Pile Leclanché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

gravure d'une pile Leclanché

Une pile Leclanché est un type de pile électrique primaire fonctionnant par oxydoréduction entre le zinc (Zn) et le dioxyde de manganèse (MnO2), avec un électrolyte constitué de chlorure de zinc et de chlorure d'ammonium.
Également appelée pile saline ou pile sèche, son principe est à l'origine des piles cylindriques ou bâton[1]. Sa force électromotrice vaut 1,5 V ; sa densité d'énergie est de l'ordre de 0,18 W⋅h⋅cm-3, soit 650 kJ⋅L-1.

Historique[modifier | modifier le code]

Après une pile au carbonate de cuivre (CuCO3) brevetée le 8 janvier 1866, Georges Leclanché met au point, en Belgique, en 1867[2] la première pile au dioxyde de manganèse, récompensée à l'Exposition universelle de Paris la même année. Cette pile est rapidement utilisée par l'administration belge des télégraphes et par les chemins de fer néerlandais.

Après 1871, la fabrique des piles Leclanché-Barbier est presque l'unique producteur de piles en France. Son fils et son frère améliorent les performances de cette pile en travaillant sur l'immobilisation des liquides.

Composition[modifier | modifier le code]

Eclaté de pile Leclanché.

Au pôle négatif de la pile, l'électrode de zinc est au contact d'une solution gélifiée de chlorure de zinc, et de chlorure d'ammonium. Cette solution, contenant des ions autres que les ions oxonium et hydroxyde, est dite saline et donne son nom à la pile[3].
Au pôle positif de la pile, l'électrode en graphite est entourée d'un mélange de dioxyde de manganèse et de carbone en poudre. Ce mélange est imbibé de la solution gélifiée de chlorure d'ammonium. Le pH de ce mélange est voisin de 4. Le carbone est un conducteur qui permet aux électrons qui arrivent à l'électrode de graphite de réduire le dioxyde de manganèse dans la masse du mélange et de l'utiliser en totalité[3].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Ce sont des piles peu coûteuses à l'achat, mais qui sont à usage unique. Leur coût d'utilisation est de ce fait très supérieur à celui des accumulateurs qui peuvent supporter des centaines de cycles de décharge. Elles peuvent être employées dans des utilisations intermittentes ne nécessitant pas une forte intensité : télécommande, réveil, sonnerie, poste de radio, etc.

Recyclage[modifier | modifier le code]

Ces piles contiennent des métaux (du zinc et du manganèse) dont certains sont toxiques et nocifs pour l'environnement, et elles ne sont pas biodégradables. Elles ne doivent donc pas être jetées dans une poubelle ordinaire, mais amenées à un point de collecte (déchetteries, points de ventes...) pour être recyclées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. IV. Un exemple de pile usuelle: pile Leclanché., sur le site web-sciences.com, consulté le 4 décembre 2015
  2. Les piles salines, sur le site maxicours.com, consulté le 16 janvier 2015
  3. a et b [PDF][f) La pile Leclanché p. 18, sur le site uclouvain.be, consulté le 4 decembre 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]