Stuart Sutcliffe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Stuart Sutcliffe
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Édimbourg ou Simpson Memorial Maternity Hospital (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 21 ans)
HambourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Nom dans la langue maternelle
Stuart Fergusson Victor SutcliffeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Liverpool College of Art (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Bassiste, peintre, guitariste, bass-guitarist, rockeurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Genre artistique
Site web
Copy Dissenters plaque, Ye Cracke.JPG
plaque commémorative

Stuart Fergusson Victor Sutcliffe (, Édimbourg - , Hambourg) est un peintre et musicien britannique d'origine écossaise, qui fut membre des Beatles en 1960 et 1961.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stuart Sutcliffe, ami de John Lennon, qu'il rencontre à l'école d'Art de Liverpool, rejoint les Beatles en janvier 1960, à la basse. Stuart n'est pas réellement musicien et il ne se joint au groupe que parce qu'il a les moyens de s'acheter une basse (grâce à la vente de l'un de ses tableaux). En concert, il se produit quelques fois dos au public pour que personne ne s'aperçoive qu'il est débutant. Il arrive aussi que son instrument ne soit carrément pas branché à un ampli, comme le raconte Sam Leach, organisateur de concerts à Liverpool au début des années 1960, dans son livre Les Beatles avant la gloire[1]. Sutcliffe participe notamment à la tournée en Écosse pendant laquelle les Beatles accompagnent Johnny Gentle.

En , alors que les Beatles sont engagés à Hambourg par Bruno Koschmider, Sutcliffe rencontre Astrid Kirchherr et en tombe follement amoureux (dans l'une des lettres qu'il adresse à sa mère, il dit en parlant d'Astrid « Dieu que je l'aime »). Cette dernière est à l'origine de la coupe des Beatles lorsqu'elle taille les cheveux de son amoureux et de Harrison dans le style parisien qui est populaire parmi les étudiants en beaux-arts de la ville. Paul McCartney et John Lennon adopteront cette coupe à Paris quelques mois plus tard lorsqu'ils demandent à Jürgen Vollmer, un ami d'Hambourg, de leur faire la même[2].

Sutcliffe quitte le groupe au printemps 1961 pour se consacrer à ses études d'art à Hambourg, mais surtout pour rester auprès de la femme qu'il aime. C'est désormais Paul McCartney qui officiera à la basse, Lennon et Harrison ne voulant pas quitter leur guitare.

Le , Stuart Sutcliffe meurt d'une hémorragie cérébrale, trois jours avant le retour des Beatles en Allemagne. Il n'avait que 21 ans. Les Beatles apprennent la nouvelle par Astrid, à leur arrivée à l'aéroport deux jours plus tard. John Lennon est très marqué par cette disparition et y fera allusion dans la chanson In My Life (sur l'album Rubber Soul en 1965).

Les toiles de Stuart Sutcliffe sont reconnues comme excellentes par de nombreux experts[réf. nécessaire] et se vendent très bien aujourd'hui encore.

Le film Backbeat : Cinq Garçons dans le vent, réalisé par Iain Softley et sorti en 1994, est consacré à Stuart Sutcliffe (interprété par Stephen Dorff) et ses relations avec Kirchherr et Lennon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sam Leach, Les Beatles avant la gloire, Rouchon éditeur, Paris, 2007 (ISBN 978-2847410655)
  2. (en) Mark Lewisohn, The Beatles: All These Years, Volume 1 – Tune In, Harmony Books, 2013, page 421.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arne Bellstorf (trad. de l'allemand par Marie Delaby), Baby's in black : L'histoire vraie d'Astrid Kirchherr et Stuart Sutcliffe, Sarbacane, , 202 p. (ISBN 978-2-84865-502-4).
  • Éric Krasker, Les Beatles : enquête sur un mythe, 1960-1962, Séguier, , 422 p. (ISBN 2-84049-373-X).
  • (en) Éric Krasker, The Beatles : fact and fiction, 1960-1962, Séguier, , 460 p., revised and updated edition (ISBN 978-2-84049-523-9).

Liens externes[modifier | modifier le code]