Mal Evans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le rock
Cet article est une ébauche concernant le rock.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mal Evans
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 40 ans)
Los AngelesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Malcolm « Mal » Evans (27 mai 1935 à Liverpool – 5 janvier 1976) fut le road-manager, l’assistant et l’ami des Beatles.

Durant leur carrière, et particulièrement la grande période des concerts et des tournées (1963-1966), les Beatles n’ont que deux assistants pour les conduire vers les lieux où ils se produisent, s’occuper de leur matériel, et d’une façon générale, répondre à leurs moindres besoins : Neil Aspinall et Mal Evans. Ce dernier, doux géant, officiait comme « videur » au Cavern Club de Liverpool au début des années 1960. En 1963, Brian Epstein l’engage en tant que chauffeur, road-manager… et garde du corps du groupe. Il apparait ainsi sur de très nombreux documents filmés au Royaume-Uni, aux États-Unis et à travers le monde durant ces années-là.

Lorsque les Beatles arrêtent de se produire en public, Mal Evans reste à leurs côtés, dans les studios et en dehors, en tant qu’assistant « logistique » et participe à de nombreux enregistrements. On entend notamment sa voix dans le chœur de Yellow Submarine ou dans l'enregistrement original du titre A Day in the Life (Anthology 2), en train de compter 24 mesures. En janvier 1967, il partage un appartement avec Paul McCartney et participe à l'écriture des pièces Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band et Fixing a Hole[1]. On le voit aussi faire le « bang bang » du titre Maxwell's Silver Hammer, en tapant sur une enclume, dans le film Let it be.

Mal Evans disparaît dans des circonstances tragiques : il est abattu à son domicile par la police à Los Angeles le 5 janvier 1976, à la suite d'un appel de sa petite amie consécutif à une violente dispute. Les hommes de loi avaient confondu le pistolet à air comprimé qu’il pointait vers eux avec un fusil.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Notes
  • Références