Progressistas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Parti progressiste (Brésil))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti progressiste et PP.

Progressistas
Image illustrative de l’article Progressistas
Logotype officiel.
Présentation
Président Ciro Nogueira
Fondation (PPB)
(PP)
2017 (Progressistas)
Siège Sénat fédéral, Annexe,
17º Andar, Brasilia
Positionnement Droite
Idéologie Conservatisme
Libéral-conservatisme
Libéralisme économique
Adhérents 1 444 188 (2018)[1]
Couleurs Bleu et rouge
Site web pp.org.br
Représentation
Députés
37 / 513
Sénateurs
5 / 81

Progressistes (en portugais : Progressistas) — anciennement Parti progressiste brésilien (PPB) puis Parti progressiste (PP) — est un parti politique brésilien de droite, conservateur et libéral, fondé en 1995.

Histoire[modifier | modifier le code]

Logo jusqu'en 2017.

Il est l'héritier de l'Alliance rénovatrice nationale (ARENA), de laquelle est issu, en 1980, le Parti social démocratique (PDS), qui fusionne en 1993 avec le Parti démocrate chrétien pour former le Parti progressiste réformateur.

Le Parti progressiste (PP) succède en 2003 au Parti progressiste brésilien (PPB), fondé en 1995 par la fusion du Parti progressiste réformateur (PPR) et d'un premier Parti progressiste, lui-même fondé en 1994 à la suite de la fusion du Parti social travailliste (PST) et du Parti travailliste rénovateur (PTR).

L'une des figures du PP la plus connue est Paulo Maluf, plusieurs fois gouverneur de São Paulo, maire paulista, et candidat préféré des militaires à la présidence en 1985.

Lors de l'élection présidentielle de 2006, le PP fait partie de la coalition qui soutient la candidature du président sortant Lula da Silva. Aux élections générales, le PP arrive en cinquième position avec 7,1 % des voix, obtenant 42 sièges de députés et un siège de sénateur. En 2010, le PP maintient son appartenance à la coalition de centre gauche ; lors des élections parlementaires, il perd un siège de députés (41 contre 42 précédemment) mais progresse sensiblement au Sénat, où il passe de un à quatre sièges. Le parti se retourne en 2016 contre la présidente Dilma Rousseff et vote pour sa destitution[2]. Bien qu'un temps allié au PT de Lula au niveau national, le PP comprend des élus radicalement opposés au gouvernement de gauche, dont certains manifestent une nostalgie pour la dictature militaire et soutiennent des propos racistes et homophobes[3].

Il est l'un des partis les plus touchés par le scandale de corruption Lava Jato[4] De ses cinquante-six députés, trente et un sont cités dans des affaires de corruption[5]. Son président Paulo Maluf est lui considéré comme le « champion inégalé des pots-de-vin assumés »[6].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pt) « Eleitores filiados », sur inter04.tse.jus.br (consulté le 10 octobre 2018).
  2. « Le parti progressiste votera pour la destitution de Dilma Rousseff », Le temps,‎ (lire en ligne).
  3. « Brésil: le grand bond en arrière », sur ARTE Info, (consulté le 28 mai 2017).
  4. (pt) « O Globo - A lista de investigados da Lava-Jato no STF », sur infograficos.oglobo.globo.com.
  5. Glenn Greenwald, Victor Pougy, « Au Brésil, la fabrique des démagogues », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne).
  6. « Le président brésilien échappe à un procès dans l’indifférence quasi générale », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).