Projet de centrale nucléaire de Darkhovin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Carte des installations nucléaires iraniennes

Le projet de centrale nucléaire de Darkhovin (parfois orthographié Darkhovine, Darkhoin, Darkhouin ou Darkhoyen) est située sur les rives du Karoun à 2 km au sud-ouest du village de Darkhovin (2800 habitants), dans la province de Khuzestan, au sud-ouest de l'Iran. Le site se trouve à 70 km au sud-ouest de Ahvaz (Iran), à 90 km à l'est de Al-Basra (Irak) et à 150 km au nord de la ville de Koweit.

Ce projet de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran vise à équiper la centrale d'un réacteur nucléaire à eau pressurisée d'une puissance de 360 MW, construit par l'Iran, dont la mise en service est prévue en 2017. Il serait alors alimenté en combustible nucléaire enrichi en Iran dont la teneur en Uranium-235 sera comprise entre 2,5 % et 3,5 %. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) contrôle les travaux de construction de la centrale de Darkhovin[1].

Chronologie[modifier | modifier le code]

En octobre 1977, avant la révolution, l'Iran avait signé un contrat de 2 milliards de dollars[2] avec l'entreprise française Framatome pour construire deux réacteurs à eau pressurisée de 910 MW à Darkhovin. Les travaux démarrèrent en janvier 1979, un mois avant la chute de l'Empire d'Iran.

En avril 1979, le contrat fut annulé par le gouvernement provisoire de l'Iran[3]et les pièces d'ingénierie de la centrale ont été réorientées vers les projets nucléaires français. Les composants destinés aux réacteurs iraniens ont été utilisés pour la construction des réacteurs no 5 et 6 de la centrale nucléaire de Gravelines dont les travaux commencèrent en octobre 1979[4].

De septembre 1980 à août 1988, le site (situé près de la frontière avec l'Irak) a été l’objet de bombardements pendant les huit années de la guerre Iran-Irak[5].

En 1992, la République islamique d'Iran a conclu un accord avec la Chine pour construire sur le site de Darkhovin en 10 ans deux réacteurs nucléaires de 300 mégawatts chacun, identiques à ceux de la centrale nucléaire de Qinshan (Chine) et de la centrale nucléaire de Chashma (Pakistan). Mais la Chine se retira avant que le chantier n'ait démarré[4].

En 2006, Gholam Reza Aghazadeh a annoncé que l'Iran allait construire avec ses experts nationaux un réacteur de 360 Mégawatts à Darkhovin, alimenté par du combustible nucléaire enrichi en Iran[6]. Le projet a été poursuivi par l'Iran seul, aucun autre pays n'étant prêt à participer à sa réalisation en dépit des invitations de Mahmoud Ahmadinejad[7].

En 2008, il était prévu que le projet soit terminé en 2016 et les études de conception de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran ont commencé[8],[9].

En mai 2012, l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran a annoncé l'achèvement des études de conception ; l'Agence internationale de l'énergie atomique a demandé d'en contrôler les résultats[10], [1].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]