répondre à la très forte demande en logements. Cet ancien quartier devenu insalubre après la Seconde Guerre mondiale, a été intégralement rasé et remplacé par des immeubles modernes.

La résidence « Les Horizons » fait partie de cette opération urbanistique de grande ampleur. Il s'agit d'un des premiers immeubles de grande hauteur (IGH) à usage d'habitation construit en France. D'une hauteur de 99,5 m (Horizons I) et 96 m (Horizons II), c'est également le plus haut bâtiment de Rennes, en concurrence avec la « Tour de l'Éperon », située plus au sud dans le quartier du Colombier.

Cet immeuble résidentiel a été construit en 1970, c'est-à-dire trois ans avant la construction de la Tour Montparnasse à Paris. Sa construction a été très rapide puisqu'un étage était construit par semaine. L'immeuble est constitué de deux tours accolées, construites l'une après l'autre. Il est appelé « Les Tours Jumelles » ou « Les Tours Siamoises » mais évoque également un « épi de maïs ».

Contexte[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, le tissu urbain de la ville de Rennes a été touché par les bombardements et par ailleurs la population urbaine s'accroit fortement. La construction des Horizons s'inscrit dans un contexte de rénovation urbaine de Rennes entamé dans les années 1960. La municipalité Henri Fréville souhaite faire disparaître les quartiers insalubres, fournir de nouveaux logements et inscrire la ville dans la modernité. La rénovation des îlots anciens se fait avec la mise en place de zones à urbaniser en priorité (ZUP), et entre 1953 et 1970, 30 000 logements sont construits par la municipalité[1].

Georges Maillols est un acteur très actif sur ce projet de rénovation urbaine. Il est désigné architecte sur le tout premier îlot rue Jules Simon. Georges Maillols est l'acteur majeur de la reconstruction du faubourg Rue de Brest avec l'élaboration de nombreux bâtiments tels que Les Crystales ou La Caravelle. Les Horizons est le premier immeuble d'habitation de grande hauteur et a contribué à la rédaction des normes pour ce type de bâtiment[1].

Structure[modifier | modifier le code]

Les Horizons sont formés de deux tours accolées par des terrasses. Le noyau central des tours sert de circulation verticale. La structure extérieure est composées de quatorze poteaux, renforcée par des murs de refend et des poutres semi-circulaires[1].

Toutes les façades sont des éléments préfabriqués et assemblés. Les éléments préfabriqués, conçus par André Autret et Michel Bonjour[réf. nécessaire], ont été réalisés par la Société rennaise de préfabrication en béton blanc, dioxyde de titane (indispensable à la blancheur, aujourd'hui E171)[réf. nécessaire] et quartz concassé. Un élément préfabriqué est de la hauteur d'un étage et compose une pièce d'appartement[1].

La tour comporte 35 niveaux (rez-de-chaussée compris) dont 30 niveaux habitables et 5 niveaux techniques (3 au pied et 2 sur le toit de l'immeuble, où l'on trouve le mécanisme des ascenseurs, la chaufferie et la réserve incendie). Les niveaux habitables comptent 480 appartements[1] de type F2 prévus pour accueillir des jeunes couples ou des étudiants (le Campus de Villejean étant à 1,5 km), pour une population d'environ 1 000 personnes.

Les Horizons fournissent 440 places de parking semi-enterrées au pieds des tours[1].

Vue au pied de la tour

À l'origine, Georges Maillols avait pensé à fusionner les blocs bleus sur le toit pour que la tour ait une forme plus élancée, en se terminant par un mat portant un drapeau français. Ainsi, Les Horizons auraient fait 110 m. Finalement le projet est resté tel qu'on peut le voir aujourd'hui. Georges Maillols projetait également de créer un restaurant panoramique au sommet des tours[2].

Les Horizons ont été rénovés au milieu des années 1990 pour lui redonner son aspect initial. Aujourd'hui, l'immeuble fait partie des symboles de la ville de Rennes. Georges Maillols caractérisait cet ensemble comme le « témoin légitime de l’urbanisme contemporain ».

De 1975 à 1979, l’écrivain Milan Kundera a résidé au trentième étage de la tour [3] lorsqu’il enseignait, en tant que professeur invité, la littérature comparée à l'université Rennes 2.

En 2009, Riad Sattouf a tourné plusieurs scènes de son film Les Beaux Gosses dans cette tour[réf. nécessaire].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Philippe Bonnet, Patrick Dieudonné et Daniel Le Couédic, Bretagne - Un XXe siècle d'architectures, Terre de Brume - AMAB, (ISBN 2-84362-116-X, notice BnF no FRBNF38933890), « Les Horizons », p. 178-179
  2. Martine Gonthié, « Sous le ciel de rennes les horizons », Vivement Lundi!, France 3 Ouest, TV Rennes
  3. Place Publique Rennes.com, «Milan Kundera : La plus haute tour dans une ville vraiment moche »

Liens externes[modifier | modifier le code]