Réparer les vivants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Réparer les vivants (film).
Réparer les vivants
Image illustrative de l'article Réparer les vivants
Chirurgie cardiaque

Auteur Maylis de Kerangal
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Éditions Verticales
Date de parution
Nombre de pages 288
ISBN 978-2-07-014413-6
Chronologie

Réparer les vivants est un roman de Maylis de Kerangal publié le aux éditions Verticales[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Un matin vers Le Havre, Simon Limbres, 19 ans, est victime d'un accident de van après une session de surf avec ses amis Chris et Johan. N'ayant pas de ceinture, Simon souffre d'un traumatisme crânien grave qui le plonge dans un coma profond avant son admission en réanimation. Le Docteur Révol doit annoncer à la mère, Marianne, que les lésions sont irréversibles. Quand elle y retourne avec le père de Simon, Sean, le Dr Révol déclare la mort cérébrale du jeune homme. Thomas, infirmier spécialisé dans le don d'organes, demande quelle était la position de Simon sur cette question. À 17h30, les parents donnent leur accord après longue réflexion pour le prélèvement du cœur, des poumons, des reins et du foie. Mais ils refusent de donner ses yeux. Le dossier cristal de Simon, c'est à dire ses données médicales, permet de trouver un receveur compatible pour chaque organe. Des équipes viennent des quatre coins de la France pour prélever l'organe recherché. À 23h50, c'est la clampage aortique. Le cœur va être donné à Claire Méjan, 51 ans, atteinte de myocardite et ayant une nécrose au cœur. Elle est depuis trois jours dans la liste des demandeurs urgents. Ce transfert de vie se finit à 5h49 lorsque Claire se réveillera avec son nouveau cœur.

Préparation du roman[modifier | modifier le code]

L'écrivaine a confié à Concepcion Alvarez certains aspects de la genèse du livre[2]: en 2007, elle publie une courte nouvelle inspirée par un reportage télévisuel sur la transplantation cardiaque[3]. C'est à la suite de deuils personnels qu'elle décide de reprendre ce sujet en le développant et en associant au rôle vital du cœur la place qu'occupe cet organe dans l'imaginaire affectif. Elle a cependant précisé à David Caviglioli que l'intrigue n'a rien d'une autofiction[4]. Il lui a fallu un an de travail intense pour achever cet ouvrage. Elle s'est informée auprès de l'Agence de la biomédecine qui l'a mise en contact avec un infirmier coordinateur de greffe, un médecin urgentiste et un spécialiste en transplantation cardiaque de la Pitié Salpetrière. C'est ainsi qu'elle a pu assister à une greffe cardiaque dans les lieux même où elle situe cette opération dans le roman. Dans son entretien avec Concepcion Alvarez, elle indique avoir voulu ancrer son roman dans la réalité, mais en la transfigurant dans une œuvre littéraire qui respecte les règles du théâtre classique (principalement sur les unités de temps et d'action). Elle s'est également inspirée de la chanson de geste et du culte héroïque grec, mais aussi des idées de Jean-Claude Ameisen sur la contribution de la mort dans la création du vivant[5]. Au cours d'une session du Cercle littéraire de la BnF, elle évoque la façon dont elle a travaillé l'écriture autour de vagues successives de langages propres à certains groupes d'initiés, depuis les surfeurs jusqu'aux spécialistes du don d'organes, tout en refusant la facilité de plages de dialogues qui auraient paru artificielles et réductrices[6].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Le livre a été généralement très bien accueilli par la critique et les lecteurs puisqu'il a reçu de nombreux prix et récompenses littéraires[7],[8]. Par exemple, Bernard Pivot souligne la maîtrise de l'information technique en même temps que l'épaisseur romanesque d'un récit complexe, où chaque protagoniste est présenté avec empathie, dans une langue originale mêlant termes savants et expressions populaires[9]. Pierre Assouline partage cet avis et souligne l'« héroïsme discret » que la romancière attribue au principaux personnages, aussi bien les parents que le personnel médical, donnant ainsi au récit une profonde humanité[10]. Christophe Kantcheff remarque la justesse psychologique des scènes où les parents sont confrontés à la mort du fils, et l'habileté dont fait preuve l'auteure pour éviter de tomber dans la facilité et la sensiblerie[11]. Marine Landrot admire la musicalité du texte[12], qu'Isabelle Serça relie au rôle de la ponctuation dans le rythme du récit[13]. Chiara Nifosi analyse également cette technique narrative qui joue sur plusieurs registres littéraires, notamment lyrique, épique et tragique[14].

Cependant, certaines voix discordantes se sont fait entendre au milieu de ce concert d'éloges. En particulier, l'écrivain Richard Millet dans un article intitulé Pourquoi la littérature de langue française est nulle, décrit Maylis de Kerangal comme la romancière préférée des « milliers d’imbéciles » de la « petite bourgeoisie internationale déculturée »[15]. Cet article polémique lui a valu son licenciement par les Éditions Gallimard[16]. Marin de Viry, qui approuve les idées littéraires de Millet, a jugé lamentable cette forme de censure, tout en reconnaissant que l'on puisse contester leur opinion radicale contre ce qu'il appelle la « sous-post-littérature »[17]. Muriel de Rengervé, qui soutient également Richard Millet, s'est insurgée contre L'« attelage hétéroclite » des nombreux prix attribués au roman et contre une pensée unique orchestrée selon elle par le magazine Lire[18].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Le roman a reçu de nombreux prix dans les deux années qui ont suivi sa parution[19] :

Il a également été retenu, pour sa traduction en anglais Mend the Living, dans la première liste du prix international Man-Booker 2016.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Au théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation de l'éditeur, éditions Verticales, consulté le 15 juin 2015
  2. Concepcion Alvarez, « Maylis de Kerangal : "Donner un organe, c'est remettre son corps au pot commun" », sur lesgeneralistes-csmf.fr, (consulté le 18 juillet 2017)
  3. Maylis de Kerangal, « Cœur de nageur pour corps de femme compatible » (nouvelle publiée dans un ouvrage collectif paru pour les 10 ans de la maison d'édition), Qui est vivant ?, Paris, Éditions Verticales,‎
  4. David Caviglioli, « Maylis de Kerangal : c'est l'histoire d'un coeur... », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  5. Jean Claude Ameisen, La sculpture du vivant : le suicide cellulaire ou la mort créatrice, Paris, Éditions du Seuil, , 337 p.
  6. Laure Adler (animatrice) et Bruno Racine (animateur), « Maylis de Kerangal, Jean Hatzfeld et Jacqueline Risset » [vidéo], sur bnf.fr, (consulté le 18 juillet 2017)
  7. Grand Prix RTL-Lire 2014. "Réparer les vivants" de Maylis de Kerangal récompensé.
  8. Réparer les vivants Maylis de Kerangal Lauréate du Prix des lecteurs L’Express/BFMTV 2014
  9. Bernard Pivot, « Maylis de Kerangal : le cœur nomade », Le JDDD,‎ (lire en ligne)
  10. Pierre Assouline, « Enterrer les morts, réparer les vivants », La République des livres,‎ (lire en ligne)
  11. Christophe Kantcheff, « « Réparer les vivants », de Maylis de Kerangal : Un cœur à prendre », Politis,‎ (lire en ligne)
  12. Marine Landrot, « Allers-retours entre la vie et la mort dans un hôpital, au fil d'un récit palpitant à l'écriture épidermique », Télérama,‎ (lire en ligne)
  13. Isabelle Serça, « « La ponctuation est l’anatomie du langage ». Maylis de Kerangal », Littératures, no 72 « Imaginaires de la ponctuation dans le discours littéraire (fin XIXe-début XXIe siècle) »,‎ , p. 173-184 (ISBN 978-2-8107-0387-6, lire en ligne)
  14. Chiara Nifosi, « Ponctuer le texte de sa présence : lyrisme et épopée dans la prose romanesque de Maylis de Kerangal », Revue critique de Fixxion française contemporaine, no 14 « Époque épique »,‎ , p. 140-150 (lire en ligne)
  15. Richard Millet, « Millet - Pourquoi la littérature de langue française est nulle », Le point, no 2261,‎ , p. 104-105 (lire en ligne [PDF])
  16. « Richard Millet “bientôt licencié” de chez Gallimard pour un article hostile à Maylis de Kerangal », sur bibliobs.nouvelobs.com, (consulté le 18 juillet 2017)
  17. Marin de Viry, « Affaire Millet, suite... », La Revue des Deux Mondes,‎ , p. 147-151 (lire en ligne [PDF])
  18. Muriel de Rengervé, « la Corniche, le pont, le vide: Maylis de Kerangal, analyse d’un phénomène littéraire », La Revue littéraire, no 57,‎ avril-mai 2015 (lire en ligne)
  19. L'ouvrage et ses prix, sur le site de son éditeur, Gallimard.

Liens externes[modifier | modifier le code]