Cynthia Powell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Powell.
Cynthia Powell
Cynthia and Julian Lennon at the unveiling ceremony of the John Lennon Peace Monument in Liverpool - celebrating John Lennon's 70th Birthday - October 9th 2010.jpg

Cynthia Powell et son fils Julian Lennon en 2010, à l'occasion de l'inauguration du « John Lennon Peace Monument » à Liverpool.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
MajorqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Liverpool College of Art (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Conjoint
Enfant
Autres informations
Site web

Cynthia Powell, née le à Blackpool et décédée le à Majorque (Espagne), est la première femme de John Lennon. Elle rencontre John Lennon dans un cours de calligraphie de l'Art College de Liverpool et l'épouse en 1962, après avoir découvert qu'elle était enceinte de Julian. Ils divorcent en 1969, après qu'il l'a quittée pour l'artiste japonaise Yoko Ono.

En 1978, elle écrit un premier livre, A Twist of Lennon, consacré à John, puis, en 2006, un autre intitulé simplement John. Sans avoir eu l'influence que Yoko Ono a pu avoir par la suite sur John et les Beatles, elle participa cependant à part entière au début de l'aventure musicale des Beatles et en particulier à leur séjour en Inde[1]. La chanson Hey Jude a été écrite par Paul McCartney pour soutenir Julian au moment du divorce de ses parents. Cynthia Powell a vécu jusqu'à sa mort à Majorque, en Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et famille[modifier | modifier le code]

Cynthia, fille de Charles Powell et de son épouse Lillian, née Roby, est la cadette de trois enfants, ses aînés se prénomment Charles et Anthony (Tony)[2]. Charles Powell travaille comme vendeur pour la General Electric Company (GEC) à Liverpool[3]. En 1939, Mme Powell, enceinte de Cynthia, est envoyée à Blackpool après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, elle y vit dans un bed-and-breakfast du front de mer avant l'accouchement.

Après sa naissance, la famille Powell s'installe dans un deux pièces à Hoylake, de l'autre côté de la rivière Mersey depuis Liverpool[4]. Son frère aîné, pianiste de talent, quitte la maison à 16 ans, pour travailler, comme son père, à la GEC à Birmingham[5]. Âgée de douze ans, Cynthia est admise à la Junior Art School, proche du Liverpool Art College, elle y rencontre Phyllis McKenzie, qui devint son amie pour la vie[6]. Charles Powell meurt d'un cancer du poumon, alors qu'elle n'a que 17 ans. Avant sa mort, il lui demande de trouver du travail afin d'aider sa mère à subvenir à leurs besoins et de renoncer à la Art school de Liverpool[6]. Cependant, sa mère souhaitant qu'elle reçoive une bonne éducation, aménage leur logement pour louer une des chambres à des apprentis.

College d'art[modifier | modifier le code]

En septembre 1957, Cynthia est admise au Liverpool College of Art. Elle s'y rend tous les jours, habillée de sages twinsets et jupes tweed, elle veut être une étudiante modèle, alors que nombre d'étudiants sont vêtus comme des beatniks [7],[6]. Lors de sa première année d'étude, Cynthia sort avec Barry, le fils d'un laveur de vitres, qu'elle décrira plus tard comme le « Roméo de Hoylake ». Ils parlent même de mariage, mais leur histoire cesse après une infidélité de Barry. Elle rencontre alors Lennon[8].

Cynthia change son style d'habillement, laisse pousser ses cheveux, ne porte plus ses lunettes, sources d'ennuis et de méprises dans la vie de tous les jours et à l'école[9]. Bien qu'elle étudie le graphisme, elle prend également quelques cours de calligraphie. Lors des premiers cours, un garçon arrivé en retard s'assoit derrière elle[10], lui tapote le dos et se présente « Hi, I'm John » (Salut ! Je suis John). Lennon n'apporte jamais le moindre matériel avec lui, aussi emprunte-t-il constamment crayons et stylos à Cynthia[11]. Lennon apporte parfois sa guitare en classe, un jour il lui chante Ain't She Sweet[N 1], ce qui la fait rougir et s'enfuir du cours[12]. Elle entend dire que Lennon a fait l'éloge d'une fille du collège dont les cheveux blonds la font ressembler à Brigitte Bardot. Le samedi suivant, Cynthia décolore ses cheveux et revient au collège avec des cheveux de plusieurs tons plus blonds[10]. Lennon le remarque immédiatement et s'exclame, « Get you, Miss Hoylake! » (Qu'on peut traduire par « Je t'ai vu Miss Hoylake », le Miss Holylake est un peu moqueur car il s'agit du quartier populaire ou vit Cynthia)[13]. Il l'appelle aussi Miss Powell, mais, après le début de leur relation, c'est simplement Cyn[14].

Relation avec John Lennon[modifier | modifier le code]

Leur relation débute après une fête organisée au collège avant les vacances d'été. Lennon demande alors à Cynthia de l'accompagner avec quelques amis au Ye Cracke pub pendant la soirée[15]. Cynthia répond qu'elle est fiancée à Barry et Lennon s'écrie I didn't ask you to fucking marry me, did I? (Que l'on peut traduire par : « Bon Dieu ! Je ne t'ai pas demandé de m'épouser. »)[16]. Elle se rend malgré tout au pub, où Lennon l'ignore toute la soirée, mais comme elle s'apprête à partir, il l'attrape par la main et l'entraîne dans une chambre que loue Stuart Sutcliffe[17],[18].

Au début de leur relation, ils font souvent l'amour dans des lieux publics, lorsque la chambre de Sutcliffe n'est pas libre, mais elle n'apprécie guère ces snatched encounters (que l'on peut traduire par « petits coups rapides »)[19],[20]. La jalousie de Lennon se manifeste parfois par de violentes colères, comme lorsqu'il la gifle violemment après l'avoir vue danser avec Stuart Sutcliffe[21]. Elle rompt alors pendant trois mois et ne reprend leur relation qu'après qu'il s'est excusé[22].

Lorsque Lennon rentre chez lui, au 251 Menlove Avenue, après son premier voyage à Hambourg, Mimi Smith, sa tante, gronde John parce qu'il a acheté un manteau à Cynthia qu'elle traite de gangster's moll (femme de gangster) et se montre ensuite froide et déplaisante envers elle[23],[24]. Les Beatles se rendent à Hambourg en 1960, Cynthia et Dot Rhone, la petite amie de McCartney, les rejoignent deux semaines plus tard. Les séances d'enregistrement se prolongent souvent toute la nuit, musiciens et petites amies prennent des stimulants, du Preludin afin de rester éveillés[25]. Lorsque Cynthia rentre de Hambourg, sa mère lui annonce qu'elle part pour le Canada accompagner sa cousine et le mari de celle-ci afin de prendre soin de leur nouveau né, les deux jeunes époux partant étudier outre-atlantique[26]. Elle attend que Lennon rentre de Hambourg, pour qu'il demande à Mimi, qui prenait des locataires au 251 Menlove Avenue, si elle pouvait lui louer une chambre. Mimi lui offre une petite chambre au-dessus de l'entrée, qui avait été celle de John, et lui demande de participer aux travaux domestiques[26]. Cynthia se souvient de cette maison froide et pleine de courants d'air, équipée de vieux chauffages électriques au rez-de-chaussée[27]. Pour payer son loyer, elle trouve un emploi dans un magasin Woolworths en ville[28].

Alors qu'en avril 1962, les Beatles retournent à Hambourg, Cynthia quitte la maison de Mimi et s'installe chez sa tante Tess pour un certain temps[28]. Elle finit par trouver un logement au 93 Garmoyle Road, proche des écoles où elle enseigne en tant que stagiaire[29]. En juillet 1962, après avoir échoué à l'un de ses examens, elle découvre qu'elle est enceinte de Lennon[28]. Ils n'ont jamais utilisé de méthode contraceptive, et elle écrit qu'ils n'en ont même jamais parlé[30]. À cette annonce, John, dit simplement : « il n'y a qu'une chose à faire, Cyn, marions-nous ». Mais Mimi, en colère, le menace de ne plus jamais lui parler s'il donne suite à ce projet[30]. La mère de Cynthia revient en Angleterre pour une visite lorsqu'elle apprend la nouvelle du mariage de sa fille avec Lennon, la veille du jour où elle doit repartir pour le Canada. Le jour suivant, Cynthia et John se marient[30].

Mariage[modifier | modifier le code]

Lennon et Cynthia se marient, le 23 août 1962, à l'office d'état civil de Mount Pleasant à Liverpool, sans Mimi, la tante de Lennon[31]. Lennon aurait souhaité la présence de ses demi-sœurs, cousins et tantes mais Mimi les en dissuade. Le frère de Cynthia, Tony et son épouse y assistent[32], ainsi que George Harrison, Paul McCartney et Brian Epstein, le manager des Beatles, ce dernier est le témoin de John[31],[33]. Le mariage, sans fleurs ni photographes, tourne en une véritable farce, lorsqu'un ouvrier dans la cour de l'office commence à utiliser un marteau piqueur dont le bruit couvre tout ce qui est dit par l'officier d'état-civil, John et Cynthia[34]. Le repas de noces, offert par Epstein a lieu au Reece's restaurant a Clayton Square, où Alf Lennon et Julia Stanley, les parents de John, avaient eux-mêmes célébré leur mariage vingt-quatre ans plus tôt en 1938[34]. La nuit même, Lennon part pour jouer à Chester[34]. Pendant la grossesse, Epstein offre aux Lennon son appartement au 36 Faulkner Street et, plus tard, lorsque arrive le terme, il assure les frais d'hôpital[35].

Naissance de Julian Lennon[modifier | modifier le code]

Le matin du 8 avril 1963, Cynthia met au monde John Charles Julian Lennon, à six heures cinquante, au Sefton General Hospital de Liverpool. Lennon, en tournée, ne sera près d'elle que trois jours plus tard, lors d'une courte halte à Liverpool[36].

Fin 1963, la presse apprend l'existence de la femme et de l'enfant de Lennon ; après que la « Beatlemania » a déferlé sur l'ensemble de l'Europe jusqu'à Hoylake en novembre et décembre. Voisins et amis tentent de protéger l'anonymat de Cynthia, face à des journalistes de plus en plus pressants[37]. Fin décembre, elle fait baptiser Julian à l'église paroissiale de Hoylake, mais n'en dit rien à John parce qu'elle craint que sa présence n'attire les média et pense que Lennon n'approuverait sans doute pas. Elle ne le lui dit que deux jours plus tard. Epstein demande à être le parrain de Julian. C'est peu après ce baptême que les journaux révèlent toute l'histoire de « la femme et l'enfant secrets de Lennon »[35],[38]. Les Lennon s'installent alors à Londres, à Emperor's Gate, tout près de Cromwell Road[39]. Les fans découvrent rapidement l'adresse et campent devant leur porte[40].

Cynthia suit John en Amérique, lors de la première tournée des Beatles, et Lennon consent à ce que la presse les photographie ensemble[41]. Lors du voyage elle est brusquement séparée de John, à New York, alors que lui et les autres Beatles sont précipités dans une voiture pour échapper à la foule. La même chose se produit à Miami où elle doit demander l'aide de fans pour convaincre les agents de sécurité qu'elle est la femme de Lennon. En entendant sa femme lui raconter son périple, John déclare simplement : « Don't be so bloody slow next time—they could have killed you » (« Ne sois pas si lente la prochaine fois ; ils auraient pu te tuer »)[42]. Lorsque les Beatles arrivent à Washington DC en février 1964, Cynthia porte une perruque noire et l'on a fait dire aux journalistes que « Mme Lennon ne donne pas d'interview. Mme Lennon préfère rester en retrait »[43].

De retour à Emperor's Gate, la situation empire, les fans se faisant toujours plus pressants[44]. Sur le conseil de leur manager, les Beatles décident de s'installer dans la région plus calme d'Esher, au sud de Londres. Cynthia et John s'installent à Kenwood, une maison de Style Tudor dans une propriété d'environ un hectare, à Weybridge, où vivent déjà les chanteurs Tom Jones et Cliff Richard[44],[45],[46].

Kenwood[modifier | modifier le code]

Kenwood devient peu à peu un lieu où les Beatles se retrouvent et que visitent quelques musiciens américains ainsi que de parfaits inconnus que John a rencontrés la nuit précédente dans un night club de Londres[47]. Les Lennon apprécient énormément la vie nocturne de la capitale britannique et fréquentent les meilleurs restaurants et clubs qu'Epstein leur recommande. Mais, chez eux, la cuisine est bien moins gastronomique, comme l'avoue Cynthia ; ils mangent du bacon, des steaks sandwiches, des meat pies et autres fast-food de l'époque, avec du thé[48].

Cynthia est souvent photographiée lors de la première des films des Beatles et lors d'occasions spéciales, parfois en compagnie de John et de Julian. Elle est à la fois la femme de l'un des Beatles et une mère. Elle accompagne John dans ses sorties jusqu'au petit jour, mais au matin, elle conduit son fils à l'école[48]. Lorsqu'elle passe son permis de conduire, John lui offre une Mini blanche, puis une Porsche dorée et plus tard une Coccinelle verte, que les anglophones nomment Beetle[49].

L'Inde et Yoko Ono[modifier | modifier le code]

Article détaillé  : Les Beatles en Inde.

Les Beatles se rendent en Inde pour suivre un cours de professeur de Méditation transcendantale avec Maharishi Mahesh Yogi pour deux ou trois mois. Avant leur départ, Cynthia trouve des lettres de Yoko Ono[50]. John Lennon nie toute relation amoureuse avec Yoko Ono, expliquant qu'elle est juste une « artiste folle » voulant être parrainée[51]. Le 15 février les Lennon s’envolent pour l'Inde, suivis par les autres Beatles et leurs partenaires quatre jours plus tard : Pattie Boyd, Jane Asher, et Maureen Starkey (la femme de Ringo Starr) [52],[53].

Après deux semaines, John Lennon demande à dormir dans une pièce séparée de son épouse, prétextant ne pas pouvoir méditer correctement. Il descend chaque matin au bureau de poste local pour recevoir les télégrammes qu'Yoko Ono lui envoie presque quotidiennement [54]. Cynthia ne découvre ces voyages secrets que beaucoup plus tard, en disant : "Je pensais que notre parenthèse magique avec le Maharishi serait la réalisation de notre mariage, mais en réalité ça en a été la fin"[55].

Paul Saltzman qui publie plus tard un livre de photographies de cette période : Les Beatles à Rishikesh[56] montrant John Lennon profondément dans ses pensées, et Cynthia dans une expression confuse[57]. Malgré l'aliénation de Lennon à Yoko, Cynthia parlera plus tard de son temps en Inde en disant: « J’ai adoré être loin des fans, des hordes de gens, des exigences constantes et des caméras » [55].

Durant le retour vers l’Angleterre, John, enivré par le scotch et la coke, avoue à Cynthia ses relations avec d'autres femmes durant leur mariage [58],[59]. Il détaille ses liaisons avec des groupies, des amies (telles que Joan Baez) et des « milliers » de femmes autour du monde [60]. Bien que Cynthia ne voulait pas entendre les confessions de son mari, elle savait que les femmes étaient attirées par lui, "comme des papillons vers la lumière"[61].

Deux semaines plus tard, en mai 1968, Lennon suggère à Cynthia prendre des vacances en Grèce avec "Magic Alex" Mardas, Donovan, et deux amis « en raison de son indisponibilité liée à l’enregistrement du disque The White Album » [62]. Alors qu’elle revient de Grèce plus tôt que prévu le 22 mai 1968 [63] elle trouve John Lennon et Yoko Ono assis ensemble, les yeux dans les yeux[64], elle trouve également les pantoufles de Yoko devant la porte de leur chambre de Kenwood [65]. Lennon semble tout à fait normal lorsqu’il rentre chez lui le lendemain, en déclarant clairement son amour pour elle et leur fils : « C’est vous que j’aime Cyn... Je t’aime maintenant plus que jamais »[66],[67].

Divorce[modifier | modifier le code]

Alexis Mardas annonce à Cynthia l'intention de Lennon de demander le divorce pour cause d'adultère, et de demander la garde exclusive de Julian [68]. En 2005, elle a déclaré que :

Le simple fait que Magic Alex Mardas soit arrivé en Italie dans le milieu de la nuit, sans aucune connaissance préalable de l'endroit où je logeais m'a rendue extrêmement méfiante ». « J’étais forcée de faciliter la chose »... [à Lennon et Ono] « pour leur permettre d’être en bonne posture [69].

Lennon engage une procédure de divorce, et incite Cynthia à dire : « Engagez des poursuites contre moi pour le divorce ? Pour quelles raisons est-ce qu'ils me poursuivent ? » [70]. Quand la nouvelle de la grossesse de Yoko Ono s'est sue, Cynthia a commencé ses propres procédures de divorce contre Lennon, le 22 août 1968 [71]. Le règlement financier a été retardé par le refus de Lennon d’offrir £ 75 000[72], lui disant au téléphone qu'elle ne valait pas plus [73]. Le règlement s’est ensuite élevé à £ 100 000, £ 2,400 par an, et la garde de Julian [74].

Cynthia a vécu pendant quelques mois dans un appartement du centre de Londres (34 Montagu Square) appartenant à Ringo Starr [75]. Lennon et Cynthia ont une dernière réunion à Kenwood, en présence de Yoko Ono, où John Lennon l'a accusée alors d'avoir eu une liaison en Inde, lui disant qu'elle n'était pas une "petite fleur innocente" [76].

Dernières années[modifier | modifier le code]

Cynthia Powell s'est remariée par la suite avec un hôtelier italien, Roberto Bassasini (1970-1973), puis avec un ingénieur anglais, John Twist (1976-1981). Après une liaison avec Jim Christie (1981-1998), elle s'est remariée à nouveau, avec le propriétaire d'une boîte de nuit, Noel Charles (2002-2013).

Elle est décédée d'un cancer à Majorque, le 1er avril 2015[77].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ain't She Sweet est une chanson écrite par Milton Ager et Jack Yellen en 1927, dont le titre signifie « N'est-elle pas mignonne ». En 1961, les Beatles sortiront un album intitulé Ain't She Sweet qui reprend cette chanson

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Beatles par Bob Sptiz p. 154-155 Aurm Press 2007.
  2. Lennon (2006) p. 14.
  3. Lennon (2006) p. 17.
  4. Lennon (2006) p. 16-17.
  5. Lennon (2006) p. 17-18.
  6. a, b et c Lennon (2006) p. 15.
  7. Lennon (2006) p. 16.
  8. Lennon (2006) p. 20
  9. Lennon (2006) p. 21.
  10. a et b Spitz 2005, p. 154-155.
  11. Lennon (2006) p. 22.
  12. Lennon (2006) p. 24-25.
  13. Lennon (2006) p. 25-26.
  14. Spitz 2005, p. 155.
  15. Lennon (2006) p. 27.
  16. Spitz 2005, p. 156.
  17. Photo de Gambier Terrace – Appartement de Sutcliffe images.google.co.uk - Consulté le 14 janvier 2007.
  18. Lennon (2006) p. 28-29.
  19. Lennon (2006) p. 35.
  20. Living with Lennon bbc.co.uk - Consulté le 4 mai 2007.
  21. “John was violent and aggressive at times” bbc.co.uk - Consulté le 4 mai 2007.
  22. Miles (1997) p. 48-49.
  23. Lennon (2006) p. 80
  24. Lennon (2006) p. 332-333.
  25. Miles (1997) p. 69.
  26. a et b Spitz 2005, p. 312.
  27. Lennon (2006) p. 142.
  28. a, b et c Spitz 2005, p. 313.
  29. The Beatle Girls: Dot Rhone tripod.com - Consulté le 17 octobre 2007.
  30. a, b et c Lennon (2006) p. 122-124.
  31. a et b Spitz 2005, p. 348.
  32. Lennon (2006) p. 128-129.
  33. Brown (2002) p. 83.
  34. a, b et c Spitz 2005, p. 349.
  35. a et b Brown (2002) p. 93. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Brownp93 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  36. Spitz 2005, p. 394.
  37. Spitz 2005, p. 412.
  38. Lennon (2006) p. 170-171.
  39. Miles (1997) p. 103.
  40. Spitz 2005, p. 436.
  41. Spitz 2005, p. 460-462.
  42. Lennon (2006) p. 180
  43. (en) « Beatles Browser Four (p1) », Bill Harry/Mersey Beat Ltd. (consulté le 4 juillet 2009)
  44. a et b Spitz 2005, p. 514.
  45. Miles (1997) p. 166-167.
  46. Google satellite photo of Lennon's home google.co.uk/maps.
  47. Lennon (2006) p. 204-206.
  48. a et b Lennon (2006) p. 209-211
  49. Lennon (2006) p. 223.
  50. Spitz 2005, p. 740.
  51. Spitz 2005, p. 740-741.
  52. Spitz 2005, p. 750.
  53. Anderson 2010, p. 74.
  54. Spitz 2005, p. 755.
  55. a et b Cynthia Lennon, « The Beatles, the Maharishi and me », The Times,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  56. Amit Roy, « Long and Winding Road to Rishikesh », The Telegraph, Kolkata,‎ (lire en ligne)
  57. Kane 2007, p. 61.
  58. Mulligan 2010, p. 105.
  59. Edmondson 2010, p. 101.
  60. Spitz 2005, p. 758.
  61. Kane 2007, p. 56.
  62. Lennon 2005, p. 281-282.
  63. Mulligan 2010, p. 108.
  64. Ryan 1982, p. 155.
  65. Spitz 2005, p. 772.
  66. Spitz 2005, p. 773.
  67. Edmondson 2010, p. 102.
  68. Coleman 1999, p. 464.
  69. Chris Hunt, « The Loves Of John Lennon », Lennon: The Life – The Legend – The Legacy: 25th Anniversary Issue, Uncut Legends,‎
  70. Brown et Gaines 2002, p. 273.
  71. Mulligan 2010, p. xxii.
  72. Michel Faber, « Imagine all the butties », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  73. Coleman 1999, p. 467.
  74. Edmondson 2010, p. 113.
  75. Cross 2004, p. 184.
  76. Lennon 2005, p. 300.
  77. Paris-Match : http://www.parismatch.com/People/Musique/Cynthia-premiere-epouse-de-John-Lennon-est-morte-737440

Bibliographie[modifier | modifier le code]