Philippe Abjean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philippe Abjean
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Philosophe, activiste culturel, écrivain, mouvement bretonVoir et modifier les données sur Wikidata

Philippe Abjean, né en à Bar-sur-Seine dans l'Aube en Champagne-Ardenne, est un philosophe humaniste et militant breton qui souhaite redonner à la Bretagne une nouvelle dimension spirituelle et culturelle. Pour cela, il a mis en place le Tro Breizh (Tour de Bretagne), la Vallée des Saints et il agit en faveur du renouveau des lieux de culte chrétiens et de la perpétuation de la culture traditionnelle dans la société contemporaine.

Fourmillant d'idées au quotidien pour la Bretagne, échafaudant des projets d'envergure porteurs pour le catholicisme, il est à sa façon un bâtisseur[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, bretonnant originaire de Saint-Pol-de-Léon, est fait prisonnier par les Allemands dans l'Aube pendant la Seconde Guerre mondiale. Durant cette captivité, il rencontre une jeune femme qu'il retrouvera cinq ans plus tard, à sa libération[2]. Ils donneront naissance à Philippe en 1953, qui vit ses premières années dans l'Est de la France. Il n'a que trois ans quand il revient vivre avec ses parents, ses deux sœurs et trois frères dans le berceau familial. Il passe donc son enfance et son adolescence à Saint-Pol-de-Léon[3].

La philosophie[modifier | modifier le code]

Bâtiment historique du lycée du Kreisker à Saint-Pol-de-Léon.

Après ses études au lycée Notre-Dame du Kreisker, il voulait faire des études de droit mais il se lance finalement dans des études de philosophie à Brest et à Poitiers. Il se tourne vers l'enseignement, notamment après sa rencontre avec le professeur Nicolas Grimaldi qui lui a donné le goût de la discipline[C'est-à-dire ?][3]. Maitrise et Capes en poche, il obtient, à 23 ans, un premier poste au Cameroun, où il enseigne pendant cinq ans et y découvre « une vraie qualité de vie et un sens des relations humaines » malgré la pauvreté[3].

Puis, quittant à regret l'Afrique, il rentre en Bretagne pour enseigner la philosophie dans les lycées du Kreisker à Saint-Pol-de-Léon et Le Nivot à Loperec. Sept ans après, il démissionne : « Le problème lorsqu'on enseigne, c'est qu'au bout d'un moment, on ronronne. Et on devient le contre-exemple de ce qu'est la philosophie, qui invite sans cesse à réinventer la vie ! »[2]. Philippe Abjean s'oriente alors vers une licence de théologie à Lyon. De retour en Bretagne, il devient un correspondant très actif du journal Le Télégramme pour plusieurs cantons, dont celui de Saint-Pol-de-Léon[2]. Il enseigne au lycée du Kreisker jusqu'en 2015[4].

Le Tro Breiz[modifier | modifier le code]

Les sept saints du Tro Breiz qui ont fondé les premiers évêchés bretons.

En 1990, alors qu'en France on venait de célébrer le millénaire capétien, il propose au maire de Saint-Pol de fêter le 1500e anniversaire de la naissance de saint Pol Aurélien, fondateur de l'évêché de la ville. Contre toute attente, le rassemblement de 144 bannières des paroisses du Léon fait chapelle comble[5]. En 1994, fort de ce succès, Philippe Abjean relance le Tro Breiz, le seul pèlerinage au monde qui, pendant sept jours, début août, met 2 000 personnes sur les routes, provenant de divers milieux et pour différentes raisons. Sur plusieurs années, le tour de Bretagne relie comme au Moyen Âge les sept évêchés des sept saints fondateurs et permet de découvrir une grande partie du patrimoine[6]. Il fonde l'association "Les Chemins du Tro Breiz", qui gère le seul grand pèlerinage circulaire au monde, souhaitant le faire reconnaître comme « itinéraire culturel européen », et qui a effectué à plusieurs reprises des actions humanitaires[7]. L'association, dont il était président jusqu'en 2009, fête ses 20 ans en 2014[8].

Catholique pratiquant, il s'investit dans la paroisse mais aussi en tant que laïc dans la commune de Saint-Pol où il est attaché culturel[9]. Avec des bénévoles, ce missionnaire laïc participe à la « Communion des chapelles » pour ouvrir et expliquer les lieux aux visiteurs, pour pallier le défaitisme de l'Église et créer un mouvement national. Il va plus loin dans la réappropriation des lieux religieux en sauvant les églises et chapelles vouées à la destruction : « les Ouvriers du bon Dieu » est un projet qui rassemble des bénévoles pour racheter et restaurer ces édifices[5]. Président également de l'association l’Œuvre de St-Joseph, plusieurs chapelles dédiées au saint ont retrouvé vie grâce aux actions bénévoles, comme à Saint-Pol-de-Léon et Quimper[10].

La Vallée des Saints[modifier | modifier le code]

Nouvelles statues de la Vallée des Saints à Carnoët en 2013.

Dès 1999, il ambitionne de réaliser dans le Pays léonard une « Vallée des Celtes », un foyer vivant de création celtique contemporaine comportant les statues d'un millier de saints[11]. Il crée en 2008 l'association La Vallée des Saints, « un projet fou pour l'éternité » qui par la création artistique dans le granit breton redonne vie à la multitude de saints bretons : des centaines de statues-sculptures monumentales qui constitueront à terme une « île de Pâques bretonne »[12]. Implantée à Carnoët, dans le Poher, la Vallée est une mise en scène de la mythologie bretonne, de ces récits transmis oralement qui sont une mémoire collective mais aussi des messages modernes à portée universelle[13]. La démarche permet de revenir sur l'histoire du millier de saints qui ont dessiné le visage de la Bretagne lors des grandes migrations d'Outre-Manche aux Ve et VIe siècles.

Pour ce projet audacieux se disant « réveiller l'inconscient collectif breton et l'âme de la Bretagne », il fait partie des huit personnalités sélectionnées par Le Télégramme pour le titre de « Breton de l’année 2009 »[14] et en décembre 2010, le mensuel Armor magazine l'élit « Breton de l’année », succédant à Patrick Poivre d'Arvor et Noël Le Graët[15]. En 2013, il reçoit le prix de la Diaspora Économique Bretonne et le premier prix des Dîners Celtiques à Paris. En 2014, il reçoit la distinction de Grand Collier de l'Ordre de l'Hermine pour son action au service de la Bretagne, remis au château des ducs de Bretagne à Nantes[16]. En avril 2017, l'Association Bretonne, la plus ancienne société savante, décerne pour la première fois un prix en faveur des projets culturels portés par Philippe Abjean[17].

