Mouflon de Dall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mouflon de Dall (Ovis dalli, Nelson, 1884), est une espèce de mammifères de la famille des Bovidae. Il s'agit d'un mouflon, ou mouton sauvage, des régions montagneuses du nord-ouest de l'Amérique du Nord, allant du blanc au brun ardoise et ayant des cornes recourbées d'un brun jaunâtres.

Description et sous-espèces[modifier | modifier le code]

Il y a deux sous-espèces putatives : Ovis dalli dalli, la plus nordique, qui est d'un blanc presque pur, et la sous-espèce du sud, ou mouflon de Stone, Ovis dalli stonei, qui est d'un marron ardoisé avec quelques taches blanches sur la croupe et à l'intérieur des pattes arrière.

Une population intermédiaire, avec un patron de coloration médian existe, parfois appelée Ovis dalli fannini.

Les distinctions entre sous-espèces sont aujourd'hui contestées, les analyses génétiques ne montrant pas des différences marquées entre les populations, malgré les différences de couleurs[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Répartition du mouflon de Dall aux États-Unis et au Canada

L'espèce vit dans les régions subarctiques des chaînes de montagnes de l'Alaska, du Yukon, du Territoire du Nord-Ouest du Canada (les monts Mackenzie) et dans le nord de la Colombie-Britannique.

Habitats et nourritures[modifier | modifier le code]

Les mouflons de Dall peuvent occuper des habitats assez différents des régions sub-arctiques, mais se sont essentiellement des animaux vivant dans les chaînes de montagnes.

En règle générale, ils habitent les régions montagneuses sèches et mangent des graminées subalpines et de petits arbuste[2].

Ils dépendent des zones raides, des falaises abruptes et des affleurements d'accès difficiles, qui leur fournissent des zones de refuge contre les prédateurs. Ils utilisent à proximité de ces zones d'accès difficile, ou la nourriture est rare, des zones plus ouvertes de prairies et de pâturages, pour y trouver leur alimentation. En hiver, ils préfèrent les zones ensoleillées et exposées à des vents forts, lesquels enlèvent la neige et exposent le fourrage qui leur sert de nourriture (Nichols et Bunnell, 1999).

La plupart des populations changent leurs zones d'habitation en fonction des saisons, même si certaines sont purement sédentaires. Les population qui migrent le font en corrélation avec l'enneigement et l'accès à la nourriture[2].

réserve écologique de Gladys Lake, située au centre du parc provincial de Spatsizi Plateau Wilderness dans la province de Colombie-Britannique au Canada, a été créée en 1975 pour pouvoir étudier le mouflon de Dall dans son habitat naturel.

Prédateurs et menaces[modifier | modifier le code]

Les loups (Canis lupus), mais aussi les lynx (Lynx canadensis), les grizzly (Ursus arctos) les Coyotes (Canis latrans), les ours noirs (Ursus americanus), et les gloutons (Gulo gulo) sont les prédateurs de l'espèce.

Eu égard à l'environnement ou ils vivent, les décès par chute ou du fait des avalanches sont également assez fréquents[3].

Le froid, la faim, les maladies et la prédation sont les principales causes de décès, surtout chez les jeunes[2].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les mâles vivent en bande hiérarchisées (ou le rang est surtout fonction de la taille des cornes), séparés des femelles, et ne s'en rapprochent qu'au moment du rut.

Les accouplements se font en novembre - décembre. Ce sont surtout les mâles dominants qui se reproduisent, mais pas de façon exclusive.

La gestation dure environ 175 jours, et les petits naissent au printemps. Ils font alors 3 à 4 kilos (Shackleton, 1999). La mortalité des jeunes lors du premier hiver peut atteindre 40 à 50 %[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Loehr, Worley, Grapputo, Carey, Veitch et Coltman, Evidence for cryptic glacial refugia from North American mountain sheep mitochondrial DNA, Journal of Evolutionary Biology, 2006, N°19, pages 419-430.
  2. a, b, c et d Bowyer et Leslie, « Ovis dalli », article publié en 192 dans Mammalian Species, N°393, pages 1-7.
  3. Wilson et Ruff, The Smithsonian Book of North American Mammals, 1999, Washington and London: Smithsonian Institution Press.