ADEOS-II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis ADEOS-I)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
ADEOS II
Description de cette image, également commentée ci-après
Vue d'artiste
Données générales
Organisation NASDA
Domaine Étude du climat, cycle du carbone et de l'eau, biomasse
Type de mission Observation de la Terre
Statut mission achevée
Autres noms Advanced Earth Observing Satellite, Midori
Lancement 14 décembre 2002
Lanceur H-IIA 202
Fin de mission octobre 2003
Identifiant COSPAR 2002-056A
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 3680 kg
Orbite
Orbite Orbite héliosynchrone
Altitude 806 km
Inclinaison 98.7°
Principaux instruments
AMSR Radiomètre micro-ondes
GLI Senseur optique
ILAS-II Spectomètre
POLDER Polarimètre
Seawinds Vitesse du vent

ADEOS-II (Advanced Earth Observing Satellite) ou Midori est un satellite d'observation de la Terre développé par l'agence spatiale japonaise NASDA et lancé le 14 décembre 2002. Ce gros satellite d'observation de la Terre qui emporte 1,3 tonnes d'instrumentation scientifique constitue la contribution japonaise au programme de recherche international sur le changement climatique. Ses instruments collectent des données contribuant à la mesure du cycle du carbone, de l'eau et de l'énergie mais également des données utilisées par la météorologie et la pèche. ADEOS-II prend la suite d'ADEOS perdu un an après son lancement en 1996. ADEOS II est lui-même perdu un an après son lancement à la suite d'une défaillance sans doute accidentelle.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Les objectifs d'ADEOS II s'inscrivent dans le cadre du programme mondial de recherche sur le changement climatique IEOS qui inclut également les programmes EOS (États-Unis), ENVISAT et MetOp (Agence spatiale européenne) et EUMETSAT. Ces objectifs sont les suivants[1] ,[2] :

  • Collecte périodique et systématique des données sur le cycle de l'eau et de l'énergie
  • Évaluation de la quantité de biomasse et la productivité générale en tant que paramètre du cycle de carbone jouant un rôle important dans le réchauffement climatique
  • Détection des tendances au changement climatique sur le long terme.

Historique[modifier | modifier le code]

ADEOS II prend la suite du satellite ADEOS I perdu un an après son lancement (aout 1996) à la suite d'une rupture mécanique de ses panneaux solaires. ADEOS-II est lancé le 14 décembre 2002 depuis le centre spatial de Tanegashima par une fusée H-IIA. Il est placé sur une orbite héliosynchrone de 806 km avec une inclinaison de 98,7°. Le 23 octobre 2003 le contact avec le satellite est perdu. La commission d'enquête nommée pour trouver l'origine du dysfonctionnement conclut soit à un impact d'un débris spatial ayant créé un arc électrique au niveau des panneaux solaires soit à une défaillance liée à une éruption solaire[2].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

ADEOS-II est un gros satellite d'observation de la Terre de 3,98 tonnes construit par l'industriel Mitsubishi qui reprend les caractéristiques d'ADEOS I pour limiter les couts. Ses dimensions extérieures sont de 4 m x 4 m x 6 m. Des panneaux solaires formant une aile solaire unique longue de 26 mètres et large de 3 mètres fournissent 4,5 kW. Le satellite est stabilisé 3 axes. Il communique en bande S (bas débit) et en bande Ka (débit de 120 mégabits) avec les stations terrestres[2].

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Le satellite emporte cinq instruments d'une masse totale de 1,23 tonnes, dont deux développés par la NASDA et trois conçus par des partenaires nationaux ou internationaux[3] :

  • AMSR (Advanced Microwave Scanning Radiometer ) est un radiomètre de la NASDA qui analyse les émissions micro-ondes de la surface de la Terre et de l'atmosphère. Différents paramères géophysiques peuvent être déduits de ces mesures comme la densité de la vapeur d'eau, la vitesse des vents de surface au-dessus des eaux, l'humidité de sols...
  • GLI (Global Imager) est un senseur optique de la NASDA qui analyse le rayonnement solaire réfléchi par la surface de la Terre et les nuages. La mesure se fait sur plusieurs longueurs d'ondes caracérisant la chlorophylle, les substances organiques, la densité de la végétation, la température, la présence de la neige ou de glace et la distribution des nuages. Ces données permettent de comprendre la circulation globale du carbone et le changements climatiques.
  • ILAS-II (Improved Limb Atmospheric Spectrometer-II) est un spectromètre développé par le Ministère de l'environnement japonais dont l'objectif est de contrôler la couche d'ozone présente dans la stratosphère aux hautes latitudes.
  • SeaWinds est un scattéromètre développé par le centre JPL de la NASA pour mesurer avec une précision élevée la vitesse et la direction des vents au-dessus des océans avec une couverture de 90 % des eaux libres de glaces.
  • POLDER (Polarization and Directionality of the Earth's Reflectances) est un instrument de l'agence spatiale française (CNES) . Ce radiomètre imageur mesure la polarisation, la direction et les caractéristiques spectrales de la lumière solaire réfléchie par les aérosols, les nuages, les océans et les surfaces du sol[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « ADOS II : Midori-II > Scientific Goal », JAXA (consulté le 3 octobre 2014)
  2. a, b et c (en) « ADEOS-II (Advanced Earth Observing Satellite-II) / Midori-II », EO Portal (ESA) (consulté le 4 octobre 2014)
  3. (en) « ADOS II : Midori-II > Sensors », JAXA (consulté le 3 octobre 2014)
  4. « POLarization and Directionality of the Earth's Reflectances », CNES missions scientifiques (consulté le 4 octobre 2014)

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]