Notre-Dame du Cénacle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thérèse Couderc, fondatrice du Cénacle.

Les sœurs de Notre Dame du Cénacle (le nom complet étant Sœurs de Notre-Dame de la Retraite du Cénacle) [RC] forment une congrégation religieuse féminine internationale de droit pontifical. Fondée en 1826 à Lalouvesc (France) elle a pour but d'encourager et soutenir l'approfondissement de la foi chrétienne. Les religieuses sont activement engagées dans l'apostolat des retraites spirituelles.

Histoire[modifier | modifier le code]

La congrégation est née en 1826 en Ardèche sur le lieu de pèlerinage dédié à saint Jean-François Régis, un jésuite considéré comme l'apôtre du Vivarais. Un prêtre, le père Étienne Terme confie à un groupe de religieuses enseignantes (à Aps) la gestion d'un hospice créé pour recevoir les femmes qui arrivent nombreuses à Lalouvesc pour y vénérer Saint François Régis.

En 1829 Thérèse Couderc commence à donner les Exercices spirituels suivant la méthode de Saint Ignace de Loyola. En 1835 la communauté de Lalouvesc se sépare des enseignantes d'Aps et reçoit une première approbation canonique, comme congrégation autonome, de l'évêque de Viviers le 11 mai 1836. Le décret d'approbation définitive est accordé par le Saint-Siège en 1870.

De Lalouvesc (Ardèche) la congrégation essaime à Lyon, Marseille; Paris sur la Butte Montmartre depuis 1890, Raismes (Nord), Toulouse, Versailles. Les religieuses sont aujourd'hui présentes dans 16 pays différents: Australie, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Canada, Philippines, États-Unis, France, Irlande, Italie, Madagascar, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Royaume-Uni, Singapour et Togo.

Des locaux de la congrégation situés avenue de Breteuil à Paris sont cédés en 2004 pour constituer le siège parisien de la Conférence épiscopale de France[1].

En 2011 la congrégation compte 490 religieuses réparties en 72 maisons.

Orientations apostoliques[modifier | modifier le code]

Par l'éveil et l'approfondissement de la foi chrétienne, la congrégation contribue à la transformation du monde. Les religieuses vivent cela dans leurs propres maisons, centres spirituels ou dans des mouvements et services de l'Église catholique par l'animation de retraites, l'accompagnement spirituel, la catéchèse, la formation. Avec leurs amis, leurs collaborateurs, les religieuses cherchent à aider toute personne à découvrir quel est le sens de sa vie, quelle est sa vocation dans la société et dans l'Église.

Spiritualité[modifier | modifier le code]

La congrégation puise sa spiritualité dans trois sources :

  • Un passage des Actes des Apôtres (Actes 1) qui indique que sur ordre de Jésus Ressuscité, les disciples avec Marie et quelques femmes se retirent dans le lieu où ils avaient l'habitude de se réunir (Cénacle) pour y attendre le don de l'Esprit Saint qui les rendra capables d'aller dans le monde entier annoncer, par toute leur vie, que Dieu est Amour ;
  • Le grand courant spirituel de saint Ignace de Loyola ;
  • La personnalité de ses fondateurs en particulier sainte Thérèse Couderc dont on peut retenir deux grandes orientations : il n'y a pas de plus grand bonheur que de « se livrer sans réserve à la conduite de l'Esprit Saint » et « Dieu est Bonté ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Felix: Notre-Dame du Cénacle, Paris, Tequi, 1885, 184 p.
  • G Longhaye: La société de Notre-Dame du Cénacle - Origines et fondateurs, Victor Retaux, 1898, 157 p.
  • Henry Perroy, Une Grande Humble, Marie Victoire Thérèse Couderc Fondatrice Du Cénacle 1805 - 1885, Paris, Beauchesne, 1928, 251 p.
  • Albert Bessières, La Mère Thérèse Couderc, fondatrice de la Société de N.-D. de la Retraite au Cénacle 1805-1885., A. Woitrin, 1924,
  • Anonyme, Bienheureuse Thérèse Couderc (Native de Sablières en Ardèche): Fondatrice de la Société de N. D. du Cénacle (1805-1885), Issouden, Laboureur, 1951,
  • André Combes, La Bienheureuse Thérèse Couderc, Fondatrice du Cénacle, Paris, Albin Michel, 1956, 398 p.
  • André Combes, Deux flammes d'amour - Thérèse De Lisieux - Thérèse Couderc, Paris, éditions du Cèdre, 1959, 195 p.
  • Marcelle Magdinier, Thérèse Couderc, fondatrice du Cénacle (1805-1885), Paris, Grasset, 1955, 204 p.
  • Collectif, Sainte Thérèse Couderc fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame-Du Cenacle 1805-1885. Présence et Spiritualité. Actes du colloque du Centenaire Le Barroux 6-7-8 septembre 1985, Centre d'études Historiques et archéologiques du Chateau du Barroux (Vaucluse), circa 1985, 215 p.
  • Anne Wainewright, The History of St. Therese Couderc 1805 -1885 Foundress of the Congregation of Our Lady of the Cenacle,
  • Charles Poulet, La sainteté française contemporaine. Sous le signe de Marie, Ed. Beauchesne, 1946, 283 p.
  • Yvonne Estienne, La proie de l'aigle. Lucie Rivain, religieuse de Notre-Dame du Cénacle. Préface du Card. Gerlier., Paris, Lethielleux, 1955, 218 p.
  • Sebastien Fouillet, Constitutions et Règles Des Religieuses De Notre-dame De La Retraite Ou De Notre-dame Du Cénacle,
  • M. Duplay, Dans la brousse parisienne. La Révérende Mère Jeanne de Seyseel, religieuse de Notre-Dame du Cénacle 1857-1912, Paris, La bonne presse, 1931, 315p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]