Parti socialisme et liberté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti socialisme et liberté
(pt) Partido Socialismo e Liberdade
Image illustrative de l’article Parti socialisme et liberté
Logotype officiel.
Présentation
Président Juliano Medeiros (pt)
Fondation
Scission de Parti des travailleurs
Siège SDS, Edificio Venâncio V,
Loja 28,
Brasilia
Numéro d'identification TSE 50
Positionnement Gauche[1] à extrême gauche[2]
Idéologie Anticapitalisme
Écosocialisme
Socialisme démocratique
Féminisme
Socialisme du XXIe siècle
Affiliation internationale Les différents groupes au sein du PSOL ont différentes affiliations internationales.
Adhérents 147 096 (2018)[3]
Couleurs Rouge et jaune
Site web www.psol50.org.br
Représentation
Députés
10  /  513
Élus fédérés
18  /  1049
Maires
2  /  5570
Conseillers municipaux
53  /  56810

Le Parti socialisme et liberté (en portugais : Partido Socialismo e Liberdade, abrégé en PSOL) est un parti politique brésilien fondé en 2004 par une scission de l'aile gauche du Parti des travailleurs. Il est rejoint par de nombreux intellectuels et militants de gauche ainsi que par plusieurs courants de l'extrême gauche brésilienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'élection présidentielle de 2006, le PSOL présente la candidature de l'ancienne sénatrice Heloísa Helena, exclue du PT en après avoir voté contre les consignes du Parti. Également soutenue par le Parti communiste brésilien et le Parti socialiste des travailleurs unifié, elle arrive en troisième position avec 6,85 % des voix.

Aux élections générales qui se tiennent simultanément, le PSOL n'obtient que 1,2 % des voix, trois sièges de députés et aucun sénateur. En 2010, le PSOL présente seul la candidature de Plínio de Arruda Sampaio à l'élection présidentielle. Celui-ci ne peut empêcher l'effondrement électoral du parti et n'obtient que 0,87 % des voix. En revanche, le PSOL parvient à conserver ses trois mandats de députés et progresse même au Sénat, où il obtient deux élus[4],[5],[6],[7].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Année Candidats 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Rang
2006 Heloísa Helena (en) 6 575 393 6,9 3e
2010 Plínio de Arruda Sampaio 886 816 0,9 4e
2014 Luciana Genro 1 612 186 1,6 4e
2018 Guilherme Boulos 617 122 0,6 10e

Chambre des députés[modifier | modifier le code]

Année Voix % Sièges Gouvernement
2006 (en) 1 149 619 1,2
3  /  513
Opposition
2010 (en) 1 142 737 1,2
3  /  513
Opposition
2014 1 745 470 1,8
5  /  513
Opposition
2018 2 783 669 2,8
10  /  513
Opposition

Sénat[modifier | modifier le code]

Année Voix % Sièges
2006 (en) 351 527 0.4
1  /  81
2010 (en) 3 041 854 1,8
2  /  81
2014 1 045 275 1,2
1  /  81
2018 5 273 853 3,1
0  /  81

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ricardo Senra et Thiago Guimarães, « Como as eleições municipais desidrataram os partidos de esquerda », sur BBC News Brasil, (consulté le 2 octobre 2018).
  2. (pt) Júlio César Gonçalves da Silva, « Partido dos professores: elite partidária e evolução política do Partido Socialismo e Liberdade (PSOL) », sur Electoral Justice of Brazil (consulté le 3 décembre 2017)
  3. « Estatísticas do eleitorado – Eleitores filiados »
  4. (pt) « HISTÓRIA », sur www.psol50.org.br.
  5. (pt) « PROGRAMA », sur www.psol50.org.br.
  6. (pt) « PSOL cresce nas eleições e tenta ser alternativa da esquerda ao PT », sur www1.folha.uol.com.br, 2016/2016/10 (consulté le 2 mars 2017).
  7. « Brésil. La droite se renforce, le PT s’effondre, le PSOL se profile », sur ensemble-fdg.org, (consulté le 2 mars 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]