Dîner celtique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Dîner celtique a été un banquet annuel rassemblant des Bretons et sympathisants de la Bretagne vivant à Paris à partir de 1878. Il était l'occasion de discours, de déclamation de poèmes et chants en chœur. Il a une postérité sous le même nom au XXIe siècle, car une manifestation au nom identique a lieu à Paris depuis 2007.

Banquets de Bretons de Paris anciens[modifier | modifier le code]

Les Bretons de Paris se sont réunis pour des banquets, par exemple sous l'égide de l'Académie celtique, à partir de 1810. Alphonse de Lamartine (non-Breton, mais, marié à une Galloise et passionné par la Matière celtique), Auguste Brizeux, Félicité de Lamennais, François Broussais, Auguste Hilarion de Kératry, Paul Eugène Lanjuinais les ont fréquentés sous la Monarchie de Juillet. En 1877, Paul Sébillot, qui participera aussi aux Dîners celtiques, avait fondé La Pomme avec ses banquets qui réunissait des Bretons et des Normands de Paris.

Fondation du Dîner celtique[modifier | modifier le code]

Le premier Dîner celtique a eu lieu en , au Café d'Alençon, à Paris, et réunissait, à l'origine, principalement des linguistes spécialistes de breton et des langues celtiques. Les premiers noms cités sont Henri Gaidoz, Joseph Loth, Henri d'Arbois de Jubainville, François-Marie Luzel, l'abbé Louis Martin, Hamonic, bibliothécaire au Ministère de l'Instruction publique et, surtout, l'écrivain et poète Narcisse Quellien, qui semble en avoir été un organisateur et un animateur permanent. Selon Ernest Renan, l'idée serait venue d'Henri Gaidoz, mais elle est plus généralement attribuée à Quellien[1]

Activités et rayonnement du Dîner celtique[modifier | modifier le code]

En , le banquet fut tenu à l'Hôtel de la Marine, toujours, dans le quartier de Montparnasse. Le nombre de convives s'élargit, grâce à l'entregent d'Henri Gaidoz, professeur à l'École pratique des Hautes Études. On y vit Henri Martin, Eugène Rolland, Paul Sébillot et Anatole de Barthélémy. Jusqu'en 1880, il était dénommé Dîner de la Société celtique. De 1880 à sa mort en 1892, Ernest Renan en fut désigné comme le président à vie, ce qui donna, quelque temps, à la réunion une réputation de rassemblement anticlérical, ou même de francs-maçons et d'athées qui fit l'objet d'attaques de la part de Bretons catholiques. Plus tard, des personnalités comme le créateur du journal, Le Globe, Alexandre Bertrand, l'égyptologue, Arthur Rhône et le celtologue, Théodore Hersart de la Villemarqué participèrent à un événement de plus en plus fréquenté. Hormis une tentative, qui fut un échec, de le décentraliser à Quimper, en 1885, le Dîner celtique eut toujours lieu à Paris et de rendez-vous de celtisants et de poètes, il en vint à rassembler l'élite intellectuelle des Bretons et de leurs amis habitant dans la capitale. Selon, le Journal des Bretons de Paris, en 1894, Il énumère des nombreuses personnalités des Arts et de l'Université qui y ont participé : Ernest Psichari, gendre de Renan, Ary Renan, Louis-Albert Bourgault-Ducoudray, Alfred Guillou, Henri Mauger, Louis Tiercelin, Charles Monselet, François Coppée, Yann Nibor (Albert Robin), Eugène Le Mouel, … Le décès accidentel de Narcisse Quellien en 1902 amena Paul Sébillot, beau-frère du ministre et directeur de journaux, Yves Guyot, à prendre la relève de l'organisation, tandis que Charles Le Goffic en prenait la présidence.

Le , 12 participants inaugurèrent cette nouvelle période (Charles Le Goffic, Paul Sébillot, A. Hamon, Eugène Galland, Jean Pleyber, Léon Durocher, Olivier de Gourcuff, Maurice le Dault, Théophile Poilpot, Paul Renimel, Olliivier. En , il fut donné rendez-vous aux participants du Dîner à l'inauguration de la statue d'Ernest Renan, à Tréguier et c'est Anatole Le Braz, qui fit le plus long des discours, au nom des Bretons de Paris, bien qu'il ait quitté la ville, vingt-cinq ans plus tôt. Selon le principal historien des Bretons établis à Paris et dans sa région, Armel Calvé, les discours et interruptions ont souvent reflété les différents idéologiques, intellectuels et artistiques des participants. Les positions d'un Quellien faisant de La Villemarqué, « notre maître à tous » ou de Charles Le Goffic, estimant, en 1902, devant de nombreux républicains que « le monument de Hoche à Quiberon est une œuvre de haine » ne manquent pas de créer des oppositions.

Les autres banquets réunissant des Bretons à Paris[modifier | modifier le code]

En 1899 est fondée l'Association Les Bleus de Bretagne qui organisa ses propres banquets, puis, Armand Dayot, l'un de ses animateurs, créa Les Bretons de Paris qui réunissait, aussi, autour d'un banquet des Bretons républicains, soucieux de se distinguer des Dîners celtiques où se côtoyaient des gens de droite et de gauche.

Postérité du Dîner celtique[modifier | modifier le code]

En 2007, sous l'impulsion de Ronan Le Flécher et de Yannick Le Bourdonnec, le Dîner celtique est réapparu avec le support d'une association dénommée Les Dîners celtiques. Le premier a eu lieu dans un local appartenant à Vincent Bolloré, industriel et propriétaire de médias, issu d'une dynastie d'entrepreneurs à Ergué-Gabéric, près de Quimper. Le banquet des Bretons de Paris continue d'exister sous la forme du banquet annuel de la Fédération des sociétés bretonnes de Paris.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Armel Calvé, Histoire des Bretons à Paris, Coop Breizh, 1994
  • Thierry Jigourel, Anatole Le Braz, sa vie, son œuvre, Liv'Éditions, 1996
  • Claudine Gauthier, « Les dîners celtiques », Encyclopédie de la Bretagne, 2014, 7 pages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armel Calvé, Histoire des Bretons à Paris, p.116.

Liens externes[modifier | modifier le code]