Narcisse Mouelle Kombi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kombi.

Narcisse Mouelle Kombi
Illustration.
Fonctions
Ministre camerounais des Arts et de la Culture
En fonction depuis le
(3 ans, 1 mois et 17 jours)
Président Paul Biya
Premier ministre Philémon Yang
Gouvernement Yang III et IV
Prédécesseur Ama Tutu Muna
Biographie
Nom de naissance Narcisse Mouelle Kombi
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Douala (Cameroun)
Nationalité Camerounaise
Parti politique RDPC
Diplômé de Université de Yaoundé
Université Strasbourg III
Université Paris II
Profession Écrivain

Narcisse Mouelle Kombi

Narcisse Mouelle Kombi, né le à Douala, est un universitaire et écrivain camerounais. Agrégé de droit public et de science politique, professeur à l’Université de Yaoundé II, il a été nommé Ministre des Arts et de la Culture du Cameroun le 2 octobre 2015 [1] dans le gouvernement de Philémon Yang.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Son père Mouelle Kombi Guillaume, enseignant formé à l’ENI de Nkongsamba, directeur d’écoles publiques, est également natif du village de Bona’Anja (arrondissement de Yabassi, département du Nkam). Sa mère, Marthe Charlotte Malongo Djengue, du lignage Bonanjombe-Dénè-Wouri-Bossoua, assistante sociale de profession, est décédée en 1998. Son grand-père paternel Walther Heinrich Kombi (1900-1984), négociant , fait partie des premières générations des Camerounais germanophones.

Ainé d’une fratrie d’une quinzaine d’enfants, Narcisse Mouelle Kombi a fait ses études primaires et secondaires à Nkongsamba, Mbanga et Douala, au gré des affectations de ses parents. C’est au lycée polyvalent de Bonabéri à Douala qu’il obtient un baccalauréat C (mathématiques et physiques) en 1982. Inscrit la même année à la Faculté de droit et de sciences économiques de l’Université de Yaoundé, il y obtient une licence (1985) puis une maîtrise en droit public (1986).

Études[modifier | modifier le code]

Il poursuit ensuite ses études en France, notamment à l’Université de Strasbourg III où il obtient un diplôme d’études approfondies (DEA) en droit international et un certificat de terminologie juridique anglaise en 1988 ; à l’Université Paris II où il décroche un diplôme supérieur de science politique (1989) et à l’Université Paris V où il soutient en 1992 une thèse de doctorat en droit sous la direction du professeur Edmond Jouve, avec la mention très honorable. En 1998, la même université lui décerne l’habilitation à diriger des recherches (HDR) en sciences juridiques. Il prépare l’agrégation à l’Institut pour le développement de l’enseignement supérieur francophone (IDESUF) de Bordeaux IV et est reçu en 2001, major au concours d’agrégation de droit public et science politique du Conseil africain et malgache pour l'enseignement supérieur (CAMES). Il a été auditeur à l’Institut des hautes études de défense nationale de Paris en 2007.

Carrière[modifier | modifier le code]

Ayant servi comme juriste surnuméraire à la division des affaires juridiques de l’UNESCO à Paris et comme moniteur de droit public à l’Académie de Versailles (1991-1992), il commence en mai 1993 une carrière d’enseignant à la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université de Yaoundé II où il sera tour à tour assistant, chargé de cours, maître de conférences puis professeur titulaire. Il enseigne parallèlement à l’Institut des relations internationales du Cameroun (IRIC) et au Centre supérieur interarmées de défense, École de guerre de Yaoundé. Il est depuis 2003, professeur invité de droit international à l’Université Jean-Moulin-Lyon-III. Il dirige à partir de 2005 le département de droit public international et communautaire de l’Université de Yaoundé II.

Responsabilités administratives et politiques[modifier | modifier le code]

Narcisse Mouelle Kombi a assumé ou assume diverses responsabilités dans l’administration universitaire et diverses fonctions dans son pays.

Chargé d’études au Secrétariat Général de la Présidence de le République (1995 - 2003), doyen de la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université de Douala (2003 - 2005), directeur de l’Institut des relations internationales du Cameroun (2005 - 2012), membre et Président de la Sous-Commission des Droits civils et politiques de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (depuis 2006).

Il est depuis 2012, vice-président de l’Association africaine de droit international et est membre de la délégation camerounaise à la commission-mixte des Nations unies Cameroun/Nigeria et de la Commission de suivi de l’Accord de Greentree concernant la mise en œuvre de l’arrêt de la Cour internationale de justice au sujet de l’affaire du différend frontalier entre le Cameroun et le Nigeria.

Il est Conseiller spécial à la Présidence de la République de 2011 à 2015.

Il est nommé dans le gouvernement de Philémon Yang Ministre des Arts et de la Culture le 2 octobre 2015[2].

Narcisse Mouelle Kombi est membre suppléant du comité central du RDPC, le parti de Paul Biya (depuis le congrès de Yaoundé de 2011). Il a accompli différentes missions politiques sous la bannière de ce parti depuis 1997 au niveau de l’arrondissement de Yabassi, du département du Nkam ou de la région du Littoral ; et à l’échelon national, en tant que Vice-président de la Sous-Commission de Communication instituée à l’occasion de diverses manifestations ou échéances électorales. Il est entre autres, l’initiateur et le porte-parole de l'Appel de l’Intelligentsia camerounaise en faveur de la candidature du président Paul Biya à l’élection présidentielle de 2004.

Publications[modifier | modifier le code]

Il est l’auteur d’une trentaine de publications scientifiques dont quatre ouvrages :

  • Les impératifs du droit international, Yaoundé, CRA, 1996 ;
  • La politique étrangère du Cameroun, Paris, L’Harmattan, 1996 (ISBN 978-2738437013) ;
  • La guerre préventive et le droit international, Paris, Dianoïa, 2006 (ISBN 978-2913126329) ;
  • La démocratie dans la réalité camerounaise, Paris, Dianoïa, 2013. (ISBN 978-2913126930)

Dans le domaine littéraire, il est l’auteur de :

  • Traduit de l'évènementiel, poèmes, Douala, Editions AfricAvenir, 1986 ;
  • Une Aube si tragique, Poèmes, Douala, Editions AfricAvenir, 1986 ;
  • L’imparfait de l’exil, Yaoundé, Editions Clé, 2010 ;

Ayant utilisé sa plume comme journaliste indépendant dans les années 1980-1990, il a publié des dizaines d’articles dans des magazines panafricains comme Bingo ou Amina du groupe de presse dirigé à Paris par Michel de Breteuil.

Distinctions et autres activités[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Chevalier de l’Ordre de la Valeur du Cameroun ;
  • Grand Prix international de Poésie du Cercle international de la Pensée et des Arts français (CIPAF), 1980 ;
  • Premier Prix littéraire de Poésie de l’Association nationale des Poètes et Ecrivains camerounais (APEC), 1986 ;
  • Délégué du GIC Idéal, Groupe d’Initiative Commune œuvrant pour le développement de l’Ecotourisme et de l’Agriculture durable dans la Vallée du Wouri ;
  • Membre de plusieurs sociétés savantes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Narcisse Mouelle Kombi : un agrégé à la culture », sur www.camer.be (consulté le 28 avril 2016)
  2. « Ministre des Arts et de la Culture », sur www.spm.gov.cm (consulté le 28 avril 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]