Vallée des Saints

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallée des Saints (homonymie).
Vallée des Saints
Traonienn ar Sent
Vallée des Saints 50.jpg
Présentation
Type
Ensemble de statues mégalithiques
Construction
2009-
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Côtes-d’Armor
voir sur la carte des Côtes-d’Armor
Red pog.svg

La Vallée des Saints (Traoñienn ar Sent en breton) est un projet associatif de statuaire monumentale en cours de réalisation en Bretagne, sur la colline de Quenequillec à 230 m d'altitude, dans la commune de Carnoët (Côtes-d'Armor).

Objectifs[modifier | modifier le code]

Logo de l'association La Vallée des Saints.

Il s'agit de réaliser une « île de Pâques bretonne du troisième millénaire », un lieu honorant la mémoire collective bretonne à travers la mise en place de grandes statues en granit (de 2,5 à 7 mètres de hauteur en moyenne) à l'effigie de 1 000 saints bretons qui ont fondé une paroisse ; autour de mythes de fondation se sont greffées des légendes racontant les exploits de ces personnages.

La légende veut que la Bretagne vénère plus de 1 000 saints bretons mais seulement 700 sont répertoriés car tous ne sont pas « homologués »[2], c'est-à-dire reconnus officiellement par l'Église catholique romaine. Philippe Abjean estime « qu'il y a environ 800 saints recensés en Bretagne, selon les historiens les plus réservés ; jusqu’à 1 500 pour les plus optimistes »[3].

Article connexe : Saints bretons.

La « Vallée des Saints », qui devrait comprendre à terme plus de 1 000 statues de saints bretons, symboles de la culture populaire traditionnelle bretonne, a pour objectif, outre le volet artistique, de remettre de l'économie en Centre-Bretagne, être une vitrine mondiale du granit breton et une attraction touristique[4],[5].

Historique[modifier | modifier le code]

L’initiateur du projet est Philippe Abjean, professeur de philosophie, catholique pratiquant et fan de l'art naïf du Facteur Cheval[6]. La genèse de la vallée des saints remonte, selon lui, au mille cinq centième anniversaire de Paul Aurélien, fêté avec faste à Saint-Pol-de-Léon, en 1990 et qui montre le pouvoir attractif des sujets religieux[7]. Il s'entoure d'un employé de banque, Sébastien Minguy et du juriste bretonnant Philippe Hajas ; c'est ensemble que les trois compagnons fondent l'association porteuse du projet, en juillet 2008[8].

Statue de saint Malo

Neuf communes étaient susceptibles d'accueillir la Vallée des Saints : Santec, Saint-Pol-de-Léon, Landudal, Huelgoat, Priziac, Belle-Isle-en-Terre, Guéhenno, Carnoët et Carhaix-Plouguer ; le 18 septembre 2009, il est annoncé que ce serait Carnoët[9], « la plus centrale, la plus petite et la plus pauvre », selon Philippe Abjean. Une autre raison est que la commune met à disposition de l'association la Vallée des Saints, par le biais d'un bail emphytéotique (49 ans), la ferme de Quénéquillec et les terrains de 35 ha, un site chargé d'histoire acquis en 1995. Alors que le projet prévoyait initialement d'édifier les statues dans une vallée, dénomination en référence à la vallée des rois en Égypte, il se concrétise donc sur une colline mais, si les premières statues sont érigées sur une surface de 12 hectares de prairie verdoyante, il est prévu que les futures descendront peu à peu dans la vallée[10].

La phase de réalisation a commencé dès juillet 2009 avec la taille des statues des Sept saints fondateurs de la Bretagne et de celle de saint Yves de Tréguier (capitale d'évêché particulière car ayant un saint fondateur et un saint Patron[réf. nécessaire]). Les sept statues (3 mètres de haut, et de 6 à 12 tonnes environ) représentant les Saints fondateurs de Bretagne (Pol Aurélien, Tugdual de Tréguier, Brieuc, Samson de Dol, Malo, Patern de Vannes et Corentin de Quimper) ont été érigées sur un lieu d'accueil temporaire, dans le centre-ville de Saint-Pol-de-Léon, à proximité de la cathédrale. Cette érection a eu lieu le 1er août 2009[11]. Ils sont ensuite placés autour de la motte castrale de Saint-Gildas (en breton Tossen Sant Gweltas), butte qui offre un panorama à 360° sur le Poher (clochers des communes, Monts d'Arrée et l'antenne du Roc'h Tredudon, Montagnes noires, rade de Brest par temps clair)[12]. Cette motte circulaire qui date de la fin du Xe siècle était une grande enceinte circulaire formée de rejets de terre considérables et de fossés de 7 m de profondeur[13].

L'inauguration de la Vallée des Saints a lieu le 19 mai 2012[8].

On dénombre 50 sculptures en 2014[14], 57 en 2015[15], 80 statues en 2016 et 90 en août 2017. La centième, celle de saint Piran, venue en bateau de la Cornouailles anglaise[16], est mise en place en juillet 2018[17].

Un compteur, installé par la Région, permet de mesurer la fréquentation du site. La vallée a attiré 40 000 personnes la première année, puis le nombre de visiteurs annuels atteint 100 000 personnes en 2014, 230 000 personnes en 2016 et 336 900 personnes en 2017[18].

Pour ses dix ans, la Vallée des Saints s’offre un bâtiment d’accueil qui mélange granit, bois et verre. Remplaçant la structure Algeco, elle abrite un espace d’accueil, une boutique, ainsi qu’un « bagad café »[3],[19].

Caractéristiques techniques et artistiques[modifier | modifier le code]

Le cahier des charges imposé aux sculpteurs est relativement souple : les statues doivent être orientées sur le site vers la commune d'origine de chaque saint, avoir des allures de monolithes évoquant des menhirs[20] de 2,5 mètres minimum de hauteur, avec un visage et un attribut sorti généralement d’un bestiaire fantastique (serpent, loup, poisson, dragon ou cervidé) correspondant aux légendes attachées à chaque personnage. La sculpture « sera une statue menhir avec une face représentant le visage du Saint pour créer une présence, un pouvoir d'invocation et d'évocation et son attribut pour rappeler la légende, et une autre face qui restera en majorité brute » précise le contrat[21]. Mais les sculpteurs peuvent choisir l'emplacement de la statue et laisser libre cours à leur volonté d'artiste qui oscille entre art brut et art naïf[6].

Trois fois par an, pendant un mois, des sculpteurs viennent créer cinq à sept sculptures sur un vaste atelier, à ciel ouvert, en contrebas du site près d'une longère où ils logent. Les visiteurs peuvent assister aux chantiers de sculptures organisés du mois de mai au mois d'octobre et voir les artistes attaquer les blocs de granit au perforateur et à la découpeuse pour le dégrossissage, puis au pistolet pneumatique (sorte de mini-marteau-piqueur), et enfin traiter plus finement la pierre (burinage, ciselage, bouchardage, polissage à la meule…)[22]. Les sculpteurs forment chaque année de nouveaux apprentis, Philippe Abjean revendiquant que le site est la seule école de sculpture monumentale en Europe[23].

