Prix de la revue Études françaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le prix de la revue Études françaises couronne une contribution exceptionnelle à la réflexion sur la littérature et sur l’écriture de langue française, et soutient, comme cette revue le fait dans ses propres pages depuis sa naissance, le dialogue entre la recherche et la création littéraires. Il a été créé en février 1967, à l’initiative du deuxième directeur d'Études françaises, M. Georges-André Vachon[1], et grâce à la générosité d’un important imprimeur montréalais, M. Joseph-Alexandre Therrien, qui fut très actif dans les domaines de la littérature et de l’édition savante[2].

La revue Études françaises, qui s’intéresse à toutes les littératures écrites en français, et les Presses de l’Université de Montréal, son éditeur depuis 1965, décernent conjointement ce prix, remis entre 1968 et 1980 à des auteurs du Québec ou de la francophonie. Des œuvres romanesques, des recueils de nouvelles ou de poésie, et des essais ont été couronnés durant cette période. Après une interruption d’une quinzaine d’années, le prix a été relancé en 1995. Comme à son origine, il est accordé, en principe tous les deux ans, à un auteur québécois, ou français, ou de la francophonie, pour une œuvre inédite, acceptée sur manuscrit, sélectionnée par un jury. Cette procédure contribue à son originalité. Le prix est d’une valeur de 5 000 $.

Historique[modifier | modifier le code]

Remis pour la première fois en à Ahmadou Kourouma pour Les soleils des indépendances, republié par les éditions du Seuil deux ans plus tard, puis à Gaston Miron pour L’homme rapaillé, dont il permet la première édition en , le prix de la revue Études françaises couronne tous les deux ou trois ans (avec une éclipse entre 1981 et 1994) un écrivain de langue française.

Le prestige de ses différents lauréats lui assure une forte reconnaissance, comme l’attestent les autres prix qui ont été attribués par la suite à plusieurs des ouvrages récompensés[3], les nombreuses rééditions de ces ouvrages ainsi que les multiples comptes rendus dont ils ont fait l’objet (voir ci-dessous les notes et références).

Le prix est aujourd'hui financé par les Presses de l’Université de Montréal. Son comité est composé du directeur scientifique ou du directeur général des Presses de l’Université de Montréal, du directeur ou de la directrice, d’un ancien directeur ou d'une ancienne directrice, et d’un membre du comité éditorial de la revue Études françaises.

Jury[modifier | modifier le code]

En 1967-1968, le jury était constitué des personnalités suivantes : Georges-André Vachon, directeur de la revue, Danielle Ros, directrice des Presses de l'Université de Montréal, Jacques Brault, membre du comité de rédaction, Naïm Kattan et Paul-Marie Lapointe.

En 1970, le jury était constitué des personnalités suivantes : Georges-André Vachon, directeur de la revue, Danielle Ros, directrice des Presses de l'Université de Montréal, Jacques Brault, membre du comité de rédaction, Naïm Kattan et Paul-Marie Lapointe.

En 2019, le jury était constitué des personnalités suivantes : Élisabeth Nardout-Lafarge, directrice de la revue, Patrick Poirier, directeur général des Presses de l'Université de Montréal, Marie-Pascale Huglo, Francis Gingras, ancien directeur de la revue.

En 2022, le jury était constitué des personnalités suivantes : Stéphane Vachon, directeur de la revue, Patrick Poirier, directeur général des Presses de l’université de Montréal, Laurence Monnais, directrice scientifique des Presses de l’université de Montréal, Marie-Pascale Huglo, Élisabeth Nardout-Lafarge, ancienne directrice de la revue.

Lauréats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges-André Vachon, « Prix de la revue Études françaises », Études françaises,‎ vol. 50, nos 1-2, 2014, p. 185-189 (lire en ligne).
  2. Francis Gingras, « Les prix de la revue Études françaises : rétrospective », Études françaises,‎ vol. 50, nos 1-2, 2014, p. 7-19 (lire en ligne).
  3. Par exemple : Les soleils des indépendances (1968) : Prix Maillé-Latour-Landry remis par l'Académie française 1970. — L’homme rapaillé (1970) : Prix littéraire France-Canada 1970 ; Grand prix du livre de Montréal 1971 ; Prix littéraire Canada-Communauté française de Belgique 1972 ; Prix Guillaume-Apollinaire 1981. — Corps de gloire (1971) : Prix Alain-Grandbois remis par l'Académie des Lettres du Québec 1990. — Un dieu chasseur (1976) : Prix littéraire de La Presse 1978. — Partita pour Glenn Gould. Musique et forme de vie (2007) : Grand prix du livre de Montréal 2007 ; finaliste au prix littéraire du Gouverneur général 2008 (catégorie « Essais »). — L’étreinte des vents (2009) : finaliste au Prix Spirale-Éva-Le-Grand 2010. — Comment tuer Shakespeare (2011) : Prix littéraire du Gouverneur général 2012 (catégorie « Essais ») ; Prix Spirale-Éva-Le-Grand 2012.
  4. Voir, par exemple, Hubert Aquin, « Notes de lecture », Liberté,‎ n° 56 (vol. 10, n° 2), avril-mai 1968, p. 68-69 (lire en ligne).
  5. Robert Vigneault, « Les soleils des indépendances de Ahmadou Kourouma », Livres et auteurs canadiens 1968, p. 31-32.
  6. Jean Cléo Godin, « Les soleils des indépendances », Études françaises, vol. 4, n° 2, mai 1968, p. 208-215 (lire en ligne).
  7. Georges-André Vachon, « Le Prix de la revue Études françaises 1970 », Études françaises,‎ vol. 6, n° 2, mai 1970, p. 127-129 (lire en ligne). Gaston Miron, « Témoignage », Livres et auteurs québécois 1970, p. 119-122.
  8. Jeanne Demers, « Corps de gloire de Juan Garcia ou la Poésie salvatrice », Livres et auteurs québécois 1971, p. 126-131.
  9. [Anonyme], « Poète québécois d’origine marocaine lauréat du Prix de la revue Études françaises », La Presse, mercredi 10 mars 1971, p. D-7 (lire en ligne).
  10. Réginald Martel, « Littérature. Quelques fleurs sous les lauriers. Le voyage de Juan Garcia », La Presse, samedi 20 mars 1971, p. D-3 (lire en ligne).
  11. Suzanne Paradis, « Poésie québécoise. Garcia et Désilets. Un éblouissement de la déchirure », Le Soleil, samedi 19 juin 1971, p. 49 (lire en ligne).
  12. René Dionne, « Sur les voies de notre poésie II. Juan Garcia », Relations, n° 368, février 1972, p. 58-59 (lire en ligne).
  13. François Piazza, « Poésie québécoise. Poésie d’ici : y aurait-il un ressac ? Variables, Michel Beaulieu, Études françaises », Montréal-Matin, 3 juin 1973, cahier 2 (« Dimanche-Vedettes »), p. 16 (lire en ligne).
  14. Claude Beausoleil, « Le Prix de la revue Études françaises 1972 [sic] : Michel Beaulieu », Hobo-Québec, nos 5-7, juin-août 1973, p. 32.
  15. Jeanne Demers, « Michel Beaulieu. Variables, Pulsions », Livres et auteurs québécois 1973, p. 133-136.
  16. Jacques Thériault, « Le Prix Études françaises [19]74 attribué à Fernand Ouellette pour Journal dénoué », Le Devoir, mercredi 9 octobre 1974, p. 14 (lire en ligne).
  17. Jean-Marie Poupart, « Les Essais. Un Fernand Ouellette potable », Le Devoir, samedi 26 octobre 1974, p. 14 (lire en ligne).
  18. Réginald Martel, « Aller inquiet vers l’Absolu. Journal dénoué par Fernand Ouellette », La Presse, samedi 2 novembre 1974, p. E-3 (lire en ligne).
  19. François Ricard, « En toutes lettres. Journal dénoué de Fernand Ouellette. Le voyage intérieur d’un poète », Le Jour, samedi 2-dimanche 3 novembre 1974, p. 14 (lire en ligne).
  20. Gabrielle Poulin, « Le Journal dénoué de Fernand Ouellette », Relations, vol. 35, n° 410, décembre 1975, p. 345-347 (lire en ligne).
  21. Voir Laurent Mailhot, « Récit / Essai. Le Journal dénoué de Fernand Ouellette », Études françaises,‎ vol. 11, n° 2 (« L'année littéraire québécoise 1974 »), p. 143-150 (lire en ligne).
  22. Nicole Casanova, « Fernand Ouellette, Journal dénoué (les Presses de l’Université de Montréal) », Esprit, n° 445, avril 1975, p. 625-626.
  23. Aurélien Boivin, « Fiche de lecture. Un dieu chasseur ou l’impossible relation entre les êtres », Québec français, n° 94, été 1994, p. 92-96 (lire en ligne) ; « Décès de l’écrivain Jean-Yves Soucy », Le Devoir, 7 octobre 2017 (lire en ligne).
  24. François Ricard, « Le dernier des coureurs des bois », Le Devoir, samedi 30 octobre 1976, p. 16 (lire en ligne).
  25. Paul Gay, « Le Prix Études françaises 1976 : Un dieu chasseur », Le Droit, samedi 27 novembre 1976, p. 18 (lire en ligne).
  26. Claude Filteau, « Jean-Yves Soucy, Un dieu chasseur », Livres et auteurs québécois 1976, p. 99-101.
  27. Fernando Lambert, « Francophonie. Nouvelles de Bangui », Québec français,‎ n° 44, décembre 1981, p. 28-29 (lire en ligne).
  28. Michel Petersen, « Essais », Nuit blanche,‎ n° 64, automne 1996, p. 16 (lire en ligne).
  29. Françoise Hàn, Europe, vol. 74, nos 811-812, novembre-décembre 1996, p. 233-234.
  30. Hélène Gaudreau, « Suzanne Jacob, La bulle d’encre (Presses de l’Université de Montréal / Boréal, 1997). Parlez-moi d’amour (Boréal, 1998) », Nuit blanche, n° 72, automne 1998, p. 8 (lire en ligne).
  31. Evelyne Accad, World Literature Today, vol. 74, n° 2, Spring 2000, p. 340 (lire en ligne).
  32. Cristina Boidard Boisson, Francofonia (Cádiz), n° 9, 2000, p. 245-249.
  33. Julie Sergent, « Le sourire d'Anton ou l'adieu au roman : André Major », Voir,‎ (lire en ligne).
  34. Gilles Marcotte, « Écritures de l'intimité », L'Actualité,‎ , p. 59-60.
  35. Claudine Potvin, « Le charme discret d'un journal », Lettres québécoises,‎ n° 106, été 2002, p. 4 (lire en ligne).
  36. Étienne Beaulieu, « Nostalgie de la beauté. Le sourire d'Anton ou l'adieu au roman », Contre-jour,‎ n° 1, printemps 2003, p. 143-147 (lire en ligne).
  37. François Dumont, « Variations sur l’échec », Voix et images, n° 81 (vol. 27, n° 3), printemps 2002, p. 563-564 (lire en ligne).
  38. Caroline Montpetit, « Pierre Vadeboncœur. Dans les pas de Rimbaud », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  39. Antoine Boisclair, « Deux Rimbaud », Contre-jour,‎ n° 4, été 2004, p. 177-180 (lire en ligne).
  40. Non signé, Histoires littéraires, n° 18, avril-mai-juin 2004, p. 227.
  41. Steve Murphy, Parade sauvage. Revue d'études rimbaldiennes, n° 20, décembre 2004, p. 266-268 (lire en ligne).
  42. « Essais. Éloge de la prose », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  43. Claudine Potvin, « L'esthétique de la pause », Lettres québécoises,‎ n° 122, été 2006, p. 43 (lire en ligne).
  44. Patrick Bergeron, University of Toronto Quarterly, vol. 77, n° 1, Winter 2008, p. 560-563.
  45. Simona Rossi, Studi Francesi, n° 152 (vol. LI, n° 2), maggio-agosto 2007, p. 489-490 (lire en ligne).
  46. Emile J. Talbot, The French Review, vol. 80, n° 4, March 2007, p. 906-907 (lire en ligne).
  47. Yvan G. Lepage, @nalyses. Revue des littératures franco-canadiennes et québécoise, vol. 2, n° 2, printemps-été 2007, p. 27-29 (lire en ligne).
  48. Jean Fisette, « Une œuvre magistrale. Comment écrire sur la musique en dehors d'un discours scientifique appartenant à la musicologie ou à l'histoire ? », Lettres québécoises,‎ n° 129, printemps 2008, p. 44 (lire en ligne).
  49. Marie-Andrée Lamontagne, « Au cœur de notre souci. Partita pour Glenn Gould. Musique et forme de vie, de Georges Leroux », Spirale,‎ n° 218, printemps-été 2018, p. 55-56 (lire en ligne).
  50. Danielle Laurin, « La traversée », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  51. Rosalie Lessard, « L'école des mystères. L'étreinte des vents d'Hélène Dorion », Spirale,‎ n° 231, mars-avril 2010, p. 46-48 (lire en ligne).
  52. Michel Lapierre, « Chaurette et le temps shakespearien », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  53. Pascal Riendeau, University of Toronto Quarterly, vol. 82, n° 3, Summer 2013, p. 822-824.
  54. Leanore Lieblein, « Normand Chaurette. Comment tuer Shakespeare », Theatre Research in Canada / Recherches théâtrales au Canada,‎ vol. 34, n° 1, 2013, p. 136-139 (lire en ligne).
  55. Michel Vaïs, « Faire mourir d'amour », Jeu. Revue de théâtre,‎ vol. 143, 2012-2, p. 46-48 (lire en ligne).
  56. Renald Bérubé, « Entre dramaturges. Normand C. et William S. », Lettres québécoises,‎ n° 146, été 2012, p. 48 (lire en ligne).
  57. Gilbert David, « Le traducteur mis à nu par ses divagations, même. Comment tuer Shakespeare de Normand Chaurette », Spirale,‎ n° 240, printemps 2012, p. 71-73 (lire en ligne).
  58. Cassy Bouchard, « Chaurette, Normand, Comment tuer Shakespeare », L'annuaire théâtral, nos 50-51, automne 2011-printemps 2012, p. 217-221.
  59. Jarosz Krzysztof, « Lectures idiosyncrasiques », Voix et images, n° 111 (vol. 37, n° 3), printemps-été 2012, p. 153-156 (lire en ligne).
  60. Jonathan Livernois, « Fabriquer l'Histoire », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  61. François Ouellet, « Louis Hamelin, Fabrications. Essais sur la fiction et l'histoire », Francophonies d'Amérique,‎ nos 38-39, automne 2014, p. 218-220 (lire en ligne).
  62. Danny Plourde, « Pour en finir avec la constellation. Fabrications de Louis Hamelin », Spirale,‎ n° 253, été 2015, p. 51-52 (lire en ligne).
  63. Martine-Emmanuelle Lapointe, « La fiction officielle doit être combattue par la fiction. Louis Hamelin, Fabrications. Essais sur la fiction et l'histoire », Les Cahiers de lecture de l'Action nationale,‎ vol. 9, n° 3, été 2015, p. 17 (lire en ligne).
  64. Manon Dumais, « Le devoir de mémoire de Marie-Claire Blais », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  65. Chantal Guy, « Refuser l'indifférence », La Presse,‎ (lire en ligne).
  66. Françoise Bouffière, Les Cahiers de lecture de L'Action nationale, vol. 13, n° 3, été 2019, p. 16.
  67. Didier Bertrand, The French Review, vol. 94, n° 2, December 2020, p. 242.
  68. Marcel Olscamp, « Chronique de la tourmente », Spirale,‎ n° 271, hiver 2020, p. 70-72 (lire en ligne).
  69. Anne-Frédérique Hébert-Dolbec, « Maylis de Kerangal, tisserande du détail », Le Devoir, mercredi 23 novembre 2022, p. 1 (lire en ligne).
  70. Cécile Lazartigues-Chartier, « Maylis de Kerangal au Salon du livre de Montréal », lesfrancais.press, 3 décembre 2022 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]