Avec « La Vallée de la Paix », au Cameroun ou au Maroc, il prévoit la reconstruction d'un millier de cases en terre représentant le patrimoine architectural africain en voie de disparition tout comme les ethnies[18]. Au Bénin, « La Vallée du Non Retour » serait un mémorial de l'esclavage à Ouidah (important port négrier au XVIIIe siècle) où seraient installées un millier de statues en terre cuite, grandeur nature, enchaînées et regardant en direction de la mer[18].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Philippe Abjean, Notre-Dame du Kreisker, Saint-Pol de Léon : le marchepied du ciel, 2011, Léon'Art éd., 171 p.
  • Philippe Abjean et Pierre Guivarc'h, St-Pol-de-Léon, éd. Alan Sutton, Rennes, coll. Mémoire en images, 1995, 127 p. (ISBN 2910444090)
  • Collectif (Philippe Abjean, Denez Prigent, Yves-Pascal Castel, Keranforest et Job An Irien), Le chant du Tro-Breiz, Éditions nouvelles du Finistère, 1995, 126 p., (ISBN 2-9506659-7-7)
  • Noël Le Quément (préface Philippe Abjean et Dominique de Lafforest), Marcheurs du Tro Breiz 1994-2000, 2000,
  • Brigitte Bleuzen, « Du Tro-Breiz à la Vallée des Mille Saints », Archives de sciences sociales des religions, 2010, n° 151 (ISBN 9782713222559)
  • Yann Rivallain et Frank Darcel, 111 Bretons des temps modernes, ArMen, , 235 p. (ISBN 2916264027), p. 8-9, (notice BnF no b41117525d)
  • Biographie de Jacques Branellec[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Philippe Abjean dans la cour des Grands en Bretagne », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c Philippe Abjean, 111 Bretons des temps modernes, p. 9
  3. a b et c Philippe Abjean : Nouveau missionnaire, p. 33
  4. a et b « Lycée. Philippe Abjean prend sa retraite », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  5. a et b Philippe Abjean : Nouveau missionnaire, p. 32
  6. Tro Breiz. Une thèse réalisée par une chercheuse canadienne, Le Télégramme, 8 août 2012
  7. Humanitaire. Une aide à un orphelinat du Cameroun, Le Télégramme, 14 mars 2009
  8. Il a cédé sa place à Marie Alix de Penguilly le 9 août 2009 à Saint-Pol de Léon où il a été fait président d'honneur.
  9. Vallée des Celtes : la future île de Pâques bretonne, Le Télégramme, 10 février 1999
  10. « Appel aux bénévoles pour sauver une chapelle à Quimper », Le Courrier Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  11. « Vallée des Celtes » : le projet présenté aux Bretons de Paris, Le Télégramme, 20 mars 1999
  12. Thierry Charpentier, « Projet. Mille saints pour une vallée », Le Télégramme, 21 février 2009
  13. A Carnoët, de monumentaux saints de pierre veillent sur la campagne bretonne, Le Point, 10 août 2010
  14. Breton de l'année. Dernier jour pour voter !, Le Télégramme, 22 décembre 2009
  15. Anne-Edith Poilvet et Yann Guénégou, Breton de l'année 2010 : Philippe Abjean, Armor Magazine, décembre 2010, p. 5
  16. Nantes Multimédia, « La journée de l'Hermine 2014 se déroulera à Nantes : colloque et remise des colliers », sur Agence Bretagne Presse, (consulté le 8 novembre 2014)
  17. « Association Bretonne. Philippe Abjean primé », Le Telegramme,‎ (lire en ligne)
  18. a et b Cameroun. La Vallée de la Paix d'un Breton, Le Télégramme, 12 mai 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Henning, « Philippe Abjean a relancé le Tro Breiz », Pèlerin,‎ (lire en ligne)
  • Philippe Argouarch, « La Bretagne a une mythologie, Philippe Abjean l'a ressuscitée », Agence Bretagne Presse, 19 décembre 2010, article accompagné d'une vidéo, consulter en ligne
  • Erwan Chartier-Le Floch, « La vallée des saints », ArMen,‎ , p. 6-9 (lire en ligne)
  • « Le Cameroun dit oui à Philippe Abjean pour une Vallée de la Paix », sur Africapresse.com, (consulté le 24 juin 2013)
  • Déborah Coeffier (photogr. Gwénaël Saliou), « La Vallée des Saints : Le projet fou de Philippe Abjean », Bretons, no 88,‎ , p. 26-33
  • Maiwenn Raynaudon-Kerzerho, « Philippe Abjean : « restaurer les chapelles, matériellement et spirituellement » », Bretons, série Hors-Série, no 20,‎ , p. 4-6
  • Maiwenn Raynaudon-Kerzerho (photogr. Emmanuel Pain), « La Vallée des Saints, le Tro Breizh, la sauvegarde des chapelles. Philippe Abjean : "Les gens ont besoin de sacré" », Bretons, no 102,‎ , p. 34-43
  • Yvon Tranvouez, Catholiques en Bretagne au xxe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2006, 237 pages

Liens externes[modifier | modifier le code]