Nicolas Alquin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicolas Alquin
Nicolas Alquin.jpg

Nicolas Alquin en 2013.

Naissance
Nationalité
Activité
Site web

Nicolas Alquin, né en 1958 à Bruxelles (Belgique) est un sculpteur, dessinateur et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils du peintre Pierre Alechinsky et le frère cadet du poète et romancier Ivan Alechine.

Expositions[modifier | modifier le code]

Personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Bois et dérivés, musée de l'hospice Saint-Roch, Issoudun, France ; musée de l'Arsenal et site de l'abbaye Saint-Jean-des-Vignes, Soissons ; musée de Campredon, L'Isle-sur-la-Sorgue
  • 2012 : De cire et de bois, galerie le salon d’art, Bruxelles
  • 2008 : Portraits d’étoiles, galerie Guigon, Paris
  • 2007 : Constellations, Galleria Del Leone, Venise
  • 2006 : Corps célestes, Linéart, stand Paule de Boeck Fine Arts, Gand
  • 2005 : Bois flottés, musée d’Ixelles, Bruxelles, Belgique ; galerie Fred Lanzenberg, Bruxelles ; L’atelier d’Alquin, musée de la fondation Coubertin, Saint-Rémy-lès-Chevreuse
  • 2004 : Aperçus, Galleria del Leone, Venise
  • 2003 : Bois et dérivés, galerie Michèle Broutta, Paris
  • 2002 : Gros Plan sur Alquin, fondation prince Pierre de Monaco, Monaco
  • 2000 : galerie Fred Lanzenberg, Bruxelles
  • 1999 : galerie Fred Lanzenberg, FIAC, Paris ; chapelle les Pénitents, Clermont-l'Hérault et site de l’abbaye de Gellone, Saint-Guilhem-le-Désert
  • 1998 : fondation Veranneman, Kruishoutem, Belgique.
  • 1996 : galerie Fred Lanzenberg, Bruxelles ; galerie Fred Lanzenberg, FIAC, Paris
  • 1993 : galerie Fred Lanzenberg, Bruxelles
  • 1992 : Les Passantes, galerie du Jour-Agnès B, Paris
  • 1991 : galerie Erval, FIAC, Paris ; Les Stylites, prieuré Saint-Michel, Crouttes, France
  • 1990 : musée d’art contemporain, Dunkerque ; Centre culturel Le Botanique, Bruxelles ; galerie Bernard Cats, Bruxelles
  • 1988 : galerie Adrien Maeght, Paris
  • 1987 : galerie Adrien Maeght, Barcelone
  • 1986 : Des Éclipses, galerie Adrien Maeght, Paris ; galerie le Salon d’Art, Bruxelles ; Centre culturel français, Abidjan, Côte d’Ivoire.
  • 1985 : théâtre municipal de Caen
  • 1984 : Maisons en tête, galerie Erval, Paris
  • 1982 : Sculptures et sculptins, galerie Erval, FIAC, Paris
  • 1981 : De l’arbre à la maison, galerie Pierre Vanderborght, Bruxelles

Collectives[modifier | modifier le code]

  • 2013 : 3 sculptures monumentales, galerie Guy Pieters, Knokke Kustlaan, Knokke Zeedijk et Sint-Martens-Latem, Belgique.
  • 2012 : Dessins, galerie Guigon, Paris
  • 2011 : Corps et âmes, galerie Koralewski, Paris ; festival APART, Les Baux de Provence ; Blickachsen exhibition, Bad Homburg, Allemagne
  • 2010 : Biennale traces, fort de Condé, Val de l'Aisne, France ; galerie Guigon , œuvres sur papier
  • 2009 : Biennale de sculpture de Yerres
  • 2007 : Biennale de sculpture de Yerres ; exposition Icare, musée d’art wallon, Liège
  • 2006 : International Sculpture Triennale Poznan, Poznań, Pologne ; Art Paris, galerie Michèle Broutta, Paris
  • 2005 : Enku Awards Exhibition, musée de Gifu, Japon.
  • 2004 : Moi ! Autoportrait du XXe siècle, musée du Luxembourg, Paris ; Moi ! Autoritratti del secolo XX, Galleria degli Uffizi, Florence
  • 2002 : Een jonge garde, musée de Beelden aan Zee, Pays-Bas.
  • 2001 : Mouvement 134, Plaza Gallery, Tokyo, Japon
  • 2000 : fondation Veranneman, Kruishoutem, Belgique ; abbaye d’Heverlee, Louvain, Belgique

Œuvre[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

Nicolas Alquin est l'auteur d'œuvres monumentales dont Parole à la mémoire des victimes du terrorisme, conservé à Paris à l'hôtel des Invalides.

Il a sculpté plusieurs fontaines et monuments publics :

2013
  • Le Palan, musée d’art sacré contemporain de la Treille, Lille
2012
  • Saint Joseph, paroisse Saint-Joseph de Montrouge
2010
  • Autel, ambon et tabernacle de la chapelle de la Maison des Serviteurs de la Parole, Charenton
2009
  • Persée et Andromède, CEC de Yerres
2008
  • Via Orange, sculpture pour le groupe Orange-France Telecom, site d’Arcueil
  • Parole d’abime, Maison de la conférence des évêques de France, Paris
2007
  • La mulâtresse Solitude, monument aux esclaves résistants, Bagneux
2004
  • Saint Joseph, Kliniek Sint Jozef, Pittem, Belgique
2002
  • Croix d’Espérance, église Notre-Dame-d’Espérance, Paris
  • Face au zénith, hôtel des douanes, Annecy
  • Passage du feu, musée de Beelden aan Zee, Scheveningen, Pays-Bas
  • Autel et croix de l’église de Varennes-Jarcy, France
2001
  • Cœur d’argile, Clermont-l'Hérault, France
1998
  • Parole portée à la mémoire des victimes du terrorisme, fontaine, hôtel des Invalides, Paris,
  • Judith, place Albert I, Bruxelles
  • Fontaine Saint Benoît, Syndicat des eaux d’Île-de-France, Paris
1996
  • Judith, musée Beelden aan Zee, Scheveningen, Pays-Bas
1993
  • Le Nouveau-né, fondation Veranneman, Kruishoutem, Belgique
1991
  • Gaspard, musée d’art contemporain, Dunkerque
1989
  • Jour de désert, musée d’art sacré, Lille
1987
  • Le Composteur d’étoiles, église Saint-Jacques-du-Haut-Pas, Paris
1982
  • Dormeur, Fonds national d’art contemporain, France

Prix[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Nicolas Alquin se consacre aussi à l'illustration de livres, en particulier d'ouvrages de bibliophilie, ou de catalogues, par la pratique de l'estampe.

  • 1984 : Gilbert Lascault, Coutume des Vents, éd. Fata Morgana, Montpellier
  • 1985 : Catalogue d’exposition du théâtre municipal de Caen, textes de Kenneth White et Philippe Briet
  • 1986 : Des Éclipses, catalogue d’exposition de la galerie Maeght, Paris, texte de Jérôme de Lalande
  • 1986 : Gilbert Lascault, La Grande forêt Alquin, éd. Le Salon d’Art, Bruxelles
  • 1987 : Gilbert Lascault, Jeux d’échecs – Jeu de guerres, éd. L’Échoppe, Caen
  • 1987 : Nicolas Alquin, Abidjan Façon-façon, éd. L’Échoppe, Caen
  • 1988 : Catalogue d’exposition de la galerie Maeght, textes de Fernando Arrabal et Alain Veinstein, Paris
  • 1988 : Ivan Alechine, Les Effets de la dissimulation, éd. Fata Morgana, Montpellier
  • 1990 : Jiří Kolář, Le 30 février, éd. Le Salon d’Art, Bruxelles
  • 1991 : Jacques Réda, Calendrier élégiaque, éd. Fata Morgana, Montpellier
  • 1991 : Les Stylites, catalogue de l’exposition au prieuré Saint-Michel de Crouttes, texte de Dora Vallier, éd. Connivences
  • 1992 : Franck André Jamme, Sans nom, éd. Fata Morgana, Montpellier
  • 1992 : Gilbert Lascault, Jour de désert, éd. L’Échoppe
  • 1994 : Nicolas Alquin, Le Rêve de Seri, éd. L’Échoppe
  • 1998 : Catalogue d’exposition, Clermont-l’Hérault, Saint-Guilhem-le-Désert, texte de Pascal Bonafoux
  • 1998 : Nicolas Alquin, Rideau, éd. L’Échoppe
  • 2003 : Nicolas Alquin, Bois et dérivé, éd. Michèle Broutta
  • 2003 : Gérard Macé, Ce qu’on ne voit plus en rêve, éd. Fol Mambo, Paris
  • 2004 : Ici même ici, Ivan Alechine et Nicolas Alquin, éd. les Rucher de Lux, Cahors
  • 2005 : Jean-Louis Prat, Bois flottés, catalogue d’exposition de la galerie Fred Lanzenberg et du musée d'Ixelles, Bruxelles
  • 2006 : Léopold Sédar Senghor, deux textes réunis sous le titre Hosties noires, éd. Les Bibliophiles de France[1], Paris
  • 2007 : Homero Aridjis, L’Œil de la baleine, éd. La Pierre d’Alun
  • 2010 : Plein fer, éd. Fata Morgana, Montpellier

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]