Élections parlementaires brésiliennes de 2018

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections parlementaires brésiliennes de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata

Des élections parlementaires ont lieu au Brésil le dans le cadre des élections générales afin de renouveler les 513 sièges de la Chambre des députés ainsi que les deux tiers des 81 sièges du Sénat composant le Congrès national du Brésil. Les élections à la présidence de la République et pour les chambres et gouverneurs des États se tiennent en même temps.

Le scrutin est marqué par la percée du Parti social-libéral (PSL) de Jair Bolsonaro, qui arrive en tête en nombre de voix à la Chambre des députés et qui devient le deuxième parti du Parlement en termes d’élus.

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le Congrès national du Brésil est un parlement bicaméral. Sa chambre basse, la Chambre des députés, est dotée de 513 députés élus pour quatre ans au scrutin proportionnel plurinominal de listes. Le pays est découpé en 27 circonscriptions plurinominales correspondants aux 26 États plus le District fédéral de la capitale Brasilia et dotées de 8 à 70 sièges en fonction de leur population. Les électeurs ont la possibilité d’effectuer un vote préférentiel en faveur d'un candidat de la liste pour laquelle ils votent, afin de faire remonter sa position dans la liste établie par le parti[1].

Après décompte des suffrages dans les circonscriptions les sièges répartis à la proportionnelle le sont sans seuil électoral, sur la base du quotient simple et de la méthode dite de la plus forte moyenne, qui avantage les gros partis. Les sièges remportés par chaque liste sont ensuite attribués aux candidats ayant recueilli le plus grand nombre de suffrages préférentiels en leur sein[1].

La chambre haute, le Sénat fédéral, est quant à elle dotée de 81 sénateurs élus pour huit ans mais renouvelés en deux fois, les sénatoriales alternant tous les quatre ans un renouvellement d'un tiers ou des deux tiers du sénat. Les élections de 2018 concernent les deux tiers des sénateurs, soit 54 sièges.

Les sièges sont à pourvoir au scrutin majoritaire binominal dans vingt sept circonscriptions de un ou deux sièges chacune correspondants aux 26 États plus le District fédéral de la capitale Brasilia. Lors des renouvellement par tiers, le vote a lieu dans chaque circonscription au scrutin uninominal majoritaire à un tour. Lorsque le renouvellement s'effectue pour les deux tiers, cependant, c'est un binôme de candidats qui est élu dans chacune d'elles au scrutin plurinominal majoritaire, les électeurs étant dotés de deux voix qu'ils peuvent répartir sur les candidats de leur choix[2].

Le vote est obligatoire pour les citoyens de 18 à 70 ans, et facultatif pour ceux âgés de 16 à 18 ans et les plus de 70 ans[3]. Un âge minimal de 21 ans est requis pour se présenter à la chambre. Il est de 35 ans pour les candidats au poste de sénateur. Dans les deux cas, les candidatures sans étiquette sont interdites, les candidats devant obligatoirement être membres d'un parti politique officiel. La citoyenneté brésilienne de naissance est également exigée[1],[2]

Résultats[modifier | modifier le code]

Chambre des députés[modifier | modifier le code]

Composition de la Chambre.
Résultats des législatives brésilienne de 2018[4]
Partis Votes % Sièges +/-
Parti des travailleurs (PT) 10 126 611 10,3 56 Decrease2.svg 13
Parti social-libéral (PSL) 11 457 878 11,7 52 Increase2.svg 51
Parti progressiste (PP) 5 480 067 5,6 37 Decrease2.svg 1
Mouvement démocratique brésilien (MDB) 5 439 167 5,5 34 Decrease2.svg 32
Parti social démocratique (PSD) 5 749 008 5,8 34 Decrease2.svg 2
Parti de la République (PR) 5 224 591 5,3 33 Decrease2.svg 1
Parti socialiste brésilien (PSB) 5 386 400 5,5 32 Decrease2.svg 2
Parti républicain brésilien (PRB) 4 992 016 5,1 30 Increase2.svg 9
Démocrates (DEM) 4 581 162 4,7 29 Increase2.svg 8
Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB) 5 905 541 6,0 29 Decrease2.svg 25
Parti démocratique travailliste (PDT) 4 545 846 4,6 28 Increase2.svg 9
Solidarité77 1 953 067 2,0 13 Decrease2.svg 2
Podemos (PODE) 2 243 320 2,3 11 Increase2.svg 7
Parti socialisme et liberté (PSOL) 2 783 669 2,8 10 Increase2.svg 5
Parti travailliste brésilien (PTB) 2 022 719 2,1 10 Decrease2.svg 15
Parti communiste du Brésil (PCdoB) 1 329 575 1,4 9 Decrease2.svg 1
Nouveau parti (NOVO) 2 748 079 2,8 8 Nv
Parti populaire socialiste (PPS) 1 590 084 1,6 8 Decrease2.svg 2
Parti républicain de l'ordre social (PROS) 2 042 610 2,1 8 Decrease2.svg 3
Parti social-chrétien (PSC) 1 765 226 1,8 8 Decrease2.svg 5
En avant 1 844 048 1,9 7 Increase2.svg 5
Parti humaniste de solidarité (PHS) 1 426 444 1,5 6 Increase2.svg 1
Patriota (PATRI) 1 432 304 1,5 5 Increase2.svg 3
Parti républicain progressiste (PRP) 851 368 0,9 4 Increase2.svg 1
Parti vert (PV) 1 592 173 1,6 4 Decrease2.svg 4
Parti de la mobilisation nationale (PMN) 634 129 0,6 3 Steady.svg
Parti travailliste chrétien (PTC) 601 814 0,6 2 Steady.svg
Parti social-démocrate chrétien (DC) 369 386 0,4 1 Decrease2.svg 1
Parti de la patrie libre (PPL) 385 197 0,4 1 Increase2.svg 1
Réseau autosuffisant (REDE) 816 784 0,8 1 Nv
Parti des femmes brésiliennes (PMB) 228 302 0,2 0 Steady.svg
Parti rénovateur travailliste brésilien (PRTB) 684 976 0,7 0 Decrease2.svg 1
Parti socialiste des travailleurs unifié (PSTU) 41 304 <0,1 0 Steady.svg
Parti de la cause ouvrière (PCO) 2 785 <0,1 0 Steady.svg
Parti communiste brésilien (PCB) 61 343 0,1 0 Steady.svg
Votes valides 98 339 739 83,97
Votes blancs et nuls 18 771 737 16,03
Total 117 111 476 100 513 Steady.svg
Abstention 29 639 063 20,20
Inscrits / participation 146 750 539 79,80

Sénat[modifier | modifier le code]

Composition du Sénat.
Résultats des sénatoriales brésilienne de 2018[5]
Partis Votes % Sièges
Élus Total +/-
Mouvement démocratique brésilien (MDB) 12 800 290 7,5 7 9 Decrease2.svg 9
Réseau autosuffisant (REDE) 7 166 003 4,2 5 5 Increase2.svg 5
Parti progressiste (PP) 7 529 901 4,4 5 5 Increase2.svg 1
Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB) 20 310 558 11,9 4 10 Decrease2.svg 1
Démocrates (DEM) 9 218 658 5,4 4 8 Increase2.svg 2
Parti des travailleurs (PT) 24 785 670 14,5 4 5 Decrease2.svg 7
Parti social-libéral (PSL) 19 413 869 11,3 4 4 Increase2.svg 4
Parti social démocratique (PSD) 8 202 342 4,8 3 3 Increase2.svg 3
Parti socialiste brésilien (PSB) 8 234 195 4,8 3 3 Steady.svg
Parti humaniste de solidarité (PHS) 4 228 973 2,5 2 2 Increase2.svg 2
Parti populaire socialiste (PPS) 2 954 800 1,7 2 2 Increase2.svg 1
Parti démocratique travailliste (PDT) 7 737 982 4,5 2 8 Steady.svg
Parti travailliste brésilien (PTB) 1 899 838 1,1 2 7 Increase2.svg 1
Parti républicain brésilien (PRB) 1 505 607 0,9 2 2 Increase2.svg 1
Parti de la République (PR) 3 130 082 1,8 1 2 Decrease2.svg 2
Podemos (PODE) 5 494 125 3,2 1 1 Increase2.svg 1
Parti républicain de l'ordre social (PROS) 1 370 513 0,8 1 1 Increase2.svg 1
Parti républicain progressiste (PRP) 1 974 061 1,2 1 1 Increase2.svg 1
Parti social-chrétien (PSC) 4 126 068 2,4 1 1 Steady.svg
Démocratie chrétienne (DC) 154 068 0,1 0 1 Steady.svg
Solidarité (SD) 4 001 903 2,3 0 1 Steady.svg
Parti communiste du Brésil (PCdoB) 1 673 190 1,0 0 0 Decrease2.svg 1
Parti de la mobilisation nationale (PMN) 329 973 0,2 0 0 Decrease2.svg 1
Parti socialisme et liberté (PSOL) 5 273 853 3,1 0 0 Decrease2.svg 1
Votes valides 55 115 654 47,06
Votes blancs et nuls 61 995 824 52,94
Total 117 111 478 100 54 81 Steady.svg
Abstention 29 639 061 20,20
Inscrits / participation 146 750 529 79,80

Analyse[modifier | modifier le code]

Les résultats surprennent la plupart des analystes, qui tablaient sur un relativement faible renouvellement du Parlement. Au contraire, seul 46 % des députés parviennent à se faire réélire[6].

Alors que le Parti social-libéral n’avait obtenu qu’un seul élu aux élections de 2014, il remporte cette fois 56 sièges de parlementaires, ce qui en fait la deuxième force politique au Parlement brésilien. En nombre de voix, il arrive même en tête (11,5 millions), devant le Parti des travailleurs (10,1 millions). Ce bon résultat repose principalement sur le programme et la popularité de Jair Bolsonaro, candidat d'extrême-droite arrivé dans le même temps en tête du premier tour de l’élection présidentielle, puis victorieux du second tour, et dont deux de ses fils sont élus parlementaires (avec 1,8 million de suffrages, son fils Eduardo est le député le mieux élu de l'histoire du pays)[6],[7]. À la suite de la victoire de Bolsonaro, les résultats de ces élections parlementaires devraient permettre à celui-ci de disposer d’une majorité lui étant favorable.

À l’inverse, le Parti des travailleurs (PT), le Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB) et le Mouvement démocratique brésilien (MDB) connaissent un important recul. Parmi les battus, figurent le président du Sénat, Eunício Oliveira (MDB), ainsi que l’ancienne présidente de la République Dilma Rousseff (PT), qui arrive en quatrième position dans son État natal du Minas Gerais alors que les sondages la donnaient grande favorite[6],[8],[9],[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « IPU PARLINE database: BRESIL (Cámara dos Deputados), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le 23 octobre 2018).
  2. a et b « IPU PARLINE database: BRESIL (Senado Federal), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le 23 octobre 2018).
  3. « Les enjeux d'une campagne riche en rebondissements », sur LeMonde.fr, (consulté le 7 octobre 2014).
  4. (pt) « Saiba como eram e como ficaram as bancadas na Câmara dos Deputados, partido a partido », sur G1, (consulté le 10 octobre 2018).
  5. (pt-br) « Saiba como eram e como ficaram as bancadas no Senado, partido a partido », sur G1, (consulté le 10 octobre 2018).
  6. a b et c « Brésil: la lame de fond Bolsonaro déferle sur le Parlement », sur La Croix, (consulté le 23 octobre 2018).
  7. « Brésil : deux fils du candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro élus haut la main au Parlement », Franceinfo,‎ (lire en ligne).
  8. « Au Brésil, l'ancienne présidente Dilma Rousseff pourrait être élue sénatrice deux ans après sa chute », Franceinfo,‎ (lire en ligne).
  9. « Brésil: l'ex-présidente Dilma Rousseff échoue à être élue sénatrice », RTL Info,‎ (lire en ligne).
  10. (pt-br) Diario de Pernambuco, « Quatro anos depois, Aécio se elege e Dilma fica sem mandato », Diario de Pernambuco,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]