Geraldo Alckmin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant brésilien
Cet article est une ébauche concernant un homme politique brésilien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Geraldo Alckmin
Geraldo Alckmin Filho - World Economic Forum on Latin America 2011.jpg

Geraldo Alckmin en avril 2011.

Fonction
Député brésilien
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Université de Taubaté (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Parti politique

Geraldo José Rodrigues de Alckmin Filho (né à Pindamonhangaba, État de São Paulo le 7 novembre 1952) est médecin et gouverneur de l'État de São Paulo (4 mandats: 2001-2003; 2003-2006; puis 2011-2014 et ré-élu en 2015). Issu d'une famille d'origine libanaise, il fut candidat à l'élection présidentielle de 2006.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il a étudié médecine à l'université de Taubaté et s'est spécialisé en anesthésie, puis a travaillé dans le service public des hôpitaux de São Paulo.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Alors en première année de médecine, Alckmin débuta sa carrière politique en 1972 en se faisant élire au conseil municipal de Pindamonhangaba (1973-1977), ville dont il deviendra le maire de (1977-1982), étant ainsi le plus jeune maire du Brésil. Député fédéral de 1983 à 1987 puis de 1987 à 1994, il s'est distingué par ses lois de protection du consommateur. En 1988, il fut l'un des fondateurs du PSDB (Parti de la Social Démocratie Brésilienne).

Il fut élu vice-gouverneur de l'État de São Paulo comme colistier de Mário Covas en 1994, puis en 1998. Après la mort de Covas, il assura l'intérim jusqu'en mars 2001. Il continua la politique de Covas en promouvant un large programmes de santé et d'éducation publics. Ces investissements étaient financés par des privatisations d'entreprises appartenant à l'État de São Paulo. Il fut élu gouverneur le 27 octobre 2002 pour un mandat de quatre ans avec (58,64 %) des suffrages. Ce mandat fut marqué par la réduction de la masse salariale, celle-ci passant de 49 % à 46 % du budget de l'État. Il unifia aussi les systèmes d'achats publics et réalisa d'autres réformes économiques telle la mise en œuvre de partenariats public-privé.

Élection présidentielle de 2006[modifier | modifier le code]

Le 14 mars 2006, le PSDB désigna Alckmin comme son candidat à l'élection présidentielle. Du fait des lois électorales interdisant à un candidat d'exercer en même temps une fonction exécutive, il dut démissionner de son poste de gouverneur le 31 mars 2006 et laisser Cláudio Lembo (en), le vice-gouverneur, finir le mandat. José Serra du PSDB, qui perdit face à Lula la présidentielle de 2002, a annoncé son intention de briguer le poste de gouverneur de l'État de São Paulo à l'élection de 2006. Serra qui a gagné au premier tour deviendra donc le nouveau gouverneur de l'État de São Paulo.

Contredisant tous les sondages, Alckmin obtint 41,64 % des suffrages, contraignant ainsi Lula au second tour. Lula es réélu président du Brésil en battant nettement Alckmin le 29 octobre 2006.

Classification de documents sur le métro de São Paulo[modifier | modifier le code]

En 2014, G. Alckmin fait classifier top secret (soit 25 ans de non-communication) des documents concernant le transport public de São Paulo (dont des études de faisabilité, des descriptions de projet ainsi que des vidéos d'un projet Arte no metro), afin d'éviter toute communication dans le cadre de la loi sur l'accès à l'information [1]. La Sabesp, entreprise publique, a aussi utilisé, à la même époque, ce régime de classification pour interdire pendant 15 ans l'accès à des documents concernant l'approvisionnement en eau de la mégalopole [1].

En 2013, des manifestations concernant le prix des transports publics avaient éclaté dans l'ensemble du pays, commençant à Porto Alegre avant de s'étendre ailleurs, dont en particulier à São Paulo.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Claire Gatinois, A Sao Paulo, le métro classé « secret défense », Le Monde.fr, 17 octobre (publié sous le titre Le métro classé « secret défense » dans l'édition papier du 18-19 octobre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :