Monetaria moneta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cauri

Monetaria moneta
Description de cette image, également commentée ci-après
Cauri
Classification
Règne Animalia
Embranchement Mollusca
Classe Gastropoda
Ordre Littorinimorpha
Famille Cypraeidae
Genre Monetaria

Espèce

Monetaria moneta
Linnaeus, 1758

Répartition géographique

Description de l'image Wyst-moneta.jpg.

Synonymes

  • Cypraea moneta Linnaeus, 1758
  • Erosaria moneta (Linnaeus, 1758)

Le cauri ou porcelaine-monnaie (Monetaria moneta ou Cypraea moneta) est une espèce de coquillages de la famille des Cypraeidae (les « porcelaines »). Employés historiquement comme monnaie, ils continuent aujourd'hui à être utilisés comme bijoux ou objets de décoration.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Le substantif masculin[1],[2] cauri aurait été emprunté[1] au tamoul[1],[2] kauri[1],[2]. Le nom tamoul viendrait lui-même du sanskrit kaparda ou kapardika. Le mot est attesté en français depuis le début du XVIIe siècle par des contacts directs des Français avec l'Inde. Il n'y a aucune raison de supposer que le mot viendrait de l'anglais cowry ou cowrie. Les anciens dictionnaires français donnent le mot tamoul, et ne font pas mention du mot anglais.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une toute petite porcelaine (3 cm au maximum), irrégulière et aplatie, au bord large, très calleux et grossièrement subhexagonal. La coloration d'ensemble est pâle (de blanc à beige sale), mais le dorsum semble coloré en transparence, gris verdâtre à marges jaunâtres, avec parfois des bandes transversales plus foncées. L'ouverture est large et blanche, avec des denticules prononcées. Le manteau de l'animal est blanc zébré[3].

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

L'espèce a été découverte aux îles Maldives (où elle est très abondante) et aux îles Soulou (entre les Philippines et Bornéo) mais elle est présente dans une grande partie de l'Indo-Pacifique occidental, de la surface à 20 m de profondeur[3].

Utilisation monétaire[modifier | modifier le code]

Comptage des Kawris dans un poste-Boucle du Niger.

Ce coquillage a été utilisé au cours des âges comme monnaie de commodité. On retrouve des traces de son utilisation en Chine dès la dynastie Shang (1600-1046 av. J.-C.). Pendant la dynastie Zhou (800-300 av. J.-C.), des cauris en jade ou en noyaux d'arbres fruitier sont utilisés comme monnaie.

Répandus par les marins arabes et européens dès le Xe siècle, ces coquillages étaient utilisés comme monnaie dans une grande partie de l'Afrique et de l'océan Indien : le principal fournisseur en était les Maldives, qui conservent encore ce coquillage comme symbole de leur monnaie sur tous les billets de banque.

Les cauris étaient regroupés puis comptabilisés sur des cordes ou dans des sacs. Ainsi, 40 cauris correspondaient à une corde, 50 cordes (soit 2000 cauris) valaient une tête et 10 têtes (20000 cauris) étaient égales à 1 sac.[4]

Dans le cadre des traites négrières, au XVIIIe siècle[5], un esclave pouvait valoir jusqu'à 10.000 cauris[4],

Emblème de la Banque des Maldives, le cauri figure ici sur les billets de 50 et 100 Rufiyaas.

« 74 tonnes [de cauris] étaient annuellement introduites par les Hollandais, et 50 par les Anglais, tandis que Français, Danois et Hambourgeois transportaient une dizaine de milliards de coquilles »[6].

Au milieu du XIXe siècle, le cauri — appelé l'ouda — pouvait s'acheter à Mogador au prix de 40 à 45 francs de l'époque pour un quintal anglais, et passer ensuite à Tombouctou comme monnaie courante au change de 4 000 pour un mizen d'or, soit 12,50 à 12,60 francs de l'époque. Les plus petits étaient les mieux appréciés[7].

Au début du XXIe siècle, certains États africains (Bénin, Burkina Faso) utilisent encore les cauris en complément du franc CFA. Un sac de coquillages (soit 20 000 cauris[8]) vaut 2 000 francs CFA, environ 3 euros[9].

En 1960, le cauri a été choisi comme emblème de la banque malienne de développement[10].

Annexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arianna Fulvo et Roberto Nistri (2005). 350 coquillages du monde entier. Delachaux et Niestlé (Paris) : 256 p. (ISBN 2-603-01374-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Définitions lexicographiques et étymologiques de « cauri » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 5 juin 2016].
  2. a b et c Entrée « cauri » [html], sur Dictionnaires de français, Larousse (consulté le 5 juin 2016).
  3. a et b Philippe Bourjon, « Cauri », sur SousLesMers (consulté le 23 février 2014).
  4. a et b Bijoux Coquillages, « Significations et Vertus du Cauris », sur Bijoux Coquillages (consulté le 14 janvier 2021)
  5. Gildas Salaün, « Les cauris, monnaies de la traite négrière au XVIIIe siècle », Monnaie magazine,‎ septembre & octobre 2017, p. 38-41 (ISSN 1626-6145)
  6. Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières, essai d'histoire globale, Gallimard, Folio histoire, 2004, p. 496.
  7. « Bulletin de la Société de géographie », sur Gallica, (consulté le 11 août 2020), p. 366
  8. 2018 © CulturesOfWestAfrica.com - https://www.culturesofwestafrica.com/fr/les-cauris/
  9. Selon Régis Antoine, spécialiste des monnaies traditionnelles.
  10. Monnaies du monde : 10 000 ans d'aventures, p. 162, GEO № 277, Mars 2002.