Mbanga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mbanga
Mbanga
Transport de bidons d'huile à Mbanga
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Région du Littoral
Département Moungo
Démographie
Population 35 415 hab.[1] (2005)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 4° 30′ 33″ nord, 9° 34′ 05″ est
Superficie 54 400 ha = 544 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Mbanga
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Mbanga

Mbanga est une commune du Cameroun située dans le département du Moungo et la région du Littoral, sur l'axe routier Douala-Bafoussam.


Géographie[modifier | modifier le code]

La localité de Mbanga est située sur la route nationale 5 à 74 km au sud-ouest du chef-lieu départemental Nkongsamba. La commune s'étend au centre du département du Moungo.

Communes limitrophes de Mbanga
Mombo Penja
Kumba III Mbanga Yabassi
Muyuka Dibombari Bonaléa

Histoire[modifier | modifier le code]

L'administration de mandat français place en 1916 la localité dans la subdivision de Nyombé et la circonscription de Douala[2]. Mbanga devient chef-lieu de subdivision en 1923 en remplacement de Nyombé (Souza)[3]. La subdivision est transférée dans la circonscription de Nkongsamba en 1927[4]. La commune est créée en 1954. Mbanga signifie cocotiers en langue balong.

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2005, la commune comptait 35 415 habitants[1], dont 28 306 pour Mbanga Ville, mais elle est essentiellement rurale puisque de nombreux habitants, essentiellement des hommes, sont des cultivateurs de café et de cacao destinés à l'industrie. L'agriculture vivrière qui emploie une majorité de femmes est représentée par le manioc, et des fruits, notamment l'ananas et la banane.

Transport de passagers dans la ville de Mbanga

Malgré cette importante activité économique du secteur primaire, le taux de chômage est élevé, environ 60 %, en raison de l'absence d'industries et de sociétés du secteur secondaire et tertiaire. Cette situation économique entraîne un fort exode rural, notamment en direction de Douala, capitale du pays, située à une soixantaine de kilomètres. Cette proximité explique aussi en partie le taux d'alphabétisation plus élevé que la moyenne nationale, beaucoup de parents de Mbanga envoyant leurs enfants étudier dans les écoles et lycées de Douala.

Les habitants sont en majorité des Bamilékés venus de la province de l'ouest du Cameroun et qui avaient été contraints de migrer durant la colonisation allemande pour travailler comme ouvriers dans les plantations de bananes, de café, d'ananas et de cacao. Ces populations ont par la suite fait venir leurs familles. La population autochtone, les Balong ba Mbanga, est minoritaire et la plupart vivent dans de petites banlieues éloignées du centre ville : Fiko, Ndoh 1, Ndoh 2, Dikouma, Ndom 1 et Ndom 2. Ces autochtones ont gardé de très bonnes relations avec les allogènes pendant plusieurs décennies mais celles-ci se dégraderaient depuis en raison de la réduction des espaces cultivables sous la pression des grandes compagnies industrielles de bananes et d'ananas. Ces tensions se traduisent par des revendications de droits de propriété et des procès concernant le foncier.

Transport de bidons d'huile dans la ville de Mbanga au Cameroun
Transport des bidons à Mbanga près de Douala

Structure administrative de la commune[modifier | modifier le code]

Outre la ville de Mbanga proprement dite, la commune comprend les villages suivants [1] :

  • Fiko
  • Dikouma 1, Dikouma 2
  • Ndoh I, Ndoh II, Ndoh III, Ndoh Beach,
  • Ndom I, Ndom II
  • Kombé, Kombé Route, Kombé Gare
  • Kotto, Kotto Down, Kotto Nachtigal, Kotto Up
  • Matouke
  • Mouyouka, Muyuka Village, Muyuka 2a, Muyuka 2b
  • Yoké

Chefferies traditionnelles[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Mbanga est le siège de l'une des quatre chefferies traditionnelles de 1er degré du département du Moungo[5] :

  • Chefferie Balong

Sport et culture[modifier | modifier le code]

Les infrastructures de loisir et sportives de Mbanga sont réduites ; il n'y a par exemple pas de piscine, de terrain de football ou encore de parc et d'aire de jeu. Le niveau sportif de la jeunesse de Mbanga est ainsi peu élevé par rapport au reste du pays, notamment au football. Cependant, dans les années 1970 et 1980, le club de football local, l'Étoile de Mbanga, avait une certaine popularité.

Personnalités nées à Mbanga[modifier | modifier le code]

La ville est entre autres connue grâce à un chanteur populaire, Lapiro de Mbanga, notamment avec son succès No make erreur, Nkop niè, Lefam so,....

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  2. Arrêté du 14 mai 1916
  3. Arrêté du 31 janvier 1923
  4. Archives nationales d'outre-mer, M'Banga, Subdivision (Cameroun), 26 avril 2017
  5. Ministère de l'administration du territoire Annuaire statistique 2015
  6. « MPOUMA , Léonard – Claude », sur atangana-eteme-emeran.com, (consulté le )
  7. « Présentation de Dr. Bol Alima », sur www.atangana-eteme-emeran.com (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Centre ORSTOM de Yaoundé, Dictionnaire des villages du Mungo, Yaoundé, Centre ORSTOM de Yaoundé, , 48 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Mbanga, sur le site Communes et villes unies du Cameroun (CVUC)