Mirella Freni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Mirella Freni
Description de cette image, également commentée ci-après

Dans le rôle d'Adriana Lecouvreur. Opéra Bastille, 1993[1].

Nom de naissance Mirella Fregni
Naissance (81 ans)
Modène, Émilie-Romagne
Flag of Italy (1861-1946).svg Italie
Activité principale Artiste lyrique
Soprano
Style Opéra

Mirella Freni, née Mirella Fregni le à Modène, est une soprano italienne.

Pour les amateurs d'opéra, elle reste une des interprètes les plus accomplies notamment par la fraîcheur de sa voix alliée à de réels dons scéniques. Crédible physiquement dans tous ses rôles, au premier rang ceux de jeune fille sacrifiée par le destin, elle apporte surtout à ses personnages la voix émouvante et jeune qu'elle a gardée tout au long de sa carrière et qui font d'elle une des plus grandes Mimì ou Cio-Cio-San du XXe siècle, notamment dans les enregistrements avec Luciano Pavarotti — on a parlé à ce propos du « couple mythique de l'opéra » qu'ils formaient.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mirella Freni naît dans une famille ouvrière. Sa mère travaille à la fabrique de cigarettes avec la mère de Luciano Pavarotti.

Enfant, douée pour la musique, elle chante Un bel dì, vedremo dans un radio-crochet à l'âge de dix ans. Le ténor Beniamino Gigli l'avertit toutefois qu'elle risque de perdre sa voix et lui conseille d'attendre quelques années avant de chanter à nouveau.

Elle ne reprend donc le chant qu'à 17 ans. Deux ans plus tard, elle fait ses débuts à l'opéra de Modène en interprétant le rôle de Micaëla du Carmen de Bizet. Elle reçoit alors des propositions pour de nombreux autres rôles mais elle décide de mettre sa carrière entre parenthèses pour épouser son professeur de chant, le chef d'orchestre Leone Maggiera, dont elle a un enfant.

Elle reprend sa carrière en 1958 en gagnant un concours de chant puis en chantant Mimì de La Bohème de Puccini au Teatro Regio de Turin. Pendant la saison 1959-1969, elle se produit avec l'Opéra des Pays-Bas puis connaît une reconnaissance internationale avec le rôle d'Adina de L'Élixir d'amour de Gaetano Donizetti, mis en scène par Franco Zeffirelli à Glyndebourne où elle chante également les rôles de Suzanna et de Zerlina pendant les saisons 1960-1962.

En 1961, Mirella Freni fait ses débuts à Covent Garden avec Nanetta de Falstaff de Verdi et en 1963 à La Scala de Milan où elle chante pour la première fois sous la direction de Herbert von Karajan dont elle deviendra une des cantatrices favorites et avec lequel elle collaborera dans nombre de concerts et d'opéras. En 1965, c'est le tour du Metropolitan Opera de New York de la découvrir dans Puccini en Mimi, puis en Liù de Turandot, et dans Gounod avec Marguerite de Faust et Juliette de Roméo et Juliette.

En 1974, Mirella Freni enregistre une représentation filmée parJean-Pierre Ponnelle de Madame Butterfly où la critique la loue pour son timbre vocal impressionnant dans ce rôle éprouvant et pour la poésie qui se dégage de son interprétation de la malheureuse Cio-Cio-San. En 1976, elle partage la vedette d'une production filmée des Noces de Figaro du même réalisateur. Elle y est une Suzanne remarquable tant par sa voix que par son jeu d'actrice.

En 1979 et 1980, elle aborde des rôles verdiens plus lourds, notamment Elisabetta de Don Carlos, Desdemona d'Otello, Amélia de Simon Boccanegra, Elvira d'Ernani, Leonora de La Forza del Destino et même le rôle-titre d'Aïda. Elle y ajoute les héroïnes de Puccini de Manon Lescaut et de Tosca et enregistre Madame Butterfly et les trois rôles féminins du Trittico.

Mirella Freni continue d'étendre son répertoire dans les années 1990 d'abord dans l'opéra vériste, en chantant Adriana Lecouvreur de Francesco Cilea à Paris, Milan et New York et Fedora d'Umberto Giordano à Milan, New York, Turin et Zurich. Du même compositeur, elle aborde en 1998 Madame Sans-Gêne au Teatro massimo Bellini de Catane. Pendant la même période, elle s'aventure dans le répertoire russe de Tchaïkovski, chantant Tatiana d'Eugène Onéguine, Lisa de La Dame de pique et Ioanna de La Pucelle d'Orléans.

Le 1er octobre 2000, elle excelle lors du premier concert commémoratif à la mémoire d'Herbert von Karajan, sous la baguette de chef d'orchestre James Allen Gähres, au théâtre d'Ulm ; elle y chante avec Nicolai Ghiaurov des arias d'opéra et des duos de Cilea, Tchaïkovski et Verdi[2].

En 2005, elle fête en même temps le 40e anniversaire de ses débuts au Metropolitan Opera et le 50e anniversaire de ses débuts sur scène au cours d'une soirée dirigée par James Levine. Elle termine sa carrière professionnelle sur scène avec La Pucelle d'Orléans à l'Opéra national de Washington le 11 avril 2005 en interprétant, à l'âge de 70 ans, Jeanne d'Arc jeune fille.

Elle a publié ses mémoires, Mio Caro Teatro, en 1990 et a reçu de nombreuses décorations en reconnaissance de son art ainsi qu'un doctorat honoris causa de l'Université de Pise pour « sa grande contribution à la culture européenne ».

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mirella Freni a épousé en 1981, en secondes noces, Nicolaï Ghiaurov, une des basses les plus remarquables de l'après-guerre, et un de ses plus fréquents partenaires à la scène et au disque. Ensemble ils participent à la fondation du Centro Universale del Bel Canto à Vignola où ils tiennent une master-class en 2002. Après le décès de Ghiaurov en 2004, elle poursuit leur œuvre de préservation de la tradition belcantiste et vériste et apporte son expérience aux jeunes chanteurs partout dans le monde.

Discographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Photo : Daniel Cande.
  2. Herbert von Karajan Gedächtniskonzert, consulté le 6 octobre 2016.