Punk canadien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le punk canadien désigne la culture et le mouvement punk rock au Canada.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers groupes ont émergé au Canada à la fin des années 1970, à la veille du groupe américain The Ramones et des groupes britanniques les Sex Pistols et The Clash. The Viletones, The Diodes et The Demics sont parmi les pionniers du genre, sans compter The Skulls (avec Joey qui formera DOA, et Wimpy (Brian Roy) qui formera The Subhumans) de Vancouver, et Teenage Head de Hamilton qui seront surnommés les « Ramones canadiens ».

Les premiers groupes de punk torontois impliquent The Viletones, The Diodes, Michaele Jordana, et The Poles, The Ugly, The Cardboard Brains, The Mods, The Secrets, ARSON et The Scenics, et ceux qui suivront The Demics, Crash Kills Five, Stark Naked and the Fleshtones et L'Étranger, ainsi que Forgotten Rebels et Teenage Head. À Vancouver, D.O.A. et Subhumans seront les piliers de la scène, et suivront de Pointed Sticks, Braineaters, Young Canadians, The Reactors et The Modernettes. Quelques années plus tard, d'autres groupes punk tiendront la torche comme Young Lions, Youth Youth Youth, Bunchofuckingoofs, SNFU, Dayglo Abortions, The Nils, Direct Action, APB, Nomeansno et Chronic Submission.

Deux des plus grand shows du genre se tiennent à Toronto dont The Last Pogo à la taverne Horseshoe en 1978, avec Teenage Head, The Viletones, The Scenics, The Cardboard Brains, The Secrets, The Mods, and The Ugly, et le concert Rock Against Radiation le 19 juillet 1980 au Nathan Phillips Square, avec DOA, Stark Naked and the Fleshtones, The Viletones, et The Forgotten Rebels.

Le punk hardcore canadien émerge aussi dans les années 1980. D.O.A. est le mieux connu du genre, grâce à son album Hardcore '81[1],[2] qui serait crédité pour avoir lancé le terme de « punk hardcore »[3].

La tradition punk canadienne est désormais entre les mains de groupes comme Fucked Up, The Salads, The 3tards, Sum 41, et Billy Talent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « DOA celebrates 30 years of punk rock and solid har », .
  2. (en) « Gauntlet - American Hardcore », .
  3. (en) « Spin Magazine », Spin.com (consulté le 28 avril 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]