Une tempête

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Une tempête
(d'après La Tempête de Shakespeare) (adaptation pour un théâtre nègre)
Auteur Aimé Césaire
Genre Comédie
Nb. d'actes 3 actes et 7 scènes
Date d'écriture 1968
Éditeur Présence africaine
Date de parution 1968
Nombre de pages 32
Date de création en français 1969
Personnages principaux
  • Caliban
  • Ariel
  • Prospéro
  • Eshu
  • Gonzalo
  • Antonio
  • Alonzo
  • Sébastien
  • Ferdinand
  • Miranda

Une tempête est une pièce de théâtre écrite par Aimé Césaire, publiée et jouée pour la première fois en 1969. C'est une réécriture post-coloniale et anticolonialiste de La Tempête de William Shakespeare. La pièce a été jouée pour la première fois au Festival d'Hammamet en Tunisie sous la direction de Jean-Marie Serreau. Elle a été jouée plus tard à Avignon et à Paris. La pièce, centrée sur ces trois personnages, est une réflexion sur le concept de race, sur le pouvoir, et sur la décolonisation.

Personnages[modifier | modifier le code]

Césaire se sert de tous les personnages de la version de Shakespeare, mais il précise qu'Ariel est un esclave « ethniquement mulâtre », que Caliban est un « esclave nègre » et que Prospéro est un maître blanc. Il ajoute le personnage d'Eshu, un « dieu-diable nègre »[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

L'intrigue de la pièce est calquée sur la version Shakespeare, mais Césaire souligne l'importance des gens qui habitaient l'île avant l'arrivée de Prospéro et de sa fille Miranda: Caliban et Ariel. Ces deux-là ont été réduits en esclavage par Prospéro, tandis que Caliban était jadis chef de l'île.

Caliban et Ariel réagissent différemment à cette situation. Caliban favorise la révolution et rejette son nom comme étant issu du langage du colonisateur Prospéro. Il désire au être appelé X. Il peste contre son esclavage et regrette de ne pas être assez puissant pour lancer un défi à Prospéro. Ariel préfère la non-violence et se contente de demander à Prospéro de considérer de le libérer. À la fin de la pièce, Prospéro rend à Ariel sa liberté, mais garde le contrôle de l'île et de Caliban. Cela représente une différence notable avec la version de Shakespeare, où Prospéro part de l'île avec sa fille et les naufragés..

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aimé Césaire, « Une tempête : (d'après La Tempête de Shakespeare) (adaptation pour un théâtre nègre) », Présence africaine, vol. 3,‎ , p. 3 (ISSN 0032-7638, lire en ligne, consulté le 21 septembre 2020).

Bibliographie[modifier | modifier le code]