Agence Bretagne Presse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Agence Bretagne Presse
Logo de Agence Bretagne Presse

Adresse abp.bzh
Description presse d'information gratuite tout en ligne
Slogan « Un média indépendant financé par ses lecteurs »
Commercial non
Publicité non
Type de site actualité, communiqués en licences libres
Langue français, breton, anglais...
Siège social Pouldreuzic (Finistère)
Drapeau de la France France
Directeur de la publication Philippe Argouarch
Lancement 2003

L’Agence Bretagne Presse (ABP.BZH) est un web-média, de la catégorie presse d'information gratuite tout en ligne, créé en [1] par Philippe Argouarch[2],[3] et Ronan Le Flécher[4]. Il diffuse, sous différents modes, des informations, des communications et des textes de fond.

Historique[modifier | modifier le code]

C’est une fois rentré en Bretagne, après avoir travaillé en Californie dans le web naissant et collaboré à un site de presse parisien, que Philippe Argouarch, en collaboration avec Ronan Le Flécher a créé l’Agence Bretagne Presse comme service gratuit de collecte d’informations et de communiqués[5].

En 2008, l'ABP ouvre une section vidéo, ABP-TV, alimentée par des conférences et évènements associatifs et politiques en Bretagne[6]. Certaines de ces vidéos sont reprises par d’autres médias comme France 3 Bretagne, via la chaîne youtube de l’ABP, dernièrement par France culture[7]. La chaîne vidéo spécifique, ABP-TV.com, a été abandonnée en 2017 au profit d’une simple chaîne sur la plate-forme YouTube, Agence Bretagne Presse.

En 2009, l'ABP subit une grave crise éditoriale, car elle est critiquée pour avoir publié les communiqués du parti d'extrême-droite ADSAV, en suivant le modèle de l’AFP qui publie les communiqués du Front national. Les désaccords au sein de la rédaction provoquèrent le départ de Bernard Le Nail de la rédaction [réf. souhaitée]. À noter que les communiqués des organisations identitaires et/ou racistes ne sont plus admis à la publication [8].

En 2010, le blogueur et militant français d'extrême droite Boris Le Lay, inscrit sans véritable vérification comme porte-parole de son nouveau web-média Breizatao, se voit retirer son accréditation, après qu'il a mis en ligne deux communiqués, au su de propos anti-sémites tenus en dehors du site de l'ABP[9].

Mai 2011, L’équipe des rédacteurs vote un rédacteur en Chef : Fabien lécuyer [10].

Février 2012 : Une partie de la rédaction dont Fabien Lécuyer et Jacques-Yves Le Touze part fonder un autre web-média.

En 2012, l'ABP donne à ses rédacteurs et contributeurs la possibilité de publier sous plusieurs licences Creative Commons[11].

En , le cofondateur Philippe Argouarch reçoit le collier de l’ordre de l’Hermine en tant que créateur et dirigeant de l'Agence Bretagne Presse[12].

Depuis fin , l'Agence Bretagne Presse diffuse « la revue de presse bretonne », une newsletter agrégeant les titres et les liens des articles moissonnés dans plus de 1 000 médias, y compris venant des radios et des chaines de télévision, sur le thème de la Bretagne ou des Bretons et sujets connexes, selon l’actualité du moment[13]. La newsletter est créée automatiquement par un bot informatique qui visite les flux RSS des médias francophones[13].

Début 2018, le webmaster a codé un autre bot qui visite quotidiennement certaines associations et maisons d’éditions pour y collecter les derniers communiqués ou annonces de nouveaux livres ou CDs et les republier sur le site de l’ABP[14]

En 2020, trois autres newsletters sont lancées :

  • une newsletter hebdomadaire reprenant les chroniques ABP et les reportages de la semaine
  • Breizh Vox, un agrégateur quotidien reprenant les titres et les liens vers les communiqués des associations culturelles, des partis politiques et des blogs d’élus
  • Tro ar mediaoù e brezhoneg (le tour des médias en breton), la première newsletter agrégatrice des titres et des liens vers tout ce qui a été publié en langue bretonne la veille, y compris les présentations des émissions de radio et de télévision et des liens vers les replays[15].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Nom[modifier | modifier le code]

Le nom fait une référence formelle à un type de média B2B, agence de presse, mais le site Internet et ses satellites ont comme objectif de collecter et de diffuser gratuitement des informations et des connaissances sur la Bretagne, ses résidents et tout ce qui peut avoir un lien avec ceux-ci comme le spécifie la ligne éditorale[8].

Structure et fonctionnement[modifier | modifier le code]

L’ABP combine une fonction éditoriale et une fonction d’hébergement de textes et d’images analogue aux plateformes que l’on regroupe sous le terme générique de réseaux sociaux. Cependant, le propriétaire du nom de domaine, Philippe Argouarch, exerce les fonctions de directeur de la publication applicables au contenu du site et de rédacteur en chef vis-à-vis des contributions individuelles.
La proposition de mise en ligne sur le site est faite par les émetteurs de texte eux-mêmes, sous condition que les auteurs ou porte-paroles se soient inscrits selon une procédure avec questions appelée « accréditation ». . Tous les contributeurs sont bénévoles.

Les communiqués des associations publiés sous le nom de rubrique « Communiqués de presse » et tout ce qui est publié sur le site y compris les commentaires sont, au regard de la loi, de la responsabilité du directeur de la publication[16],[17], et le directeur a été poursuivi deux fois en diffamation au sujet de textes dont il n’était pas l’auteur.

Une colonne de la une définit une rubrique « Éditorial - Chroniques et points de vue » qui regroupe des textes écrits par des auteurs, sur lesquels le rédacteur en chef a une a une autorité car il peut, mais c’est très rare, suspendre une chronique ou tout autre texte. Le statuts des articles rubriqués « Reportages » est identique.

L’équipe rédactionnelle a été de taille variable selon les années. La page « mentions légales » énonce, en novembre 2020 une équipe de cinq personnes dont un correspondant en Loire-Atlantique[18].

On peut seulement observer que cette partie éditoriale, dans la mesure où ce qui est écrit concerne, de près ou de loin, la Bretagne ou les nations sans état, a une tonalité générale régionaliste. Cependant, les communiqués présentent une grande variété de sujets et de points de vue et c’est pourquoi, la partie affichage et agrégation de textes mis en ligne par leurs émetteurs est une illustration du web participatif, avec des canaux satellites.

L’ABP utilise un système de priorisation de l’affichage appelé « rédacteur en chef virtuel », dont Philippe Argouarch est l’inventeur[19]. Ce système de mise en page de l’actualité est basé sur la popularité de l’information à un moment donné. L'application a été décrite par son développeur lui-même, dans un papier, publié dans la revue, Terminal, Technologie de l’information, culture & société et visible dans OpenEdition Journals et référencé dans Academia.edu[20].

L’ABP n’a pas de structure juridique porteuse, mais, son financement, conformément à sa devise affichée sous son bandeau-titre, « un média indépendant financé par ses lecteurs » est assuré par une association, l'Association Bretonne pour les Médias Numériques (ABPMN)[21].

Contenus[modifier | modifier le code]

L'Agence Bretagne Presse publie des articles, des chroniques, des reportages et des communiqués sur la Bretagne, la breton, la culture bretonne, la diaspora bretonne, l'environnement, l'Europe, la justice, les médias, la politique, le monde de l'entreprise, la réunification de la Loire-Atlantique à la Région Bretagne, et parfois aussi l'actualité des nations sans État et des minorités culturelles et linguistiques en Europe.
Elle collecte les contenus sur un mode collaboratif et participatif[22] à la fois un agrégateur de communiqués émanant de la société civile et un web-média dans lequel écrivent plusieurs chroniqueurs aux points de vue régionalistes[23]comme l’écrivain et juriste Yvon Ollivier et qui traitent de sujets politiques dans un style de magazine. Des reportages sont publiés, principalement sur des manifestations publiques concernant la Bretagne. Les informations de l'ABP sont parfois reprises par les autres médias de la presse quotidienne régionale[24],[25],[26] ou de la presse quotidienne nationale[27],[28].
Le propriétaire et directeur publie sous son nom propre des éditoriaux souvent engagés[29].

