Parc national et réserve de Denali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Denali (homonymie).
Parc national et réserve de Denali
Denali National Park and Preserve
Mount McKinley Alaska.jpg
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
24 585 km2
Administration
Nom local
(en) Denali National Park and PreserveVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
Identifiant
Création
Statut patrimonial
Visiteurs par an
406 582
Administration
Site web
Localisation sur la carte d’Alaska
voir sur la carte d’Alaska
Green pog.svg

Le parc national et réserve de Denali (anglais : Denali National Park and Preserve) est un parc naturel américain situé au centre de l'Alaska et qui comprend le Denali, le plus haut sommet d'Amérique du Nord (6 190 mètres). Le parc s'étend sur 24 585 km2, soit la taille de quatre départements français. Le mot « Denali » signifie « le haut » en langue athapascane.

Le sommet fut rebaptisé en 1896 du nom du candidat à la présidence américaine, William McKinley, mais le nom autochtone de cette montagne resta le mont Denali. Et le devint officiellement le .

La réserve a été reconnue réserve de biosphère par l'Unesco en 1976[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Mount McKinley National Park est créé le . À cette époque, seule une partie du mont fait partie intégrante du parc national. Un monument national nommé Denali National Monument est créé à proximité en décembre 1978 avec l'accord du président Jimmy Carter. Le , le parc national du Mont McKinley et le monument national Denali sont fusionnés au sein du parc national de Denali (Denali National Park and Preserve) par l'Alaska National Interest Lands Conservation Act.

Description[modifier | modifier le code]

Le parc est le plus célèbre et le plus visité d'Alaska. Il est composé de montagnes, forêts, lacs. Les glaciers couvrent 16% de la surface du parc. Il est connu pour sa beauté et pour abriter le Mont Denali, plus haut sommet d'Amérique du Nord. Son altitude (6 194 m), son climat extrême et sa situation géographique arctique (seulement à 400 km au sud du Cercle Polaire) en font l'un des sommets les plus difficiles à escalader au monde. Le parc s'étend sur 24 585 km2, soit la taille de quatre départements français et possède une faune variée.

Paysage dans le parc.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

La région du Denali abrite une grande variété d'oiseaux et de mammifères.

On y trouve une quarantaine d'espèces de mammifères. Une importante population de grizzlys et d'ours noirs est présente sur le territoire du parc. Il constitue le terrain de parcours des troupeaux de caribous ou de mouflons de Dall. On peut également observer des élans et des loups. De petits animaux adaptés au milieu naturel peuplent le parc national tels que la marmotte des Rocheuses, les écureuils de l'Arctique (Spermophilus parryii), les castors et les pikas. [2]. Le parc de Denali abrite également l'une des plus riches réserves d'oiseaux, avec 161 espèces recensées. De la fin du printemps à la fin de l'été, de nombreuses espèces migratoires vivent dans la région : Bombycillidae (Jaseur d'Amérique), durbec des pins, traquet, lagopède alpin, cygne siffleur, aigle royaletc.[3] Les nombreux cours d'eau offrent diverses espèces de poissons (truites, saumons) et d'amphibiens[4].

Les gardiens du parc s'efforcent de maintenir les animaux à l'état sauvage et recommandent aux visiteurs de ne pas les nourrir ou les approcher de trop près. Ils mettent également l'accent sur les dangers que représentent les ours.

La faune du parc de Denali :

Flore[modifier | modifier le code]

La taïga arborée voisine ici avec la toundra, ses arbustes, ses lichens et ses fleurs. À la base de l'écosystème, 1 500 espèces de fougères, d'herbes rases, de buissons, de plante à fleurs, de lichens, de mousses, d'arbres recouvrent les sols autour des sommets. L'endémisme de ces plantes a été préservé des espèces européennes par l'isolement de la région. Ayant franchi le détroit de Béring, leur origine est asiatique et unique en Amérique du Nord[5]. L'abondance des fleurs sauvages est un pur plaisir pour les visiteurs et les photographes, lorsque pendant une courte période, Denali s'anime d'une mosaïque de couleurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :