Marcenat (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcenat.
Marcenat
La mairie.
La mairie.
Blason de Marcenat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Saint-Pourçain-sur-Sioule
Intercommunalité Communauté de communes Saint-Pourçain Sioule Limagne
Maire
Mandat
Gilles Paris
2014-2020
Code postal 03260
Code commune 03160
Démographie
Population
municipale
379 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 08″ nord, 3° 23′ 48″ est
Altitude Min. 234 m – Max. 287 m
Superficie 18,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Marcenat

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Marcenat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcenat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcenat

Marcenat est une commune française, située dans le département de l'Allier en région d'Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Vichy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Marcenat est située en Limagne bourbonnaise.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sept communes sont limitrophes[1] de Marcenat[2] :

Communes limitrophes de Marcenat
Loriges Paray-sous-Briailles Créchy
Saint-Didier-la-Forêt Marcenat Billy
Saint-Rémy-en-Rollat

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière Allier
La rivière Allier, vers l'aval, depuis le pont de la route départementale 130.

La commune, située en rive gauche de l'Allier, est traversée par le ruisseau de l'Agasse[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Seules des routes départementales d'intérêt local desservent la commune. La départementale 130 relie Saint-Pourçain-sur-Sioule à Billy et la RD 218 permet de rejoindre Saint-Didier-la-Forêt ; ces deux routes traversent la forêt domaniale de Marcenat.

L'axe nord-sud RD 142 relie les communes de Paray-sous-Briailles et de Saint-Rémy-en-Rollat en desservant le lieu-dit du Lonzat. Il existe aussi une RD 281.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les anciennes communes du Lonzat (écrit Lelouzas en 1793) et de Villaines (écrit Villeme en 1801) ont été réunies en 1831 pour former la commune de Marcenat-sur-Allier, devenue ensuite Marcenat. Marcenat faisait partie de l'ancien arrondissement de Gannat ; à la suppression de celui-ci, en 1926, la commune a été rattachée à l'arrondissement de Moulins. Elle n'est cependant pas affectée par le redécoupage des cantons du département de 2014, applicable depuis fin mars 2015 : elle reste dans le canton de Saint-Pourçain-sur-Sioule[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Fernand Heck    
mars 2008 mars 2014 Georges Lavril    
mars 2014 en cours Gilles Paris[4] DVG Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 379 habitants, en augmentation de 1,88 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
201 195 294 311 537 556 601 620 618
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
594 618 595 592 592 609 610 583 565
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
522 508 519 398 384 419 385 386 400
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
382 359 291 349 330 303 362 373 379
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Marcenat dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique, où 36 élèves sont scolarisés pour l'année scolaire 2015-2016[9].

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens poursuivent leur scolarité à Saint-Germain-des-Fossés[10] et les lycéens à Cusset, au lycée de Presles[11] (renommé lycée Albert-Londres).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du Lonzat (46° 14′ 45,9″ N, 3° 23′ 36,4″ E). Il servit de résidence d'été de mai à août 1944 au maréchal Pétain[12] alors chef de l'État français (régime de Vichy). Pétain fuyait la chaleur lourde et orageuse de Vichy l'été. En 1941, il résida ainsi au château du Bost, à Bellerive-sur-Allier, puis en 1942 et 1943 au château de Charmeil[12]. Au printemps 1944, à l'approche d'un débarquement allié, les Allemands, craignant un enlèvement ou une fuite, l'obligèrent à résider au château du Lonzat, qui était alors protégé par deux cents soldats de sa garde personnelle dans le parc du château et par 1500 soldats allemands aux alentours[13]. Les 16 kilomètres de route qui menaient à Vichy où le maréchal se rendait à ses bureaux de l'hôtel du Parc étaient également sous la garde allemande[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Marcenat.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : De gueules à la fasce ondée d’azur bordée d’argent accompagnée en chef d’une fleurs de lys d’or accostée de deux brins de muguet au naturel et en pointe d’une tête de chevreuil coupée d’or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Marcenat sur le site de l'Institut géographique national (archive)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marcenat sur le Géoportail
  2. « Marcenat », sur Lion 1906 (colonne « Cap » utilisée pour l'orientation).
  3. Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier
  4. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 3 juin 2014).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « École élémentaire publique », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 28 septembre 2015).
  10. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 28 mai 2016).
  11. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 28 mai 2016).
  12. a, b et c Michèle Cointet, Vichy Capitale : 1940-1944, Paris, Perrin, coll. « Vérités et Légendes », , 299 p. (ISBN 2-262-01013-7), page 79
  13. Jacques Le Groignec, Le Maréchal et la France, Paris, Nouvelles éditions latines, (ISBN 2-7233-0477-9, lire en ligne), page 331