Canaux satellites[modifier | modifier le code]

L'ABP publie sur son site web, mais aussi sur les réseaux sociaux. Tous les articles éditoriaux sont diffusés via un compte Twitter, et sur une page Facebook intitulée Agence-b-presse. Ces comptes servent aussi d’agrégateurs d’actualités régionales fournies par d’autres médias, y compris de la presse nationale. La sélection des titres de presse est effectuée par un bot informatique

Présence du breton et du gallo[modifier | modifier le code]

Le breton et le gallo sont une part minoritaire du contenu diffusé. Leur présence est plus qu'un symbole, car les médias dans ces langues minoritaires sont peu nombreux. On observe la présence de nombreux communiqués sur des spectacles, conférences, cours du soir, livres, disques, etc, qui font de l'ABP un média important pour les brittophones et les gallophones[19].

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

En 2006, l'Agence Bretagne Presse s'est déclarée comme association loi de 1901[30], mais l'association a dû déposer son bilan en 2007 à la suite d'une condamnation aux Prud'hommes[31]. Le 23 juillet 2007, le Tribunal de Grande instance de Quimper avait prononcé la liquidation de l’association qui était en cessation de paiement[32].

En , l’Agence Bretagne Presse est poursuivie en justice pour diffamation par le Parti des travailleurs et par son président Daniel Gluckstein pour avoir publié un communiqué d’un candidat aux élections, membre du parti Union démocratique bretonne, qui qualifiait le parti des travailleurs de « parti social-nationaliste ». La plainte du parti des travailleurs qui réclamait 10 000 euros pour préjudice a été rejetée ce parti ayant cessé d’exister, et Daniel Gluckstein débouté[33],[34]. Les frais d’avocat de l’Agence Bretagne Presse ont été pris en charge par l’association Skoazell Vreizh.

Suite à la publication d’un communiqué de l’association environnementale « Sauvegarde de Brocéliande » accusant le Syndicat des ordures ménagères SMICTOM d'Ille-et-Vilaine (Syndicat mixte intercommunal de collecte et de traitement des ordures ménagères de la région Centre Ouest Ille-et-Vilaine), de vouloir détruire des espèces protégées par un projet de construction d’une décharge publique en bordure de la forêt nationale de Paimpont, le président du SMICTOM, Philippe Chevrel, porte plainte contre Philippe Argouarch en tant que directeur du média Agence Bretagne presse . Par décision du 23 mai 2013, le Tribunal de grande instance de Paris de la 17e chambre correctionnelle, Philippe Argouarch, ayant retiré le communiqué en question de l’ABP, a été innocenté[35] mais « Sauvegarde de Brocéliande » est condamnée[36].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Argouarch : Communication militante, Bretons (magazine), 1er mars 2009
  2. Philippe Argouarch: "Je suis décu. Trump me fait peur", France 3 Bretagne, 9 novembre 2016
  3. Gwenood : Gwenood : elle propose les Jeudis du web, Côté Quimper, 22 avril 2015
  4. « Agence Bretagne Presse, le média pure player breton », NHU.bzh,
  5. Enquête de Julien Laporte dans l’Express sur les retours des expatriés bretons (21/03/2005)
  6. Agence Bretagne Presse. Le site se lance dans la vidéo, Le Journal des entreprises, 5 décembre 2008
  7. « Noms de lieux en Bretagne : "Aujourd'hui, le jacobinisme est une idée de ploucs !" », sur France culture 18 septembre 2019
  8. a et b « Ligne éditoriale », sur Agence Bretagne Presse
  9. Qui est Boris Le Lay, le blogueur breton qui déverse sa haine sur Internet?, 20 minutes, 24 octobre 2018
  10. « ABP : Philippe Argouarch passe le relais à Fabien Lécuyer », sur Forum BRETAGNE BZH5
  11. Logiciel libre (2) société: agence Bretagne presse et Creative Commons, ZDNet, 30 septembre 2012
  12. « Deux Morbihanais reçoivent le collier de l’Hermine », sur Ouest France,
  13. a et b Interview : « L’ABP de Philippe Argouarch », sur NHU BRETAGNE
  14. L’ ABP BOT « A la rencontre de Philippe ARGOUARCH de l’Agence Bretagne Presse », sur NHU,
  15. « Une newsletter un peu crispante », sur Le blog Langue Bretonne
  16. « Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique », sur Legifrance vox
  17. « Responsabilité du directeur de la publication: même en cas d'externalisation », sur Legavox
  18. « Légal », sur Agence Bretagne Presse
  19. a et b (br) Milio Latimier, « Ar benveg priziet », Bremañ, no 318,‎
    Texte en breton rédigé d'après les propos de l’Agence Bretagne Presse, et dont la traduction du titre est : « L'outil apprécié ».
  20. « Rédacteurs en chef virtuels et autres robots dans la presse », sur journals.openedition.org, (consulté le 2 octobre 2020).
  21. Déclaration à la préfecture d’Ille-et-Vilaine du 8 mars 2011 et J. 0. R. F. du 26 mars 2011.
  22. S'informer sur la Bretagne / Médias / Internet : Agence Bretagne Presse, Le Petit Futé Bretagne 2018, par Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Nouvelles éditions de l'université.
  23. Maiwenn Raynaudon-Kerzerho et Philippe Argouarch, « Communication militante », Bretons, Vannes, Les éditions Blanc et Noir, no 41, mars 2009
  24. Certains des panneaux de la ville de Tulle volés réapparaissent... en Bretagne, La Montagne, 2 juillet 2015
  25. Diwan: la fin de l'école parisienne, et vers un second lycée à Vannes ?, France 3 Bretagne, 20 septembre 2015
  26. Nantes. L'autre reliquaire est toujours visible au musée du château, Ouest France, 20 avril 2018
  27. LA BRETAGNE "HISTORIQUE" A DÉSORMAIS SON HEBDOMADAIRE, BFM TV avec AFP, 18 avril 2019
  28. Une Bretagne à cinq départements sur la couverture de la carte IGN 2012, Le Point, 5 décembre 2011
  29. Dans une interview où il était interrogé en tant que citoyen franco-américain, il se définit, lui-même, comme centre-droit. Ouest-France, n° 23 261, 2 novembre 2020.
  30. n°W294000196 à la préfecture de Quimper du 15 mai 2006
  31. Jugement du 20 novembre 2007 du tribunal des prud'hommes de Quimper, N° F 07/00091. L’association, pour avoir licencié un employé sous contrat d'aide à l'embauche, est condamnée à payer 26 000 euros au photographe licencié Serge Jolivel
  32. Décision N°24425/PHS/NLR/PP.
  33. « Le Parti des Travailleurs débouté de sa plainte en diffamation contre Philippe Argouarch et Damien Perrotin », sur abp.bzh
  34. « TGI de Paris - 17ème chambre - Diffamation - 26 septembre 2008 », sur wikisource
  35. « Le SMICTOM d'Ille-et-Vilaine qui avait porté plainte pour diffamation contre Philippe Argouarch a été débouté », sur abp.bzh
  36. « L'association Sauvegarde de Brocéliande enterrée aujourd'hui », sur Ouest France

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Monnier (dir.), Bretagne, l'essentiel, Morlaix, Skol Vreizh, , 192 p. (Notice sur les médias internet en Bretagne)
  • Émile Granville, Perspective pour la nation bretonne, Fouesnant, Yoran Embanner, 2018. Deux articles de l'ABP cités et reproduits, p. 35 et 87
  • Georges Cadiou, Emsav, dictionnaire critique, historique et biographique, Coop Breizh, 2016. Article ABP. Notice très succincte. (ISBN 978-2843465741)
  • Lionel Henry, Dictionnaire biographique du Mouvement breton, Coop Breizh, 2016. Article Philippe Argouarch. Brève description du média. (ISBN 978-2-916579-59-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]