Le site devrait également comporter un centre d’information et de documentation sur le Haut Moyen Âge breton, période de l’arrivée des Saints en Armorique, une scène permanente d’animations musicales, théâtrales, cinéscéniques et de reconstitutions historiques, et un monastère celtique et son environnement proche reconstitués[24].

Financement[modifier | modifier le code]

Le projet repose sur le mécénat, le financement de chaque statue (12 000  en 2012, 15 000  en 2017[17]), étant assuré par une entreprise, une association ou par des particuliers (3 275 mécènes particuliers et 267 entreprises ou associations en 2017)[25].

De nombreuses autres statues sont projetées, des associations se sont créées dans de nombreux villages bretons pour rechercher un financement, souvent par le biais de souscriptions, afin que tel ou tel saint local ait à terme sa statue (par exemple Guerlesquin finance une statue de saint Trémeur, Guimiliau celle de saint Miliau, etc.).

Retombées médiatiques[modifier | modifier le code]

Philippe Argouarch, de l'agence Bretagne Presse, explique que la Vallée des Saints porte un message de simplicité et d'austérité face à une société de consommation qui menace la planète, voire l'espèce humaine elle-même[26].

Le journaliste Pierre-Henri Allain du journal Libération s'interroge sur les objectifs réels : « idée mégalo pour mégalithes ? D’un anachronisme conçu par des nostalgiques d’une Bretagne immémoriale ? Du symptôme d’un retour aux valeurs traditionnelles ? Ou d’une dynamique collective susceptible de fédérer les énergies ? »[6]. Le critique d'art Jean-Marc Huitorel vilipende ce projet dans une critique parue dans le même journal : y voyant « une subtile escroquerie qui confond art et idéologie, tourisme et culture », Huitorel regrette que « la presse régionale, comme hypnotisée, se pâme d’admiration devant la Vallée des saint » qui reçoit la bénédiction des « diverses représentations économiques et politiques régionales ». Du point de vue économique, Huitorel considère que ce projet masque « un néolibéralisme à la sauce bretonne » et du point de vue artistique, regrette que le public ne vienne pas pour voir des œuvres d'art marquées par une inclination prononcée pour le « pseudo », mais pour entendre « des légendes comme les enfants les aiment »[27] ; Philippe Abjean, qui est à l'origine du projet, lui a répondu, évoquant notamment la « transmission culturelle à travers la valorisation de ces récits de fondation que sont nos mythes et nos légendes » et le soutien « des milliers de petits souscripteurs de tous les départements bretons qui se mobilisent derrière [ce projet] »[28].

Selon l'universitaire breton Jean Rohou, la Vallée des Saints est « le top du folklore religioso-commercial spectaculaire, une Île de Pâques bretonne »[29].

L'historien de la Bretagne Bernard Merdrignac applique à cette « entreprise pharaonique » la grille de lecture de l'historien François Chappé qui, dans son ouvrage Histoire, mémoire, patrimoine : du discours idéologique à l'éthique humaniste, « considère que les relations entre idéologie et mythologie (avec le sens du sacré inhérent à celle-ci) font du récit mythologique un élément essentiel de l’activité patrimoniale », ce dernier mettant en garde des « apories idéologiques » lorsque cette activité s'affranchit de « tout droit d’ingérence historique »[30].

L'église catholique, qui n'est pas à l'origine du projet, reste réservée[réf. souhaitée] : « Le site est magique, la vue superbe, les statues peut-être un peu moins[réf. souhaitée] » a écrit[Quand ?] par exemple Église en Finistère, qui est le bulletin officiel de l'Église catholique dans ce département.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Liste des statues[modifier | modifier le code]

Sculpture Date Sculpteur Description Image
Brieuc[33] 2009 Fabrice Lentz Selon la légende, alors qu'il regagne le soir son monastère avec plusieurs compagnons, ils sont cernés par une horde de loups menaçants qui se disposent en cercle autour d'eux. Il suffit que Brieuc lève la main pour que les loups se dispersent tranquillement et cessent d'inquiéter le groupe. C'est pourquoi le loup est son attribut iconographique, la crosse épiscopale lui donnant une dignité d'évêque[34] qu'il n'a jamais eue[35]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 46.JPG
Corentin 2009 Seenu Shanmugam Le poisson est son attribut iconographique. Sa légende lui attribue, près de son ermitage, un poisson miraculeux qui se présentait chaque jour dans une fontaine et dont il coupait quotidiennement, pour se nourrir, un fin morceau qui repoussait[36]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 43.JPG
Malo 2009 Patrice Le Guen Un poisson ressemblant à un dauphin ou à une baleine, sur lequel il est debout, est son attribut iconographique traditionnel. Ici, le saint tient à la fois la crosse de l’évêque et la réplique d’un bateau surmontant une vague aux formes celtisantes. Cet attribut rappelle la légende selon laquelle il aurait traversé la mer dans une auge de pierre. Il s'agit en réalité d'esquifs encore utilisés de nos jours en Irlande, les coracles et les currachs[37]. 2048 IMG 4143nBW.jpg
Patern 2009 Olivier Lévêque Statue de 3,50 m et 11 t en granit gris-bleu de Louvigné-du-Désert (granit d'aspect moucheté et de couleur gris-bleuâtre. Paragenèse : quartz gris, feldspath blanc et mica noir). L'attribut de cet évêque légendaire de Quimper est le serpent enroulé sur sa crosse épiscopale. Selon la légende, il aurait reçu une piqûre venimeuse de cet animal, figure du diable, qu'il aurait chassé. Évêque de Vannes, il aurait reçu la consécration épiscopale lors d'un pèlerinage à Jérusalem. Son arrivée sur le siège de l'évêché serait due au chevalier de la Table ronde Caradoc. La Vallée des Saints - statues Carnoët 44.JPG
Paul Aurélien 2009 David Puech Statue de 3,80 m et 13 t en granit gris-bleu de Louvigné-du-Désert (granit d'aspect moucheté et de couleur gris-bleuâtre. Paragenèse : quartz gris, feldspath blanc et mica noir). Dans les pans de son manteau se cache un dragon. Cet attribut provient de la légende selon laquelle, lors de son débarquement sur l'île de Batz, il aurait terrassé de son glaive le dragon qui terrorisait la population et, à l'aide de son étole, aurait jeta le monstre à la mer où il périt noyé, le lieu s'appelant depuis le « trou du serpent » (toul ar sarpent en breton)[38]. Saint Paul Aurélien.jpg
Samson 2009 Jacques Dumas Statue de 3 m en granit blanc de Huelgoat. Une légende rapporte que sa mère trouve sur la plage une sirène, échouée et malmenée par des femmes lui reprochant de séduire leurs maris. La brave femme la sauve et la remet à la mer. Aussi, reconnaissante, la sirène exauce son vœu, enfanter alors qu'elle est trop âgée[39]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 45.JPG
Yves 2009 Patrice Le Guen Statue de 3,50 m en granit blanc de Huelgoat. Saint le plus populaire de Bretagne, ses deux attributs sont une bourse dans une main, pour signifier tout l'argent qu'il a donné aux pauvres dans sa vie, et un parchemin dans l'autre, qui rappelle sa charge de juge ecclésiastique. Sur ce parchemin déroulé est inscrit « Beati pauperes spiritu » Heureux les simples d’esprit)[40]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 49.JPG
Anne 2010 Patrice Le Guen Statue d'Anne de 4 m en Granit de Lanhélin. L'attribut est la Bible, la sainte apprenant à lire à son enfant la future vierge Marie. La Vallée des Saints - statues Carnoët 50.JPG
Gildas 2010 David Puech Moine très pieux et particulièrement travailleur, Gildas (en breton Gueltas issu du radical « guelt », chevelu), il est représenté avec un livre dans les mains. La tradition lui attribue la paternité de ce livre, De excidio et conquestu Britanniae écrit vers 540 et qui retrace l'histoire de l'île de Bretagne[41]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 52.JPG
Herbot 2010 Bruno Panas Saint légendaire qui entendait le langage des animaux et n'était jamais aussi content que lorsqu'il pouvait converser librement avec eux. Protecteurs des bœufs, la protection qu'il est supposé apporter aux bêtes à cornes l'a conduit à être très présent dans le milieu rural[42]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 38.JPG
Hernin 2010 Seenu Shanmugam Ses deux attributs, la cloche et le bâton, sont issues de deux légendes. Selon la première, il tente d'évangéliser les habitants des environs de Locarn, avec une cloche rapportée d'Hibernia (Irlande), sa patrie d'origine. Les Locarnots n'ayant jamais entendu le son d'une cloche, les effraye et les fait fuir au lieu de les attirer à la prière. En revanche, dans la région de Saint-Hernin, il apaise les chiens féroces qui s'élancent vers lui. Le seigneur du château de Kergoat, propriétaire de la meute, s'engage à lui donner autant de terre qu'il en pourra enclore de fossés en un jour ; le bâton du saint s'enfonce dans la terre et, à mesure, un talus s'élève[43]. Vallée des Saints 11.JPG
Patrick 2010 Jacques Dumas Statue de 4 m et 15 t. Saint semi-légendaire, ses parents l'auraient amené à seize ans visiter l'Armorique. Des princes scots exilés massacrent sa famille. Selon la Vita tripartita Sancti Patricii, épargnés en raison de leur jeunesse mais retenus captifs, Patrick et ses deux sœurs auraient ensuite été convoyés vers l'Irlande pour y être vendus comme esclaves[44]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 08.JPG
Santig Du 2010 Olivier Lévêque Santig Du (littéralement le « petit saint noir », surnom familier dû à la couleur de sa robe de franciscain breton, une étymologie populaire l'associant plutôt à la peau noire car il marchait pieds nus et se lavait très peu) est un des saints bretons les plus populaires au pays de Quimper. il est invoqué quand on veut le beau temps, retrouver un objet perdu ou encore quand on a la migraine. La statue représente le « patron des pauvres » pieds nus, une main tendue, l'autre tenant un sac. La Vallée des Saints - statues Carnoët 51.JPG
Carantec 2011 Norbert Le Gall Statue de 3,70 m en Granit Bignan Jaune Aurore (granit beige à grains fins et moyens de couleur jaune et gris-jaune). La Vallée des Saints - statues Carnoët 07.JPG
Claire 2011 David Puech La Vallée des Saints - statues Carnoët 35.JPG
Guirec 2011 Seenu Shanmugam Statue en Granit Rose de la Clarté à Ploumanac'h (granit porphyroïde à gros grains de feldspath rose). Image manquante.svg
Horane et Guic'haran 2011 Jacques Dumas Statue d'Hervé (Horane en breton) de 3,50 m et de 8 t en granit bleu de Lanhélin. Sur le dos de ce saint, patron des bardes et des poètes, est gravé « Hervé vécu en compagnie de son guide, le jeune Guic’haran et d’un loup apprivoisé ».
Idy 2011 Patrice Le Guen Statue en granit bleu de Lanhélin. Selon la légende, ce saint méconnu vient en aide à un imprudent qui a pactisé avec le diable (représenté au bas de la sculpture) qui tient sa victime par le pied. L'homme, sur les conseils d'Idy, ayant dénoué les lacets de son soulier, échappe au diable qui récupère juste une chaussure vide. Idy prononce alors la formule consacrée, Vade retro satana, gravée à l'arrière de la statue. Vallée des Saints 05.JPG
Théleau[45] 2011 Bruno Panas Statue en granit bleu de Louvigné-du-Désert (carrière Godard). Le saint est représenté à cheval sur un cerf, sous un chêne. Cette iconographie correspond à la légende selon laquelle il protégea un cerf de la meute de chiens du domaine de Kastell Gall. Une autre légende rapporte qu’un seigneur de Châteaugal offrit à l’ermite le territoire qu’il pourrait enclore en une nuit, avant le chant du coq ; le saint se servit d’un cerf comme monture. Théleau est une survivance populaire du christianisme celtique, le cerf étant en liaison avec le dieu Cernunnos et le chêne étant l'arbre des druides[46]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 04.JPG
Tugdual 2011 Olivier Lévêque Statue de 4 m en granit blanc de Huelgoat (carrière SORODEC). Sa légende raconte qu'il fait le voyage de Rome, et y arrive le jour même de l'enterrement du pape Léon V. Sous les yeux d'un peuple ébahi, une colombe descend du firmament, suspend son vol au-dessus de sa tête (ou selon une autre version se pose sur son épaule). Les Romains l'acclament comme pape mais il réussit à s'enfuir, et regagne l'Armorique. Ses attributs traditionnels sont la colombe (la tiare pontificale n'est pas représentée) et son bâton, référence à sa réputation d'aider les malheureux qui l'attendent le long des chemins de son diocèse qu'il rayonne inlassablement[47]. Saint Tugdual (Vallée des Saints).jpg
Brigitte 2012 Jacques Dumas Berc'hed devenue Sainte Brigitte (possiblement liée à la divinité celte Brigit) n'a pas d'attribut spécifique, aussi l'artiste la dote du Livre, attribut générique du Christ enseignant, des évangélistes, des apôtres, des docteurs de l'Église ou des saints diacres chargés de le porter. Vallée des Saints 13.JPG
Conogan 2012 Olivier Lévêque Statue de 3,50 m de haut et 22,5 t, le bateau est sculpté dans du granit gris de Maël-Pestivien, et le buste dans du granit de Bignan Jaure Aurore (granit beige à grains fins et moyens de couleur jaune et gris-jaune). La légende dorée de saint Conogan est indissociable de son auge de pierre (le « Bag Sant Konogan », le bateau de pierre de saint Conogan). Il est représenté en majesté sur ce vaisseau de pierre, tenant une burette d’eau bénite pour soigner le malade représenté sur son bateau, entouré de cercles (symboles de protection). La Vallée des Saints - statues Carnoët 10.JPG
Koupaia 2012 Patrice Le Guen et Philippe Leost (assistant) Statue de 3,80 m en granit bleu de Lanhélin. Koupaia est invoquée pour la protection des jeunes enfants et pour favoriser les grossesses. La Vallée des Saints - statues Carnoët 16.JPG
Derrien[48] 2012 Inès Ferreira et Goulven Jaouen La statue représente ce moine-ermite qui, aux environs de Landerneau, aurait dompté le dragon de l’Élorn, pour le ramener dans les eaux de l’océan, évitant de le tuer[42]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 32.JPG
Efflamm et Enora 2012 Seenu Shanmugam Statue de 4,15 m en Granit Rose de la Clarté à Ploumanac'h (granit porphyroïde à gros grains de feldspath rose). Marié très jeune à Enora, Efflamm, fils d'un roi irlandais, fait vœu de chasteté et se retire dans une grotte où se remisait un dragon. Selon la légende, il terrasse ce dragon précipité dans la mer au niveau de l'écueil du Roc'h Ruz, "la roche rouge". Une corneille de mer au bec de corail, élevée par les soins d'Efflam, servait de messagère au couple séparé. Le saint est représenté la main droite portant un sceptre avec lequel il a vaincu le dragon à ses pieds. La sainte est représentée avec la corneille à ses côtés[49].
Miliau 2012 Norbert Le Gall Statue de 3,50 m en Granit de Maël-Pestivien. Décapité par son frère Rivode, le saint est représenté en céphalophore, avec à la place de la tête un ove en granite poli. Ses attributs traditionnels, le sceptre et l'épée de sa décollation, ne sont pas figurés[50]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 11.JPG
Trémeur 2012 David Puech Baptisé Gildas, comme Gildas le Sage, par sa mère, on lui ajouta par la suite le surnom de Trech-meur (en breton trec'h » signifie "victoire", et meur, "grand") pour le distinguer de saint Gildas, et il fut confié par sa mère (ressuscitée par saint Gildas) au monastère de Rhuys pour y être élevé par saint Gildas. Décapité par son père, le tyran Comorre, il porta sa tête entre ses mains, d'où sa représentation en céphalophore. La Vallée des Saints - statues Carnoët 17.JPG
Cado 2013 Jacques Dumas Statue en Granit Bignan Jaune Aurore (granit beige à grains fins et moyens de couleur jaune et gris-jaune. Vallée des Saints 23.JPG
Cadouan 2013 Seenu Shanmugam Statue 4,30 m et de 7 t en granit blanc de Huelgoat. Saint Guéthénoc (Cadouan ou Kaduan en breton) est un des trois fils de Gwenn. La Vallée des Saints - statues Carnoët 20.JPG
Cornély 2013 Goulven Jaouen Statue de 3 m et de 10 t en Granit Bleu de Plouigneau. Selon sa légende dorée, Cornély, pape à Rome, était poursuivi par des légionnaires de l'empereur romain Trébonien Galle. Dans son chariot tiré par deux bœufs, il fut acculé devant l'océan. Il se cacha dans l'oreille d'un bœuf et transforma ses ennemis en pierre. Telle serait l'origine des alignements mégalithiques de Carnac. Ses attributs ici sont la tiare pontificale, deux tête de bœufs sur le torse, et la main levée face à ses poursuivants[51]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 28.JPG
Émilion 2013 David Puech Statue de 3,80 m en Granit Rose de la Clarté à Ploumanac'h (granit porphyroïde à gros grains de feldspath rose). Avant de donner son nom au célèbre grand cru, ce « père du pain et maître du vin » a vécu en Bretagne[52]. Selon la légende, il avait pour habitude de donner du pain aux pauvres du pays vannetais, en cachette de son maître. Pris en « flagrant délit », le seigneur le somme d'ouvrir son manteau mais le saint a transformé, non pas l'eau en vin, mais les pains en morceaux de bois. Contraint de quitter Vannes, Émilion s'établit en ermite dans la Gironde, à deux pas du fameux vignoble qui adopte cet hagiotoponyme. Sa statue le représente avec des grappes de raisin. La Vallée des Saints - statues Carnoët 25.JPG
Gwenn 2013 Patrice Le Guen Statue de 4 m et 12 t en Granit Bignan Jaune Aurore (granit beige à grains fins et moyens de couleur jaune et gris-jaune). Les trois seins (motif de la polymastie) et les triplés sont ses attributs iconographiques. Selon la légende, Dieu lui aurait accordé un troisième sein pour pouvoir allaiter ses triplés (Guethenoc, Jacut et Guénolé), d'où son surnom breton « santez Gwenn Teir Bronn », littéralement « sainte Gwenn aux trois seins »[53]. Clin d'œil du sculpteur, il fait apparaître des rondeurs qui suggèrent qu'elle est enceinte de son quatrième enfant, Clervie[54]. Protectrice des enfants, elle est invoquée par les mères manquant de lait et est la patronne des nourrices. Vallée des Saints 33.JPG
Lunaire ou Leonor 2013 Olivier Lévêque Statue en granit bleu de Lanhélin. Selon la légende, vers 535-540, quittant le Glamorgan pour l’Armorique, comme son frère Tugdual, il aurait navigué avec 72 compagnons et aurait dû trancher de son épée le brouillard intense qui avait entraîné l’égarement des trois hommes chargés de conduire les embarcations. Cette présence de l’épée dans le récit souligne le caractère princier de Leonor, chef temporel tout autant que chef spirituel. Les marins le prient pour échapper aux risques engendrés par la brume. La Vallée des Saints - statues Carnoët 22.JPG
Riom 2013 Kito Statue de 4,80 m et 6,5 t en Granit Bignan Jaune Aurore (granit beige à grains fins et moyens de couleur jaune et gris-jaune). L'évangélisateur du Trégor Goëlo est représenté avec une croix dans les bras, se métamorphosant en une ancre à ses pieds. Cette anse cruciforme rappelle la légende de Riom, venu d'Irlande, via la mer, jusqu'à accoster sur l'île qui porte aujourd'hui son nom. La sculpture reprend les thématiques qui traversent tout le travail du sculpteur[55] avec comme clin d'œil, le saint qui a le sourire aux lèvres en hommage à son nom[56]. Sainte Rion.jpg
Ronan 2013 Philippe Leost Statue de 3,30 m en granit bleu de Lanhélin. Sa fête fait l'objet d'un pèlerinage annuel, la troménie de Locronan. En hommage à ce pèlerinage, Ronan est représenté « paré » de sa cloche pour appeler à l'office les fidèles récalcitrants, et de son bâton de marche, le penn bazh, faisant office de gourdin[57]. Ronan est le patron des tisserands. En 2016, son principal mécène Armor Lux le recouvre d'une marinière aux dimensions inédites[58] : 123 km de fil, 2 m de haut, 1,74 m de large pour 2,2 kg[59]. Saint Ronan.jpg
Tujen 2013 Inès Ferreira Statue en Granit Bignan Jaune Aurore (granit beige à grains fins et moyens de couleur jaune et gris-jaune) La Vallée des Saints - statues Carnoët 41.JPG
Armel 2014 Seenu Shanmugam Le saint est figuré en diacre (il porte la chasuble), tenant de sa main droite un goupillon, tandis que de la gauche il tient en laisse un dragon avec son étole passée autour du cou du monstre. Ces attributs proviennent de la légende de la capture d'un dragon ailé qu'il aurait aspergé d'eau bénite, lié à son étole et précipité dans la rivière[60]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 48.JPG
Diboen 2014 Olivier Lévêque Saint appelé par le peuple Sant tu pe du (« saint d'un côté ou de l'autre »), il est invoqué par les familles des malades à cause de son pouvoir de délivrer immanquablement des maux, par la guérison ou la mort. La partie claire du granit symbolise le monde des vivants, la partie sombre le monde des morts. Il a entre les mains une boule noire, symbole du destin du malade[61]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 42.JPG
Edern 2014 Inès Ferreira Poursuivi par un gentilhomme et ses chiens qui le chassait, un cerf serait venu se réfugier sous la robe monastique d'Edern, semblant lui demander asile pour échapper à la mort. Apprivoisé, le cerf ne le quitta plus, restant son compagnon jusqu'à la mort. L'attribut de ce moine est le cerf représenté à l’arrière, sous la forme d’un cerf-volant losangique avec sa queue tourbillonnante. Il s'agit probablement de l’héritage de la religion celte qui tenait la bête en grande vénération[46]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 21.JPG
Guen 2014 Patrice Le Guen et Xavier Tanguy Statue de 4 m en Granit Bignan Jaune Aurore (granit beige à grains fins et moyens de couleur jaune et gris-jaune). La dispersion de son culte à travers la Bretagne dénonce probablement l’existence de plusieurs saints locaux dénommés Guen[62]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 23.JPG
Gwennole 2014 Jacques Dumas Guénolé - Jacques Dumas (2014).jpg
Jaoua 2014 Goulven Jaouen Statue de 3,60 m en granit gris-bleu de Louvigné-du-Désert (granit d'aspect moucheté et de couleur gris-bleuâtre. Paragenèse : quartz gris, feldspath blanc et mica noir). Jaoua mourut à Brasparts, dont il était le recteur, mais, selon la légende, les deux bœufs qui tiraient son char funèbre amenèrent la dépouille du saint jusqu'à l'emplacement de la chapelle à Plouvien. Version délicate pour évoquer un vol probable des reliques, celles-ci attirant les pèlerins et donc les aumônes[63]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 27.JPG
Keo 2014 Jacques Dumas Saint Keo, originaire du pays de Galles, serait le fondateur de la première chapelle de Koat-Keo. La statue est orientée vers cet édifice[64]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 37.JPG
Maudez[65] 2014 Kito Statue de 4,40 m et de 20 t. Saint le plus populaire de Bretagne après saint Yves (une soixantaine de chapelles portent son nom dans le Trégor, le Léon, le Penthièvre et en Cornouaille), il est représenté avec un escalier circulaire enroulé autour du corps jusqu'à se transformer en un livre. L'escalier de la connaissance et le livre sont les symboles du saint[66]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 40.JPG
Merec 2014 Kito Statue de 3,80 m et de 18 t. Saint breton obscur, la légende veut qu’il soit l’un des septuplés, les 7 saints Mérec, ayant la particularité d’avoir été nourris par une biche (ou une chèvre selon les versions) après avoir été abandonnés par leur mère[67]. Ils sont souvent confondus avec les Sept saints fondateurs de la Bretagne[68]. Kito choisit de représenter le saint sous les traits du Petit Prince de Saint-Exupéry, en kabic et pantalon marin, tenant dans les bras un renard à la queue touffue, animal auquel se sont attachés ces deux personnages[69]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 31.JPG
Nolwenn 2014 Patrice Le Guen La légende dit que cette princesse des Cornouailles insulaire traverse la Manche sur une feuille pour aller fonder un ermitage près de Vannes. Un chef local lui fait des avances qu'elle refuse. Il la décapite mais la sainte aurait continué sa route portant la tête entre les mains. Des trois dernières gouttes de sang qu'elle aurait perdues avant de mourir seraient nées trois sources au lieu-dit les trois Fontaines à Noyal-Pontivy. Cette sainte céphalophore est invoquée pour la guérison des maux de tête dont les migraines[70]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 53.JPG
Thuriau 2014 Philippe Leost Statue de 3,50 m et 10 t. Saint Turiau fut d'abord berger. Un prêtre fit son instruction, ce qui lui permit de devenir prêtre à son tour et d'être adopté par saint Samson, évêque de Dol, auquel il succéda. La statue, tel un gisant, le figure en berger couché dans les pâtures, son canotier sur un de ses pieds croisé, gardant les moutons en lisant la bible[23]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 34.JPG
Tudec 2014 Xavier Tanguy Statue de 3,70 m et 14 t. Moine prieur de l'abbaye de Landévennec au VIe siècle, il est assassiné à l'autel dans l'église de Daoulas par le seigneur du Faou. Dieu se venge et le meurtrier se convertit par la puissance de saint Pol, évêque de Léon. En expiation, il fonde le monastère de Daoulas, en breton daou laz « les deux plaies » ou « les deux douleurs ». En réalité, il s'agit probablement de l'hagiographe Guillaume le Breton qui a procédé à une réfection étymologique de Daoulas composé du vieux-breton dou glaz « les deux ruisseaux, les deux rivières »[71]. Tadec était considéré comme guérisseur des maux de tête et de la surdité, aussi le sculpteur l'a représenté apposant ses mains afin de guérir les malades[72]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 39.JPG
Tudy 2014 Goulven Jaouen Statue de 4 m en Granit Bignan Jaune Aurore (granit beige à grains fins et moyens de couleur jaune et gris-jaune). Il est représenté avec son attribut traditionnel, la tiare pontificale à laquelle il n'a aucun droit, mais pas avec le dragon enchaîné. L'originalité est la figuration de la Bible, livre qui lui a servi de support dans l'évangélisation de la Cornouaille[73]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 18.JPG
Winnoc 2014 Seenu Shanmugam Selon sa vita, il serait parent de saint Judicaël, roi de Domnonée en Bretagne, où il serait né, dans le pays de Dol plus précisément. Selon la légende, dans le monastère de Sithiu, Winoc alors fort âgé est chargé de moudre le blé pour la communauté. Un ange l'aide à tourner la meule. Ainsi les meuniers en ont fait leur saint patron. La Vallée des Saints - statues Carnoët 26.JPG
Azenor 2015 Patrice Le Guen, Philippe Leost et Cyril Pouliquen Statue de 4,10 m en Granit Rose de la Clarté à Ploumanac'h (granit porphyroïde à gros grains de feldspath rose). La légende rapporte qu'un jour de chasse, son père Even, prince de Léon est attaqué par un serpent. Azenor, qui seule le suit de près, dégraffe son corsage et pressa son sein jusqu'à ce qu'il perle une goutte de lait dont sont friands les serpents. La sainte donna son lait au serpent qui avait mordu son père, puis dégaine son couteau de chasse et se tranche le sein qu'elle jette au loin, avec le serpent. Dieu ne permet pas qu'un si beau trait de dévouement filial se traduise par une hideuse infirmité, si bien qu'il pourvoit sur le champ la jeune fille d'un sein d'or[74]. Azenor.jpg
Brendan 2015 Patrice Le Guen, Philippe Leost et Cyril Pouliquen Statue de 4,70 m en granit gros clair de Cléder. Selon la légende, Brendan et ses compagnons partent à la recherche d'une île merveilleuse dans les régions polaires mais sont finalement conduits, dix siècles avant Christophe Colomb, sur le continent américain. Lors de ce voyage, ils font escale sur une île pour y célébrer la Pâques que des poissons attentifs suivent. Lorsqu'ils embarquent, ils découvrent que cet îlot est le dos d'une baleine. On a supposé que ce cétacé était un iceberg flottant à la dérive[75]. Saint Brendan (Vallée des Saints).jpg
Colomban (pied) 2015 Patrice Le Guen Sculpture de 10 t en Granit Rose de la Clarté à Ploumanac'h (granit porphyroïde à gros grains de feldspath rose), elle est commandée par l'Unicem, réunissant les carrières de Bretagne, à l'occasion de son 70e anniversaire[76]. La Vallée des Saints - statues Carnoët 56.JPG
Conan 2015 Patrice Le Guen, Xavier Tanguy (assistant), Christophe Le Baquer (assistant) Statue de 3,80 m en granit bleu de Lanhélin. Missionnaire irlandais, évangélisateur des Hébrides et de l'île de Manau au VIIe siècle, il n'hésite pas à prendre les armes non pour convertir par force, mais pour réduire tout ce qui peut gêner la libre prédication de la foi. Konan.jpg
Enora 2015 Inès Ferreira Statue de 3,30 m en granit gris clair de Cléder. Patronne des nourrices à qui elle octroie une bonne lactation. Les dates d'accouchement étaient traditionnellement associées au cycle lunaire, d'où le représentation de la sainte avec une tête qui prend la forme lunaire et le cycle de la lune gravé dessus. Image manquante.svg
Eodez[77] 2015 Didier Hardellet Sainte céphalophore victime des accusations de mauvaise conduite portées contre elle par une marâtre jalouse, elle est décapitée par son frère Tanguy. Lorsque ce dernier va confesser son crime à ses parents, Eodez revient au château familial, sa tête entre les mains. La marâtre est foudroyée par la tonnerre et mordue par un serpent tandis que la sainte reçoit les derniers sacrements[78]. Eodez.jpeg
Gonery 2015 David Puech Statue de 4,30 m en Granit Bignan Jaune Aurore (granit beige à grains fins et moyens de couleur jaune et gris-jaune), le socle étant en granit blanc de Huelgoat (socle). Saint dont les miracles provoquèrent un afflux de pèlerins, le contraignant à fuir pour trouver la solitude[79]. Saint Gonery.jpg
Goustan[80] 2015 Kito et Kévin Kito Statue de 5,20 m et 18 t. Saint Goustan, le patron des marins et des pêcheurs, abandonné sur Hoëdic, a survécu, selon la légende, grâce à un poisson miraculeux qui le nourrissait. La statue de Kito porte un immense poisson dans ses bras frêles et son socle est constitué d'algues, desquelles émergent son corps et celui de son poisson nourricier[81]. Statue de Goustan.jpg
Karadeg ou Caradec 2015 Jacques Dumas Statue de 7 m et 7 t. La statue est financée par une famille d'Hennebont où saint Caradec a un quartier éponyme[82]. Saint-Caradec.jpg
Meven 2015 Seenu Shanmugam et Vivien Gamba (assistant) Statue de 4,10 m en Granit Rose de la Clarté à Ploumanac'h (granit porphyroïde à gros grains de feldspath rose). La légende dit que saint Méen, en tapant du bâton sur le sol, fit jaillir une source où coulait une eau délicieuse qui possédait aussi des pouvoirs de guérison. Saint Méen était connu pour avoir obtenu de Dieu la capacité de mettre en fuite les cerfs et les sangliers qui détruisaient les cultures. L'iconographie traditionnelle le dote des attributs suivants : bâton, avec lequel il fit jaillir la source, dragon ou serpent dont il délivra le pays. Cet abbé est invoqué contre la lèpre et la gale dont l'une des formes était appelée le mal de saint Méen. Il est ici représenté avec le Livre, attribut générique du Christ enseignant, des évangélistes, des apôtres, des docteurs de l'Église ou des saints diacres chargés de le porter[83]. Image manquante.svg
Ivy 2015 Seenu Shanmugam et Vivien Gamba (assistant) Prêchant l'humilité, prônant le travail manuel, le moine Ivy s'habille de peaux de bêtes et se nourrit si sommairement qu'il est surnommé « Waterman », le buveur d'eau. Très populaire, fondateur d'une douzaine de monastères (dont peut-être la célèbre abbaye de Glastonbury), il est, avant tout, le grand saint patron du pays de Galles. Par son influence, il a donné un véritable style au monachisme breton[84]. Vallée des saints Ivy1.jpg
Tréphine[85] 2015 Olivier Lévêque Cette sainte céphalophore est tuée par son mari Conomor qui décapitait systématiquement ses femmes enceintes, suite à une prophétie qui l'avait averti qu'il serait occis par son fils[86]. Trifin.jpeg
Tunvez 2015 Goulven Jaouen Statue de 3,70 m et 13 t en granit gris-bleu de Louvigné-du-Désert (granit d'aspect moucheté et de couleur gris-bleuâtre. Paragenèse : quartz gris, feldspath blanc et mica noir). Sainte Thumette (Tunvez en breton)[87] est orientée plein sud-ouest vers Kérity dont elle est la protectrice. Les cheveux au vent, la robe ornée des motifs traditionnels du costume bigouden (cercles et plumes de paon), elle tient un bateau dans sa main gauche, symbole de sa protection sur les marins, et un galet qui rappelle celui qu'elle lança jusqu'au site de l'église de Kérity. Son socle portae l'inscription « Diwall a ran Keriti » (je protège Kerity)[88]. Image manquante.svg
Avé 2016 Patrice Le Guen Sainte Avé (Vallée des Saints).jpg
Briac 2016 Seenu Shanmugan Moine Irlandais venu en Bretagne en compagnie du gallois saint Tugdual et de soixante-dix autres religieux pour évangéliser la Bretagne nord. Il y fonde un monastère. Briac.JPG
Clervie 2016 Bilal Hassan, Emilie Yven et Didier Hardellet Telle une proue luttant contre les forts vents de kornog (ouest en breton), sainte Clervie (Klervi en breton) est représentée avec une oie aveugle se cachant dans ses jupes. Alors qu'elle joue Clervie est énuclée par ce volatile furieux. Averti par une apparition angélique que l'oie venait de gober l'œil de sa sœur Clervie, Guénolé ouvre le ventre de l'oie et rend l’œil à sa sœur, qui retrouve la vue. Le sculpteur représente l'oie coupable sans yeux tandis que la sainte pointe son regard vers l'horizon, cherchant des yeux son frère[89]. Sainte Clervie (Vallée des Saints).jpg
Elouan 2016 Vivien Gamba Statue en granit blanc de Huelgoat. Privilégiant le style figuratif, l'artiste s'inspire des statues du porche Nord de l'église Saint-Pierre, de Mûr-de-Bretagne, pour sculpter un vêtement d'allure sobre, aux manches déployées, avec des plis mis en valeur pare des reliefs adoucis. Elouan étant un saint sans légende particulière et sans attribut, Gamba le pare de signes qui indiquent à la fois l'ermite défricheur de terre (houe, épis) et l'apôtre de la foi du Christ (chasuble, barbe de saint)[90]. Elouan.JPG
Ernog 2016 Cyril Pouliquen La légende rapporte qu'il traverse la Manche assis dans une auge de pierre et fendant les flots sous l'impulsion de deux anges vigoureux[91]. Ernog.JPG
Ke 2016 Seenu Shanmugan et Patrice Le Guen Saint représenté en ermite, pieds nus. Il est le protecteur des cerfs.
Ke.JPG
Laouenan 2016 Ollivier Lévêque Le nom Laouen-an provient de la racine celte Laouen = joie, liesse, bonheur, d'où la figuration d'un visage heureux, parsemé de joyeuses silhouettes humaines. Laouenan.JPG
Maël 2016 Jacques Dumas Obscur saint breton[92]. Saint Maël.jpg
Melar 2016 Goulven Jaouen Ce jeune prince est représenté avec comme attribut ses prothèses. Selon la légende, son oncle Rivod l'amputa de la main droite et le pied gauche pour le rendre inapte à tenir l'épée et à monter à cheval et, de ce fait, à régner, cette mutilation faisant de Rivod le roi légitime du royaume. Après sa cicatrisation, un miracle lui donna une main d'argent et un pied d'airain, lesquels se seraient mus comme s'ils étaient des membres à part entière, ce qui lui valut une certaine habileté[93]. Melar .JPG
Moë 2016 Kito et Kevin Antoine Obscur saint breton, Moë est traditionnellement considéré comme un pêcheur[94], d'où sa représentation en marin (bonnet, marinière, mains se métamorphosant en poissons), avec le corps du saint qui se dégage d'un socle composé d'un entrelacement des résultats de sa pêche du jour[95]. Saint Moë (Vallée des Saints).jpg
Nikodem 2016 Xavier Tanguy Saint breton assimilé au Nicodème qui aida Joseph d'Arimathie lors de la descente de croix et la mise au tombeau de Jésus, il est selon, les localités bretonnes, le protecteur des chevaux, des bêtes à cornes ou des porcs[96]. Xavier Tanguy a choisi de lui donner comme attribut une tête de cochon qu'il tient dans les mains. La statue est tournée vers l'entreprise Vitalac, son grand mécène[97]. Nicodeme.JPG
Pereg 2016 Bruno Guyader et Patrice le Guen La légende rapporte qu'à l'âge de trente ans, ce moine gallois est allé au pèlerinage à Rome en passant par la Bretagne, où il est honoré sous le nom de « Perreux », « Pezrec » ou « Pérec ». Saint Pereg (Vallée des Saints).jpg
Riwanon 2016 Christophe Le Baquer et Marie Le Scanve (assistante) Statue de 4 m en Granit Rose de la Clarté à Ploumanac'h (granit porphyroïde à gros grains de feldspath rose). Mère de Saint Hervé, elle est représentée le dos aux vents violents qui lui donnent une chevelure indomptée et lui fouettent sa robe, figuration typique de la poétesse[98]. Sainte Riwanon (Vallée des Saints).jpg
Bodvaël 2017 Kito et Jean-Philippe Drevillon (assistant) La statue tient dans sa main une flamme en feuille d'or, avec un socle rouge. Image manquante.svg
Uzeg 2017 Xavier Tanguy Le prince Uzeg (ou Judoc, ou Josse) est représenté en patron des pèlerins, refusant le trône du royaume de Domnonée avant de partir en pèlerinage à Rome. La légende lui attribue une influence positive sur la qualité et la quantité du lait produit par les vaches et les truies. Une autre légende relate sa charité. Alors qu'il ne lui reste qu'une miche à partager avec son disciple, un mendiant arrive dans son ermitage, et le saint lui cède tout le pain dont il dispose. Mais ce mendiant est le Christ qui lui donne en échange quatre grandes barques remplies de vivres[99]. Image manquante.svg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail et Google Maps
  2. Jean-Laurent Bras, « Au pied des géants sculptés de la Vallée des Saints », Ouest-France, no 20065,‎ , p. 34 (lire en ligne)
  3. a et b Laurent Le Fur, « A Carnoët, la Vallée des Saints s’offre un bâtiment touristique pour ses dix ans », sur actu.fr, .
  4. Présentation sur le site officiel "Un projet fou pour l'éternité..."
  5. Jean-Marc Huitorel, « Bretagne : ces saints que l'on ne saurait voir », Libération,‎ (lire en ligne)
  6. a, b et c Pierre-Henri Allain, « Carnoët Les saints à l’air », Libération,‎ (lire en ligne).
  7. Erwan Chartier-Le Floch, « La vallée des saints », ArMen, no 180,‎ , p. 7
  8. a et b « Historique », sur lavalleedessaints.com (consulté en août 2017).
  9. Carnoët rafle la mise - Le Télégramme - 22 septembre 2009
  10. Marie Le Goaziou, Bretagne. Secrets de Bretons, Prat, , p. 47.
  11. Vallée des Saints. Les statues seront levées le 1er août Le Télégramme - 25 juillet 2009
  12. Erwan Chartier-Le Floch, « La vallée des saints », ArMen, no 180,‎ , p. 6
  13. Cette motte, creusée à son sommet, était entourée sur les deux tiers de sa circonférence par un fossé. Une basse-cour rectangulaire, se rattachant à l'est sur le tiers restant, était entourée d'un talus et d'un fossé. L’abbé Jouan, dans sa Monographie de Carnoët supposait que ce site en terre était un tumulus, en raison d'une interprétation hasardeuse de la toponymie de Carnoët (en breton Carn-Coët) qui signifierait, selon lui, le « Cairn du Bois ». cf. Philippe Guigon, André Chédeville, Les fortifications du haut Moyen-Age en Bretagne, Université de Rennes I, , p. 27.
  14. « Les 50 sculptures de la Vallée des Saints », sur La Vallée des Saints (consulté le 14 mai 2016)
  15. « Vallée des Saints. Une belle fête autour de six nouvelles statues », sur Ouest-France, (consulté le 14 mai 2016)
  16. https://actu.fr/bretagne/paimpol_22162/de-falmouth-paimpol-voyage-saint-piran-sur-nebuleuse_16710364.html
  17. a et b Stéphanie Loeb, « La Vallée des Saints en Bretagne : un projet fou pour l'éternité », sur francetvinfo.fr, .
  18. « Vallée des Saints. Le site a dépassé le million de visiteurs », sur ouest-france.fr, .
  19. Laurent Le Fur, « Une montagne d’idées pour la Vallée des Saints à Carnoët », sur actu.fr, .
  20. Cette exigence peut être transgressée, comme Saint Turiau qui figure comme un gisant.
  21. « Guide pour devenir compagnon de la vallée des saints », sur lavalleedessaints.com, .
  22. « Carnoët : Sébastien Minguy, nouveau directeur de La Vallée des Saints », sur ouest-france.fr,
  23. a et b « La Vallée des Saints, une "île de Pâques" moderne en plein coeur de la Bretagne », sur la-croix.com, .
  24. Une aventure artistique La Vallée des Saints : un projet « fou » pour l'éternité... - Site officiel du projet
  25. « Financer une sculpture », sur lavalleedessaints.com (consulté en août 2017).
  26. Philippe Argouarch, « Le message de la Vallée des Saints », sur Agence Bretagne Presse, .
  27. Jean-Marc Huitorel, « Bretagne : ces saints que l'on ne saurait voir », sur liberation.fr, (consulté le 23 septembre 2018) et https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/carnoet/carnoet-la-vallee-des-saints-vilipendee-dans-une-tribune-au-vitriol-06-08-2018-12046122.php.
  28. https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/carnoet/carnoet-la-vallee-des-saints-critiquee-philippe-abjean-repond-07-08-2018-12047075.php
  29. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, [ISBN 978-2-918135-37-1]
  30. Bernard Merdrignac, « Histoire, mémoire, patrimoine », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, nos 119-1,‎ , http://journals.openedition.org/abpo/2363.
  31. Le Saint-Politain Philippe Abjean, Breton de l'année, Ouest France, 22 novembre 2010
  32. « ictoires de la Bretagne. La Vallée des Saints primée », sur letelegramme.fr, .
  33. Saint Brieuc : voir en 3D
  34. Considéré par la tradition comme le fondateur de la cité épiscopale de Saint-Brieuc, celle-ci n'a été érigée en évêché par Nominoë qu'en 844.
  35. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 39.
  36. Patrimoine religieux de Bretagne: histoire & inventaire, Télégramme, , p. 367.
  37. Bernard Merdrignac, Recherches sur l'hagiographie armoricaine du VIIème au XVème siècle, Centre régional archéologique d'Alet, , p. 66.
  38. Bernard Rio, Bretagne secrète de A à Z, Editions du Rocher, , p. 17.
  39. Huguette Champy, La Bretagne, Les Presses modernes, , p. 69.
  40. Arthur de La Borderie, Monuments originaux de l'histoire de Saint Yves, L. Prudhomme, , p. 71.
  41. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 244.
  42. a et b Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 447.
  43. Anatole Le Braz, Dominique Besançon, Iconographie de l'art chrétien, Terre de brume, , p. 129.
  44. Christian-Joseph Guyonvarc'h, « Celtique commun Letavia, gaulois Letavis, irlandais Letha : la porte de l'Autre Monde », Ogam, t. XIX,‎ , p. 490-494.
  45. Saint Telo : voir en 3D.
  46. a et b Anatole Le Braz, Dominique Besançon, Iconographie de l'art chrétien, Terre de brume, , p. 115.
  47. Louis Réau, Iconographie de l'art chrétien, Presses universitaires de France, , p. 1497.
  48. Saint Dechen : voir en 3D.
  49. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 421.
  50. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 156.
  51. Éloïse Mozzani, Légendes et mystères des régions de France, Robert Laffont, , p. 57
  52. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 425
  53. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 444
  54. « La statue de sainte Gwenn dans la vallée des saints », sur ouest-france.fr,
  55. La métamorphose, le passage entre le dedans et le dehors, l'ouverture et la fermeture, les silhouettes graciles représentant des personnages jeunes, au large sourire et au regard complice.
  56. « Kito se prépare à faire vivre saint Riom à Carnoët », sur ouest-france.fr, .
  57. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 358.
  58. Photographie du saint et de sa marinière sur letelegramme.fr
  59. « Vallée des Saints : saint Ronan en marinière XXL », sur letelegramme.fr, .
  60. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 89.
  61. Alain Croix, François Roudaut, Les Bretons, la mort et Dieu, Messidor/Temps actuels, , p. 38.
  62. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 126.
  63. Alain Dag'Naud, Lieux insolites et secrets du Finistere, Editions Jean-Paul Gisserot, , p. 23.
  64. « Carnoët. La statue de saint Keo inaugurée », sur letelegramme.fr, .
  65. Saint Maudez : voir en 3D.
  66. « Kito sculpte saint Maudez à Carnoët », sur ouest-france.fr, .
  67. Ces septuplés seraient tous devenus évêques : Gonéri, Jelann, Merek, Launek, Dardanow, Kidik et Joret.
  68. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 324.
  69. « Kito repart en chantier pour la vallée des saints », sur ouest-france.fr, .
  70. Bernard Merdrignac, Corona Monastica: Moines bretons de Landévennec, Presses universitaires de Rennes, , p. 337.
  71. Bernard Merdrignac, Corona Monastica: Moines bretons de Landévennec, Presses universitaires de Rennes, , p. 97.
  72. « Vallée des saints. Une oeuvre de Xavier Tanguy », sur letelegramme.fr, .
  73. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 377.
  74. Yann Brekilien, Contes et légendes du pays breton, Nature et Bretagne, , p. 82.
  75. Louis Réau, Iconographie de l'art chrétien, Presses universitaires de France, , p. 864.
  76. « Vallée des Saints : le pied de 10 tonnes du sculpteur de Santec », sur ouest-france.fr, .
  77. Sainte Eodez : voir en 3D.
  78. Jacques Baudoin, Grand livre des saints: culte et iconographie en Occident, Éditions Créer, , p. 107.
  79. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 230.
  80. Saint Goustan : voir en 3D.
  81. « Le saint Goustan de Kito inauguré dimanche 9 août », sur ouest-france.fr, .
  82. « Carnoët : Saint-Caradec, nouvelle statue à la Vallée des Saints », sur ouest-france.fr, .
  83. Louis Réau, Iconographie de l'art chrétien, Presses universitaires de France, , p. 1517.
  84. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 212.
  85. Sainte Trifine : voir en 3D.
  86. Bernard Rio, Bretagne secrète de A à Z, Editions du Rocher, , p. 87.
  87. Connue aussi sous le nom de Thumette, Tumette, devenue parfois Dunvez, Juvelte ou Juvelete, elle passe pour être une sœur de saint Maudez ou saint Démet selon les localités. « Cf » Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 380.
  88. « Sainte-Thumette est dressée dans la Vallée des Saints », sur ouest-france.fr,
  89. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 257.
  90. « Vivien Gamba sculptera la statue de Saint-Elouan », sur ouest-france.fr,
  91. Cette auge de pierre correspond à une embarcation encore utilisés de nos jours en Irlande, le coracle et le currachs. Ces frêles embarcations faites de peaux tendues sur une armature de lattes, étaient lestées de grosses pierres afin de tenir la mer. Certaines de ces pierres étaient spécialement creusées pour y emboîter les mâts des voiles, d'où la ressemblance avec des auges. Une autre confusion possible vient du fait que la peau recouvrant ces embarcations était colmatée avec une sorte de ciment végétal afin de colmater ouvertures ou déchirures, donnant l'illusion de la pierre lorsque ce ciment est séché. cf. Bernard Merdrignac, Recherches sur l'hagiographie armoricaine du VIIème au XVème siècle, Centre régional archéologique d'Alet, , p. 66.
  92. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 325.
  93. Jean Kerhervé, Histoire de Quimper, Société archéologique du Finistère, , p. 43.
  94. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 474.
  95. « Le Saint-Moë de Kito sera inauguré ce dimanche », sur ouest-france.fr,
  96. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 334.
  97. Guide officiel de la Vallée des Saints, , p. 19
  98. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 486.
  99. « Saint-Uzec. Une statue à la vallée des Saints », sur letelegramme.fr, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]