Valentin Serov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la culture russe
Cet article est une ébauche concernant la culture russe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Serov.
Valentin Serov
Serov Self.jpg

Autoportrait, vers 1885

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Mère
Œuvres réputées

Valentin Aleksandrovitch Serov (en russe : Валентин Александрович Серов), né le à Saint-Pétersbourg et mort le à Moscou, est un peintre russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Valentin Serov est le fils d'Alexandre Serov et de son épouse, née Valentina Bergmann, pianiste. Par les amis de son père, un grand compositeur, Valentin sera plongé dans l’atmosphère créatrice du cercle d'Abramtsevo. En attendant, il vit avec sa mère à Munich à la mort de son père en 1871, puis à Paris à partir de 1874. Il retourne en Russie en 1878, il a treize ans.

À l’âge de treize et quatorze ans, il prend des leçons de dessin et de peinture auprès d'Ilia Répine chez qui il habite et se rend souvent en visite chez l'industriel collectionneur Savva Mamontov et en séjour à Abramtsevo, près de Moscou, dans une atmosphère de bouillonnement intellectuel et artistique. Il y fait la connaissance d'artistes du mouvement des peredvijniki (artistes ambulants).

À partir de l'âge de quinze ans, il est élève à l'Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg (1880-1885), où Pavel Tchistiakov sera son professeur. Il reçoit une médaille d'argent pour une étude de nature à la fin de ses études et commence ensuite son travail d'atelier, en 1885. En 1884, il avait déjà réalisé son premier portrait d'importance, celui de Mamontov.

Il est influencé par le réalisme de Répine et le système plastique strict de Tchistiakov. Il est ami avec Mikhaïl Vroubel et plus tard Constantin Korovine.

L'Enlèvement d'Europe, 1910, huile sur toile, 71 × 98 cm.
Galerie Tretiakov, Moscou

Mouvements artistiques[modifier | modifier le code]

De 1894 à 1899, il est membre de l’Association des expositions d’art itinérantes, et à partir de 1899, il s’affilie à l’association artistique Mir iskousstva (le monde de l'art).

Certes, dans son œuvre, ce sont les portraits qui occupent la première place, mais il est inconcevable de retracer l’histoire de l’art paysagiste russe sans faire mention de ses paysages. Dans certaines de ses premières œuvres, Serov combine les genres du portrait et du paysage.

À partir de 1887, il dispense un enseignement à l’École de peinture, de sculpture et d'architecture de Moscou puis, en 1903, il devient membre à part entière de l’Académie.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

L’artiste quitte les rangs de cette dernière pour protester contre le fait qu’on ait tiré, le , sur les participants d’une manifestation pacifique.

Serov est un peintre de commande très apprécié de la bonne société. Nombre de ses portraits sont ceux d'artistes alors en vogue (Ida Rubinstein, Isaac Levitan, Diaghilev), de personnalités de la cour impériale, de grands bourgeois, de notables et de leurs épouses.

Serov est un graphiste remarquable et, au cours de ses dernières années, il fait aussi des décors pour le théâtre.

Il meurt le 5 décembre 1911 à Moscou et est enterré au cimetière du couvent de Novodevitchi.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léon Bakst, Serov et moi en Grèce, traduction et introduction d'Olga Medvedkova, préface de Véronique Schiltz, Paris : TriArtis Éditions, 2015 (ISBN 978-2-916724-56-0), 128 p., 24 illustrations.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :