Polastron (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Polastron
Polastron (Gers)
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Auch
Canton Val de Save
Intercommunalité Communauté de communes du Savès
Maire
Mandat
Alain Laffiteau
2014-2020
Code postal 32130
Code commune 32321
Démographie
Gentilé Polastronnais
Population
municipale
272 hab. (2017 en augmentation de 3,03 % par rapport à 2012)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 31′ 56″ nord, 0° 50′ 44″ est
Altitude Min. 171 m
Max. 286 m
Superficie 15,21 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Polastron
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Polastron
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Polastron
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Polastron

Polastron (Polastron en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Polastron est une commune de Gascogne située dans le sud-ouest du département du Gers en Rivière-Verdun, sur la route départementale entre Auch et Samatan. Elle est à 8 km de Samatan, 13 km de Gimont, 28 km d'Auch et 63 km de Toulouse.

Carte de la commune de Polastron et de ses proches communes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Polastron est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes de Polastron[1]
Aurimont Saint-André
Tirent-Pontéjac Polastron Bézéril
Saint-Martin-Gimois Saint-Soulan

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 521 hectares ; son altitude varie de 171 à 286 mètres[2].

Polastron se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Marcaoue un affluent de la Gimone, elle a été concernée par les inondations de 1977 en Gascogne.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec la routes départementales D 149.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ce nom provient de l'agglutination du latin pullaster et du suffixe onem qui signifie : l'« endroit oú l'on élève des poules ».

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Il existait au Moyen Âge une seigneurie éponyme, avec pour armoiries : d'argent au lion de sable.
  • Le premier seigneur de Polastron connu est : Pierre de Polastron, cité en 1004.
  • Le village reçut une charte de coutumes en 1276.
  • La duchesse de Polignac, favorite de Marie-Antoinette, était née Gabrielle de Polastron.
  • Fusion avec Laurac en 1836.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[4],[5].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement d'Auch de la communauté de communes du Savès (Gers) et du canton de Val de Save (avant le redécoupage départemental de 2014, Polastron faisait partie de l'ex-canton de Samatan).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Alain Laffiteau[6] DVG Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2017, la commune comptait 272 habitants[Note 1], en augmentation de 3,03 % par rapport à 2012 (Gers : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
429444452485502650652658661
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
640626585609611581567525504
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
507475407372376364338303302
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
231198191191188230236242266
2017 - - - - - - - -
272--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[11] 1975[11] 1982[11] 1990[11] 1999[11] 2006[12] 2009[13] 2013[14]
Rang de la commune dans le département 216 127 202 182 182 160 144 142
Nombre de communes du département 466 462 462 462 463 463 463 463

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement basée sur l'agriculture (céréales : maïs, blé…).

Enseignement[modifier | modifier le code]

Polastron fait partie de l'académie de Toulouse.

La commune dispose d'une école primaire (maternelle et élémentaire)[15].

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Salle des fêtes

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque, randonnée pédestre,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Ruines du château : situées dans le bois avant le village, en arrivant du côté de Samatan.

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Plan séisme
  4. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  5. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  6. Site de la préfecture - Fiche de Polastron
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. http://www.education.gouv.fr/annuaire/32-gers/polastron/etab/ecole-primaire-publique.html
  16. http://www.tourisme-gers.com/polastron/village_de_polastron-175072.html