Jacob Matham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacob Matham
Gulden Cabinet -Jacob Matham p 475.jpg

Portrait gravé de Jacob Matham paru dans Het Gulden Cabinet de Cornelis de Bie (1662)

Naissance
Décès
Nom de naissance
Jacob Matham
Activité
Maître
Élève
Enfants

Jacob Matham, né à Haarlem, le , et mort le , est un graveur et dessinateur des Pays-Bas espagnols puis des Provinces-Unies, fils adoptif de Hendrick Goltzius.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacob Matham reste orphelin de père en 1579 et sa mère se marie de nouveau avec le peintre et graveur Hendrik Goltzius qui devient son père adoptif et fait son apprentissage. Matham est le beau-frère de Simon van Poelenbugh[1], également graveur, après son mariage avec sa sœur Maria[2].

Après un séjour en Italie de 1593 à 1597, son activité se développe à Haarlem de 1598 à 1631[3]. Il est membre de la section locale de la guilde de Saint-Luc en 1600 et en devient le doyen en 1605.

Matham se spécialise dans les gravures de reproduction. En 1592, il grave diverses scènes de la parabole de l'enfant prodigue d'après Karel van Mander. En 1603, il grave une série d'après quatre peintures de Pieter Aertsen. Il fait divers cadres de Rubens à partir de 1611-1615[4]. Rubens préfère travailler avec les graveurs de l'école de Goltzius qui savent reproduire fidèlement ses effets et en supervisant leur travail et en dirigeant l'exploitation commerciale de l'entreprise lui-même. Les plaques sont fabriquées à partir de monochromes spécialement préparés par lui ou ses collaborateurs[5].

La production la plus importante de Jacob Matham et la plus problématique est celle qu’il fait à l’ombre de Goltzius, en gravant ses esquisses. Nombre de ces gravures portent les initiales HG du maître et il est difficile de savoir la part de chacun dans ces travaux.

En 1613, le graveur Jan van de Velde II devient son apprenti comme Pieter Claesz Soutman et son fils Adriaen[3].

Jacob Matham a eu trois fils : Jan, Theodor et Adriaen Matham. Ce dernier fut un graveur notoire.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Web Gallery of Art, searchable fine arts image database », sur www.wga.hu (consulté le 17 juin 2017).
  2. (en) Amy Golahny, Mia M. Mochizuki et Lisa Vergara, In His Milieu: Essays on Netherlandish Art in Memory of John Michael Montias, Amsterdam University Press, (ISBN 9789053569337, lire en ligne), p. 184.
  3. a et b (nl) « Explore Jacob Matham », sur rkd.nl (consulté le 17 juin 2017).
  4. (en) Peter C. Sutton, Marjorie E. Wieseman et Nico van Hout, Drawn by the Brush: Oil Sketches by Peter Paul Rubens, Yale University Press, (ISBN 0300106262, lire en ligne), p. 27.
  5. a et b « Web Gallery of Art, searchable fine arts image database », sur www.wga.hu (consulté le 17 juin 2017).
  6. « Web Gallery of Art, searchable fine arts image database », sur www.wga.hu (consulté le 17 juin 2017).
  7. « Mars et Vénus », sur commons.wikimedia.org (consulté le 17 juin 2017).
  8. Jacob Matham, Nederlands: Portret van de ingenieur en landmeter Johan Sems (1572-1635), gravure door Jacob Matham naar een portret van Martin Faber, (lire en ligne).
  9. « La foi, l'espérance et la charité », sur commons.wikimedia.org (consulté le 17 juin 2017).
  10. « Portrait de  Frédéric-Henri d'Orange-Nassau », sur commons.wikimedia.org (consulté le 17 juin 2017).
  11. « Neptune », sur commons.wikimedia.org (consulté le 17 juin 2017).
  12. « Diane », sur commons.wikimedia.org (consulté le 17 juin 2017).
  13. « L'envie », sur commons.wikimedia.org (consulté le 17 juin 2017).
  14. « L'alliance entre Minerve et Mercure », sur commons.wikimedia.org (consulté le 17 juin 2017).
  15. « Jacob Matham : The Four Elements », sur The Metropolitan Museum of Art, i.e. The Met Museum (consulté le 18 juin 2017).
  16. « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 1945-1985 (consulté le 18 juin 2017).
  17. « Scène de cuisine, de Jacob Matham (1571-1631, Netherlands) », sur fr.wahooart.com (consulté le 18 juin 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :