Chefferie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chefferie d’Afareïtu à Moorea vers 1890

Une chefferie est une entité politique et administrative représentant des communautés territoriales sur un territoire limité à base régionale, soumise à la domination d'un chef dont l'autorité ne repose plus uniquement sur la parenté (à la différence du clan), mais également sur le prestige, le sacré, une certaine coercition limitée[1].

Le terme « chefferie » peut avoir deux autres significations :

  1. C'est une appellation d'origine coloniale qui désigne les institutions sociopolitiques typiques : la chefferie apparaît comme une forme intermédiaire entre les sociétés lignagères et les royaumes.
  2. Au sens premier du terme, on entend par « chefferie » la résidence du chef du village ; c'est là que vit le chef, entouré de ses nombreuses femmes et serviteurs.

En Afrique subsaharienne, les chefferies étaient des micro-États avant la colonisation. Le chef appartenait généralement à la noblesse locale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Rivière, Anthropologie politique, Armand Colin, , p. 133.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kate Baldwin, The paradox of traditional chiefs in democratic Africa, Cambridge University Press, New York, 2016, 237 p. (ISBN 978-1-107-56644-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]