MusiquePlus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

MusiquePlus
Logo de MusiquePlus
Logo de MusiquePlus

Création
Disparition
Propriétaire Groupe V Média (Remstar)
Format d'image 480i, 1080i
Langue Français
Pays Drapeau du Canada Canada
Statut Spécialisée nationale privée
Siège social Montréal, Québec
Site web noovo.ca/musiqueplus
Diffusion
Chronologie

MusiquePlus était une chaîne de télévision québécoise spécialisée de catégorie A appartenant à Groupe V Média. Initialement à vocation musicale, la chaîne a été fondée le par Moses Znaimer et Pierre Marchand qui y étaient respectivement producteur exécutif et directeur de la programmation musicale. Elle devient ainsi la première chaîne spécialisée francophone.

La chaîne change de nom le pour Elle Fictions, à la suite d'une entente commerciale avec le groupe français Lagardère Active, alors propriétaire de la chaîne Elle Girl en France[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Radio-Vidéo.

Le vidéoclip était un phénomène des années 1980. Peu après le lancement de la chaîne spécialisée MTV en , des émissions de vidéoclips sont apparus sur les réseaux de télévision et sur le câble, dont le plus connu Friday Night Videos (en) diffusé sur le réseau NBC en fin de soirée après The Tonight Show, dès l'été 1983. Sur le réseau TVA, les vidéoclips étaient désormais utilisés lors de l'émission Jeunesse du samedi soir, devenu Pop Express. TVA a aussi organisé la Grande Nuit Vidéo le de 23 h à h[2], animée par Marc Denis.

Les émissions de vidéoclips produites au Québec remontent à , lors de la mise en ondes de l'émission Radio-Vidéo sur la chaîne câblée TVJQ de Vidéotron, produite par Pierre Marchand et animée par Normand Sauvé puis par Claude Rajotte à partir de l'automne 1983. Entretemps, la chaîne torontoise MuchMusic a été lancée à l'automne 1984. Peu après, des blocs de 30 minutes « MuchMusic » animés par Daniel Déry sont ajoutés à la programmation de TVJQ. Radio-Vidéo est retiré de l'horaire en .

MuchMusic s'interrogea longtemps sur le nom qu'ils allaient donner à la station montréalaise. Après avoir rayé de la liste des noms comme « MuchMusic en français! », ils optèrent pour la traduction littérale de MuchMusic.

Années 1980[modifier | modifier le code]

MusiquePlus s'installe dans un local au 3518, boulevard Saint-Laurent à Montréal avec un effectif d'une quinzaine d'employés, mais la mise en ondes est d'abord effectuée à Toronto. À l'époque, un employé devait apporter la cassette montée de quatre heures de programmation à Toronto. Le gala de lancement officiel a eu lieu au Spectrum de Montréal le avec les VJs Catherine Vachon, Marc Carpentier et Sonia Benezra. Sur TVJQ, des blocs « MusiquePlus » ont remplacé les blocs « MuchMusic ». La programmation commençait à 20 h et se terminait à minuit, puis était rediffusée de minuit à h. Sur le câble Vidéotron, MusiquePlus prenait la position de MuchMusic durant ces heures[3], alors que CF Câble lui a dédié une position. Sur le satellite Anik et les télédistributeurs qui l'utilisaient, il était partagé avec TVJQ.

À l'origine, la programmation consistait principalement à diffuser des vidéo-clips, mais celle-ci évolua au cours des années. Avant-gardiste, la chaîne adopta le style non conventionnel de MuchMusic et Citytv à l'époque. L'étroit local ouvert et vivant servait de bureau, de banque de données, et de plateau de tournage où l'animation pouvait se faire n'importe où, à la régie ou dans la rue. La caméra était constamment en mouvement et montrait les VJ (vidéo jockeys) sous plusieurs angles. Au lancement, les émissions suivantes étaient proposées :

  • VidéoPlus - l'heure des nouveautés.
  • Rock en bulle - trois vidéoclips d'un artiste entrecoupé d'extraits d'entrevues en 15 minutes. Diffusion à 23 h. Elle est remplacée à l'automne 1994 par 1×5.
  • Solidrock - musique hard rock et heavy metal. animée par Catherine Vachon, Paul Sarrazin dès l'hiver 1987, Geneviève Borne dès l'automne 1993…
  • Le Décompte Coca-Cola, devenu Le Décompte MusiquePlus en . Le top 20 de la semaine. Voix off.
  • Voxpop - les demandes spéciales reçues par courrier, ou lors de visites des animateurs à des événements, plus tard par fax et au guichet Voxpop.
  • Concert Plus - prestation du concert d'un artiste enregistré dans le monde.
  • Transit - culture musicale.
  • Rock Velours - de la musique romantique. Animée par Sonia Benezra jusqu'en 1992, puis par Juliette Powell jusqu'en 1996.
  • Flashback - vidéoclips du passé.

En 1987, la chaîne ajoute deux nouvelles émissions. Nu Muzik débute en février, d'abord animée par Benoit Dufresne, puis par Claude Rajotte. Le Combat des clips a débuté en . La chanson Pour Some Sugar on Me de Def Leppard a la distinction d'être la championne pour environ 48 semaines. L'émission a inspiré MuchMusic à lancer Combat Zone en 1991, mais un maximum de cinq semaines était imposé. Dès l'hiver 1988, Claude Rajotte anime l'émission de critique de disque À la plage.

Au lancement en 1986, seulement 24 vidéoclips francophones québécois étaient prêts à être diffusés en ondes, et le CRTC n'exigeait la diffusion que de 3 % de contenu francophone. L'influence de la chaîne a encouragé les artistes québécois à produire un vidéoclip de leurs nouvelles chansons, et pouvaient profiter du programme d'aide Démoclip. Dès 1988, MusiquePlus dédiait 25 % de sa programmation aux clips d'expression française. Chaque semaine, un comité présidé par Pierre Marchand visionnait les nouveaux vidéoclips reçus, mettait de côté les clips de mauvaise musique, piètre concept visuel, violence et sexisme. Les autres disposaient d'une rotation selon cinq niveaux (tous les jours, aux deux jours, aux trois jours, une fois par semaine, ou catalogue).

MusiquePlus était l'extention francophone du permis de MuchMusic et avait reçu comme mandat d'offrir le même service en français dans les deux ans. En 1987, son existence est contestée par un groupe du nom de MTVQ qui a proposé auprès du CRTC de lancer une chaîne vidéo-musicale entièrement québécoise[4]. Radiomutuel et CHUM Limited s'associent et déposent une demande de licence pour diffuser 24 heures sur 24, obtenue en [5]. MusiquePlus déménage en au 209, rue Sainte-Catherine Est[4], un grand local de 13 000 pi2 avec de grandes vitrines où les passants pouvaient voir l'intérieur du studio.

La chaîne est lancée le , et pouvait compter sur son équipe de VJs Sonia Benezra, Claude Rajotte, Paul Sarrazin, Natalie Richard et Benoit Dufresne, et employait une centaine de personnes. Son slogan devient alors « La télévidéo en stéréo, câble 20, partout au Québec ». La diffusion commence à 14 h et se termine à 22 h, et le bloc de huit heures est répété durant la nuit et la matinée. Du lundi au vendredi à 18 h 30, l'émission Fax : L'InfoPlus est le rendez-vous de l'actualité musicale. La plupart des émissions lancées en 1986 diffusées à 21 h sont déplacées à 19 h. Rock en bulle est déplacé à 21 h. Le vendredi soir à 22 h, l'émission VidéoDanse présente deux heures de vidéoclips conçues pour la danse, elle est remplacée à l'automne 1993. L'émission En ligne est proposée une fois par mois, où un artiste invité reçoit des appels en ondes.

Le guichet VoxPop a été installé en 1989 au coin de Ste-Catherine et Hôtel de ville, où les passants déposaient 1 $ pour se faire filmer et faire leur demande spéciale qui sera diffusée dans l'émission du même nom, dont les profits vont à une œuvre de charité.

De nombreux artistes internationaux en tournée de promotion faisaient un arrêt obligatoire dans les studios de MusiquePlus, rassemblant foule devant les fenêtres, bloquant parfois le trafic de la rue Ste-Catherine. Au cours des entrevues en direct, les VJs bilingues posaient leurs questions et traduisaient par la suite. Lorsque ces entrevues étaient réutilisées plus tard, les traductions étaient sous-titrées. Les artistes francophones étaient aussi invités dans les studios pour présenter leur nouveau vidéoclip. Les VJs étaient aussi invités à prendre l'avion à plusieurs destinations (Los Angeles, Londres, New York, Paris, etc.) afin de réaliser une entrevue.

Avant-gardiste, Roch Voisine, au sommet de sa popularité, passe 24 heures en direct dans les studios de MusiquePlus les 12 et .

Années 1990[modifier | modifier le code]

De nouvelles émissions se sont ajoutées au cours des années, dont Dadabiz de 1990 à 1992, un montage des bloopers de la semaine ; Rockambolesque : Le Quiz à l'automne 1991 animé par Denis Talbot ; Perfecto dès avec Stéphane Le Duc, puis Ariane Cordeau dès 1995, dans le monde de la mode, rediffusée par Radio-canada, TFO et TV5 Monde ; RapCité animé par KC LMNOP dès l'automne 1992 pour une seule année ; ainsi que Québec Plus, tourné dans la ville de Québec, animé successivemenet par Dany Martel (1992-93) Caroline de la Ronde (1993-94), Philippe Fehmiu (1994-?).

MusiquePlus a produit deux émissions de récompenses, le VidéoGala, en 1991 diffusé en direct, et en 1992 enregistrée à l'avance[6].

De 1992 à 1997, Une série de compilations Danse Mix annuelle apparaît chez les disquaires, il s'agit de la même série de compilations X-Tendamix Dance Mix de MuchMusic dont la pochette a été adaptée pour le marché québécois.

L'automne 1993 marque plusieurs nouveautés, dont Le Cimetière des CD, critique de disques par Claude Rajotte ; Cinémaclip, des bandes annonce de films ; Rage, de la musique alternative ; Les Aventures du Grand Talbot, par Denis Talbot, série de reportages au Québec ou ailleurs, démystifie des métiers et nous montre l'arrière-scène de certains endroits, entrecoupés de parodies montées par Alain Simard ; Bouge de là, animé par Juliette Powell jusqu'en 1996 (puis par Abeille, Zen, Philippe Fehmiu), le studio de MusiquePlus se transforme en piste de danse, DJ invités, prestations en direct, smart drink… l'émission devient Bouge au printemps 1998 ; et Clip postal, des vidéoclips de la francophonie. Quelques dimanches soirs, Denis Talbot lança la Loto-Talbot et recevait des appels en ondes où chaque personne donnait un numéro qui, constituée, identifie le numéro d'une cassette contenant un vidéoclip qui allait être ensuite joué en ondes.

À l'automne 1994, le bloc de huit heures produit en direct fut déplacé de midi à 20 h.

Le , le CRTC a approuvé la demande de MusiquePlus pour le service MusiMax[7], visant un public adulte. Besoin de studios plus grands, MusiquePlus emménage à l'automne 1997 au 355 rue Sainte-Catherine Ouest, au rez-de-chaussée. MusiMax est lancé le , installé au deuxième étage. Le guichet VoxPop a aussi été déménagé, mais démantelé au début des années 2000.

À la fin 1999, Astral Media a fait l'acquisition de Radiomutuel, et a repris ses parts dans MusiquePlus Inc.

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2006, des émissions variées telles que de la télé-réalité américaine et québécoise (Hogan a raison, Pimp mon char, Fou Raide, Le Mike Ward Show, La Clinique de Marc Boilard, Laguna - gâtées pourries et plusieurs autres), des entrevues avec des artistes locaux et internationaux (Info+, Plus sur commande, L'artiste du mois, Exposé, BO2), une émission sur les jeux vidéo (M.Net) et des présentations de vidéoclips (Rotation Vidéo, Top 5.com, Décompte Musique Plus, L'Ultime Combat des clips, Flambant n'œuf, Pop!, etc.) La chaîne propose également des émissions de divertissement hebdomadaire telles que L'Gros Show, Tévé tourista et, maintenant, une émission de transformation, Mes vieux tout neufs, où des jeunes inscrivent leurs parents afin qu'ils subissent une transformation.

En , CTVglobemedia a annoncé son intention de faire l'acquisition de CHUM Limited, avec l'intention de se départir de leurs parts. Le , Astral Media achète les parts restantes et devient unique propriétaire de MusiquePlus dès septembre[8].

Désormais devenu propriétaire à part entière, Astral Media a effectué un restructuration majeure de MusiquePlus. La haute direction voulait en effet faire de MusiquePlus une référence pour les jeunes adultes, jusqu'ici négligés au profit des adolescents. La programmation précédente étant principalement axée sur les télé-réalité, on souhaite redonner à la musique sa place au cœur de la grille horaire. Certaines émissions, dont Coup de foudre et BO2, ont donc été retranchées de l'antenne. De plus, le rôle des VJ sera reconsidéré. Le logo a été changé pour le lancement de la programmation d'automne 2008. C'est le que le changement s'est produit. L'émission qui a remplacé Plus sur commande, MP6, fut retirée des ondes au retour du congé des fêtes 2008, le à cause d'un manque de visionnement (les cotes d'écoutes étaient peu élevées). Elle fut remplacée par RAM, un jeu-questionnaire.

Années 2010[modifier | modifier le code]

Le , Bell Canada annonce en prévision de son achat des actifs d'Astral, qu'elle se départirait de MusiquePlus et MusiMax[9], qui seront mises aux enchères. Le , V Media (Remstar) conclut une entente avec Bell Media afin d'acquérir MusiquePlus et Musimax, sous approbation du CRTC[10]. La transaction a été approuvée le [11].

Le , Groupe V Média lance la programmation du nouveau MusiquePlus qui tourne désormais autour de quatre piliers : la musique, la fiction, l’humour et la téléréalité.

Le , Groupe V Média annonce via un article du chroniqueur Richard Therrien la fin de MusiquePlus à la fin du mois d'août de la même année. La chaîne sera remplacée par une chaîne à destination du public féminin[12].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Programmation[modifier | modifier le code]

Productions originales[modifier | modifier le code]

  • Buzz
  • OD+ en direct

Séries et émissions internationales[modifier | modifier le code]

Animateurs actuels[modifier | modifier le code]

Anciennes programmation et VJ[modifier | modifier le code]

Anciennes émissions[modifier | modifier le code]

Anciens animateurs, chroniqueurs et VJ[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Groupe V Média lance sa nouvelle chaîne ELLE Fictions », sur Groupe V Média,
  2. Louise Cousineau, « Le canal 10 : une nuit de vidéoclips à la fin de mai », La Presse, vol. 100, no 93,‎ , C1 (ISSN 0317-9249, lire en ligne)
  3. « Décision CRTC 86-215 », sur CRTC,
  4. a et b Daniel Lemay, « MusiquePlus est dans ses meubles », La Presse, vol. 104, no 283,‎ , D1 et D3 (ISSN 0317-9249, lire en ligne)
  5. « Décision CRTC 87-897 », sur CRTC,
  6. Richard Therrien, « Souvenir de Télé Presse: MusiquePlus »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur La Presse,
  7. « Décision CRTC 96-614 », sur CRTC,
  8. « Avis public de radiodiffusion CRTC 2007-99 », sur CRTC,
  9. « Bell obtient l'autorisation du Bureau de la concurrence pour la transaction avec Astral », sur BCE,
  10. « Groupe V Médias fera l’acquisition de MusiquePlus et MusiMax de Bell Média », sur Bell Media,
  11. « Décision de radiodiffusion CRTC 2014-465 », sur CRTC,
  12. « MusiquePlus: c’est vraiment la fin », sur Le Soleil, (consulté le 14 février 2019)

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]