OMOTENASHI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
OMOTENASHI
CubeSat expérimental
Données générales
Organisation Drapeau : Japon Agence spatiale japonaise
Constructeur Drapeau : Japon Institut des sciences spatiales et astronautiques
Domaine Satellite expérimental
Type de mission atterrisseur
Statut En développement
Lancement vers mi-2020
Lanceur SLS
Identifiant COSPAR [1]
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 14 kg
Plateforme CubeSat 6U
Propulsion propergol solide
Ergols propergol solide,
Masse ergols 4,3 kg
Δv > 2,5 km/s
Contrôle d'attitude stabilisé 3 axes
Source d'énergie Cellules solaires

OMOTENASHI (en japonais hospitalité) acronyme de Outstanding MOon exploration TEchnologies demonstrated by NAno Semi-Hard Impactor est un nano-satellite de format CubeSat 6U développé par l'agence spatiale japonaise (JAXA) qui doit démontrer la faisabilité d'un atterrisseur lunaire de très petite taille. Pour se poser sur la Lune l'engin utilise un moteur à propergol solide de 6 kg et un airbag (vitesse d'atterrissage 30 m/s). Le freinage se fait sans mise en orbite préalable. Le satellite doit être lancé au cours du premier vol de la fusée Space Launch System (mission Exploration Mission 1) planifié mi-2020.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Pour remplir sa mission OMOTENASHI doit effectuer un atterrissage à faible vitesse sur le sol de la Lune. Le composant principal est un moteur à propergol solide (Retro Motor ou RM) chargé d'effectué ce freinage qui permet de réduire la vitesse du minuscule atterrisseur (SP 700 grammes) de 2,5 km/seconde. Ce propulseur est placé en position centrale et a une masse de 4,3 kg. Le troisième élément associé à l'atterrisseur est un air bag qui est chargé d'annuler la vitesse résiduelle à l'atterrissage sur le sol lunaire. L'atterrisseur proprement dit comporte un module écrasable fixé à l'opposé de l'airbag et un répéteur fonctionnant en bande P ainsi qu'une batterie lithium-ion de 18 Watts-heures. En orbite le CubeSat est stabilisé 3 axes à l'aide de propulseurs à gaz froid qui sont également utilisés pour corriger la trajectoire. L'énergie est fournie par des cellules solaires qui tapissent la face du CubeSat tourné vers le Soleil. Le satellite dispose également d'un système de communications et d'un système de contrôle d'attitude. Enfin le satellite emporte un instrument qui permet de mesurer en vol le rayonnement ambiant[1].

Déroulement de la mission[modifier | modifier le code]

OMOTENASHI et 12 autres CubeSats constituent la charge utile secondaire de la mission Exploration Mission 1 dont le lancement est planifié mi-2020. Celle-ci est embarquée sur le premier vol de la fusée Space Launch System dont l'objectif principal est de tester le vaisseau Orion et le fonctionnement du nouveau lanceur. Les CubeSats sont stockés dans l'adaptateur qui relie le second étage du lanceur avec le vaisseau spatial. Ils sont largués sur une orbite haute. Le CubeSat OMOTENASHI est d'abord stabilisé de manière à présenter ses cellules solaires dans une direction optimale par rapport au Soleil. Une première manoeuvre de correction est effectuée à l'aide de propulseurs à gaz froid pour placer le CubeSat sur une trajectoire de collision avec la Lune. Plusieurs corrections de trajectoire sont réalisés durant le transit vers la Lune. Peu avant l'arrivée à la surface de la Lune, le CubeSat est mis en rotation autour de son axe puis un air bag est gonflé. Alors le moteur à propergol solide est mis à feu pour annuler la vitesse d'arrivée évaluée à 2,5 km/s. A l'extinction du moteur le CubeSat se trouve à l'arrêt à une altitude d'environ 100/200 mètres. Il tombe alors en chute libre et atterrit à la surface de la Lune à une vitesse d'environ 30 mètres par seconde. Le choc est amorti par l'air bag. L'émetteur radio, qui constitue la seule charge utile après l'arrivée à la surface, est utilisé pour confirmer l'atterrissage[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « EQUULEUS and OMOTENASHI », sur EO Portal, Agence spatiale européenne (consulté le 25 septembre 2018)
  2. (en) Onur Çelik et Tatsuaki Hashimoto et all, « Overview of Japanese Lunar CubeSats OMOTENASHI & EQUULEUS »,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]