Let It Be... Naked

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Let It Be.

Let It Be... Naked

Album par The Beatles
Sortie
Enregistré janvier 1969
Studios Abbey Road
Studios Twickenham Film
Savile Row
Durée 35:00
43:42 (avec Fly on the Wall)
Genre Rock
Producteur George Martin, The Beatles, Paul Hicks, Guy Massey, Allan Rouse
Label Apple
Critique

Albums par The Beatles

Let It Be... Naked (en français : « Let It Be… nu », jeu de mot avec le titre original, signifiant alors « Et que ce soit nu », « Et qu'il soit nu ») est un album du groupe britannique The Beatles, sorti le 18 novembre 2003. Il s'agit en fait d'une version remixée et remasterisée de l'album Let It Be de 1970, à partir des enregistrements originaux des sessions de janvier 1969. Initié par Paul McCartney, cet album constitue un retour aux sources du « projet Get Back » qui consistait à enregistrer des chansons en direct, sans aucun ajout en studio.

Ainsi, tout le travail de production de Phil Spector sur les bandes originales, en mars et avril 1970, est ici effacé, d'où le Naked ajouté au titre de cette réédition.

Let It Be[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Let It Be (album).

Toutes les chansons de Let It Be... Naked datent de janvier 1969 et du projet Get Back, qui s'acheva par un concert « privé » à la fin du mois sur le toit des bureaux d'Apple, l'entreprise fondée par les Beatles. Certains passages de ce concert — où Billy Preston est aux claviers — sont d'ailleurs présents sur Let It Be... Naked. Ils en finissent avec ces enregistrements le lendemain de la représentation, le 31 janvier 1969, dans leur studio de fortune, quelques étages plus bas.

Le résultat sonore de ces séances, marquées par une fracture croissante entre les membres du groupe, leur déplaît tant que les kilomètres de bandes enregistrées en un mois sont mises au placard. Les tentatives de mixage réalisées par l'ingénieur du son Glyn Johns, dont sera tout de même issu le single Get Back / Don't Let Me Down en avril 1969, sont toutes rejetées et le groupe décide de retourner une dernière fois aux studios EMI à l'été 1969 pour enregistrer son ultime opus, l'album Abbey Road. En septembre, John Lennon met fin au groupe en lui annonçant son départ définitif. La nouvelle est dans un premier temps tenue secrète compte tenu de nombreux impératifs commerciaux. Restent ces bandes musicales inexploitées, que le nouveau manager du groupe, Allen Klein, décide de confier au producteur américain Phil Spector, avec les accords de John Lennon et George Harrison, alors que Paul McCartney n'est pas consulté.

En mars 1970, Phil Spector, rendu célèbre par sa technique du wall of sound, se met au travail. Il ajoute des chœurs féminins, des arrangements de cordes et des effets sonores à ces chansons alors qu'elles devaient rester « brutes », selon l'esprit du projet Get Back. La veille de la sortie de l'album, Paul McCartney découvre le résultat du travail de Spector et s'en montre très mécontent, en particulier au sujet de sa chanson The Long and Winding Road. En colère, il expédie une lettre adressée à Allen Klein chez Apple dont les derniers mots sont « Ne refaites plus jamais ça ! ». McCartney évoquera même le traitement réservé à ses chansons par Phil Spector comme une des six raisons de son départ du groupe, lors du procès qu'il intente à ses partenaires en décembre 1970 pour en prononcer la dissolution juridique.

En dépit de ce contexte houleux, l'album, publié le 8 mai 1970, est un franc succès. Intitulé d'après une autre de ses chansons phare (Let It Be), le disque et les singles extraits de celui-ci se vendent très bien : Get Back, Let It Be, The Long and Winding Road sont tous numéro un, soit au Royaume-Uni, soit aux États-Unis.

Genèse du projet Naked[modifier | modifier le code]

Paul McCartney devra attendre trois décennies pour que la production de Phil Spector disparaisse, pour que le « produit » revienne à ce qu’il devait originalement être : un album live de rock’n’roll.

Le projet de « dé-spectorisation » naît au cours d'une réunion imprévue entre Paul McCartney et le réalisateur du film Let It Be Michael Lindsay-Hogg à bord d'un vol d'avion, au début des années 2000. McCartney et Lindsay-Hogg discutent de la non-disponibilité du film en VHS et en DVD, ce qui les amène à évoquer une possible « bande originale » remixée pour accompagner une éventuelle sortie DVD.

Début 2002, McCartney réunit les ingénieurs d'Abbey Road Paul Hicks, Guy Massey et Allan Rouse et leur demande de sortir des étagères les quelque trente bobines d'enregistrement datant de janvier 1969, pour produire un nouvel album débarrassé de l'empreinte de Spector.

Différences notables[modifier | modifier le code]

Deux courtes chansons présentes sur l'album original, Maggie Mae et Dig It, ont été supprimées, parce qu'elles étaient surtout des improvisations en studio (Maggie Mae étant une chanson populaire traditionnelle de Liverpool) et ont été jugées trop faibles pour être incluses. Elles ont ainsi été remplacées par une autre version de la chanson Don't Let Me Down de John Lennon — un mixage des deux versions enregistrées durant le concert sur le toit de l'immeuble d'Apple —, à l'origine publiée en face B du single Get Back en avril 1969 et que Phil Spector n'avait pas retenue sur Let It Be. I've Got a Feeling est aussi présentée dans une nouvelle version provenant des deux prises du concert sur le toit. Across the Universe a été gardée, mais débarrassée de la majorité de ses overdubs.

La chanson Let It Be contient un solo de guitare de Harrison différent de l'originale. En comptant la version de l'album original, celle du single publié le 6 mars 1970 (que l'on retrouve maintenant sur les compilations Past Masters, 1 et The Beatles 1967–1970) et une répétition parue sur The Beatles Anthology 3, il s'agit de la quatrième version de Let It Be officiellement sortie par les Beatles.

Le titre de McCartney qui avait provoqué sa colère en 1970, The Long and Winding Road, a bien sûr été profondément remanié. La dernière prise (qui apparaît aussi dans le film) a été choisie au lieu de l'inégale première prise que Phil Spector avait choisie pour l'album original[1]. La version de Let It Be... Naked est naturellement dépourvue des overdubs de Phil Spector. De plus, une phrase de la chanson dit « anyway, you've always known, the many ways I've tried » (« Tu l'as toujours su, les nombreuses fois où j'ai essayé »), au lieu de « anyway, you'll never know, the many ways I've tried » (« Tu ne sauras jamais, les nombreuses fois où j'ai essayé ») dans la version originale.

Le dialogue en studio de l'album original a été coupé, tout comme le dialogue du concert sur le toit du 30 janvier 1969 qui concluait l'album original. Par ailleurs, l'ordre des pistes est très différent de l'album Let It Be.

L'image de la pochette de l'album est un négatif en noir et blanc de l'image de la pochette originale, avec pour seule autre différence que la photo de George Harrison a été remplacée par une autre, sans raison officielle annoncée. On peut remarquer cependant que la nouvelle photo correspond mieux aux trois autres en cela qu'elle le montre en train de jouer, contrairement à la photo de l'album original.

Les premières copies ont été distribuées avec un disque bonus de 21 minutes, Fly on the Wall, constitué d'extraits de chansons et de dialogues venant des innombrables heures de bande des sessions d'enregistrement de Let It Be : on y entend notamment John Lennon ébaucher une nouvelle chanson, Child of Nature qui deviendra Jealous Guy sur son album solo Imagine. Les Beatles répètent également All Things Must Pass, le titre que George Harrison sortira sur son album éponyme en 1970.

Réception[modifier | modifier le code]

Après la sortie de Let It Be... Naked, en 2003, les critiques ont considéré ce disque comme la version « dé-spectorisée » de l'original album Let It Be.

L'album reçut des avis divergents de la part de la presse musicale. Certains ont fortement critiqué la suppression du dialogue entre les chansons, qui était originellement censé faire partie de Get Back et de l'album Let It Be.

Liste des pistes[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites par John Lennon et Paul McCartney, sauf où mentionné.
  1. Get Back
  2. Dig a Pony
  3. For You Blue (George Harrison)
  4. The Long and Winding Road
  5. Two of Us
  6. I've Got a Feeling
  7. One After 909
  8. Don't Let Me Down
  9. I Me Mine (George Harrison)
  10. Across the Universe
  11. Let It Be

Bonus : Fly on the Wall[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La prise brute de l'album Let It Be peut être trouvée sur la compilation Anthology 3.