Nausicaa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nausicaa (homonymie).
Pieter Lastman, Ulysse et Nausicaa, huile sur toile, 1619, Alte Pinakothek, Munich

Dans la mythologie grecque, Nausicaa (en grec ancien Ναυσικάα / Nausikáa), fille d'Alcinoos, est une princesse phéacienne.

Dans l’Odyssée[modifier | modifier le code]

Nausicaa est l'un des personnages de l’Odyssée d'Homère, où elle est mentionnée principalement au chant VI, dans l'une des scènes les plus célèbres de l'épopée. La déesse Athéna lui apparaît en songe sous les traits d'une de ses amies, lui enjoignant d'aller laver son linge pour préparer ses noces. Elle se rend donc, accompagnée de ses suivantes, jusqu'à un fleuve voisin ; une fois le travail terminé, elles jouent à la balle, et leurs cris réveillent Ulysse, échoué non loin de là après le naufrage de son navire. Nu, sale et affamé, le héros décide de se manifester :

« Quand l'horreur de ce corps tout gâté par la mer leur apparut, ce fut une fuite éperdue jusqu'aux franges des grèves. Il ne resta que la fille d'Alkinoos : Athéna lui mettait dans le cœur cette audace et ne permettait pas à ses membres la peur. Debout, elle fit tête…[1] »

— (VI, 133-37)

Nausicaa et ses servantes jouant à la balle, illustration de John Flaxman pour l’Odyssée, 1810

Nausicaa prend alors soin d'Ulysse, veillant à sa toilette, lui donnant des habits et une collation. Puis elle le conduit jusqu'à son père. Celui-ci propose même à Ulysse la main de sa fille (VII, 310 et suiv.) ; mais le héros préfère repartir au plus tôt.

Nausicaa apparaît ensuite plus brièvement au chant VIII, où elle fait ses adieux à Ulysse :

« Bon voyage, notre hôte ! au pays de tes pères, quand tu seras rentré, garde mon souvenir ! car c'est à moi d'abord que devrait revenir le prix de ton salut[1]. »

— (VIII, 459-62)

Selon Dictys et Aristote, elle se marie par la suite avec Télémaque, le fils d'Ulysse, dont elle a un enfant nommé Perseptolis ou Ptoliporthos.

Représentations après l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Goethe a conçu un projet de tragédie Nausicaa resté inachevé.
  • Jules Lemaître met en scène une rencontre entre Nausicaä et Télémaque dans ses contes En marge des vieux livres (1905).
  • Dans Ulysse de James Joyce, le chapitre 13 fait écho à la rencontre entre Ulysse et Nausicaa (il était d'ailleurs intitulé « Nausicaa » avant la version finale où Joyce a enlevé les titres de chapitres).
  • Dans la pièce d'Aimé Césaire, Une Tempête (d'après la pièce de Shakespeare), Ferdinand fait référence au naufrage d'Ulysse et voit en Miranda sa propre « Nausicaa ».
  • L'écrivain allemand Karl Mickel reprit également le mythe de Nausikaa au théâtre en 1967, dans la pièce du même nom. Cette réinterprétation lui permit d'offrir un reflet de l'état de l'Allemagne à cette époque sans trop attirer l'attention de la censure soviétique.

Musique[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

La rencontre entre Ulysse et Nausicaa dans l’Odyssée devient un sujet conventionnel en peinture à partir de la Renaissance.

Bandes dessinées, comics, mangas[modifier | modifier le code]

Établissements publics[modifier | modifier le code]

En 1991, Nausicaá, le centre national de la mer, à Boulogne-sur-Mer en France, emprunte son nom à la princesse phéacienne.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Traduction de Victor Bérard.
  2. Hayao Miyazaki, Nausicaä de la vallée du vent, t.1, Glénat, 2000, troisième de couverture. Voyez Personnages de Nausicaä de la vallée du vent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louise Bruit-Zaidman, « Le Temps des jeunes filles dans la cité grecque : Nausicaa, Phrasikleia, Timareta et les autres », dans Clio no 4 (1996) [lire en ligne].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :