Louis Auzoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Auzoux
Image dans Infobox.
Lithographie de Lafosse (1867).
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Louis Thomas Jérôme AuzouxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Association normande (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Archives conservées par
signature de Louis Auzoux
Signature de Louis Auzoux.

Louis Thomas Jérôme Auzoux, né le à Saint-Aubin-d'Écrosville et mort le à Paris 6e, est un médecin anatomiste français.

Internationalement connu comme créateur de nombreux modèles anatomiques utilisés dans l'enseignement de la médecine humaine et vétérinaire, il a aussi conçu des modèles botaniques[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille d'agriculteurs de Normandie, il fait ses études à Bernay et obtient le baccalauréat en 1817. Il rejoint Paris pour faire des études de médecine. En 1918, il est externe dans le service de chirurgie du docteur Guillaume Dupuytren. En 1920, il devient interne dans l’hôpital des enfants dirigé par Alexis-René Baffos. Il se passionne pour l'anatomie et il expérimente des techniques de papier mâché pour construire des modèles anatomiques démontables. En 1922, il devient docteur en médecine avec une thèse sur l'anatomie de la vipère. De 1922 à 1925, il perfectionne sa technique au début sur des squelettes humains puis uniquement avec les pièces qu'il fabrique. En 1925, il réalise un modèle humain complet de 180 centimètres comprenant 66 pièces et présentant 356 détails anatomiques qui obtient un grand succès[3].

Pour répondre à la demande de copies, il établit en 1928 dans son village natal une fabrique de modèles, destinés à faciliter et à populariser l’étude de l’anatomie dans les écoles médicales du monde entier[4].

L’originalité du système qu’il a imaginé consiste dans la composition de pièces anatomiques artificielles, d’une exactitude rigoureuse, dont le principe est l'articulation d'une pièce anatomique en ses constituants élémentaires que l'observateur peut démonter et remonter à loisir pour en observer la forme, la taille et les rapports respectifs. Pour atteindre à son but, il a fait usage d’une pâte assez liquide pour prendre les empreintes les plus délicates sur les organes humains ou animaux. Soumise à des procédés de dessiccation spéciaux, cette pâte se prêtant parfaitement au coloriage acquérait une solidité qui assurait la durée des empreintes[5]. Celles-ci représentaient alors des organes ou des parties d’organes, montables et démontables, lui permettant d’exposer le fonctionnement des corps en toute clarté.

Exemple d'un modèle de Louis Auzoux : l’œil humain. La vidéo montre comment il est démonté pour accéder aux différentes parties.

Il a qualifié ce système d’« anatomie clastique »[a]. Auzoux a exposé lui-même sa méthode, dans l’ouvrage intitulé : Leçons élémentaires d’anatomie et de physiologie, ou Description succincte des phénomènes physiques de la vie, etc., à l’aide de l’Anatomie clastique[6]. Il ne s’est cependant pas borné à composer d’ingénieux modèles, mais a été lui-même un professeur d’anatomie des plus éminents[4].

On conçoit que certains organes de peu de volume ne pouvaient être démontables dans leurs proportions réelles, tels l’œil, l’oreille, le larynx, l’œuf humain, auxquels il a fait subir un grandissement notable. En vue d’aider à l’étude de l’anatomie des animaux, il s’est imposé la tâche de reproduire un type de chaque grande famille. C’est ainsi qu’il a composé un cheval comprenant deux cents pièces ; un dindon, un serpent, une vipère, un poisson (la perche de mer), un hanneton grossi (cinq cents fragments), une abeille grossie, un colimaçon comprenant six cents pièces[2].

Principe de fabrication des modèles anatomiques[modifier | modifier le code]

Le principe imaginé par le docteur Auzoux a consisté dans la production d’une pâte de papier et de liège coulée dans des moules puis pressée, selon la technique dite du papier mâché[7]. Pour les pièces simples et peu articulées, le plus souvent des agrandissements d’organe, il utilisait des moules en plâtre sur lesquels étaient placées successivement plusieurs couches de papier coloré enduit de colle. La colle humidifie le papier et lui fait épouser correctement les plus petits détails du moule ; les différentes couches permettent d’apporter la rigidité future de la pièce, en commençant par une couche de papier fin (env. 60 g/m2), puis en continuant avec des couches de papier plus fort (env. 125 g/m2). L’utilisation de papiers de couleurs différentes permettait de mieux se repérer entre les couches. Lorsque le relief était tourmenté, de petits fragments de papier déchiré permettaient de reproduire les plus petits détails. Plus de 12 couches de papier pouvaient être ainsi superposées. Le modèle brut ainsi obtenu était creux, léger et résistant.

Pour les pièces articulées, il imagina une pâte qui permettait d’acquérir la densité suffisante pour fixer des attaches, articuler les pièces entre elles et disposer des armatures métalliques pour les modèles de grande taille. Les moules utilisés étaient alors en alliage métallique. Les ouvriers réalisaient des coquilles cartonnées, plus fines que dans la technique précédente (3 à 4 couches de papier) puis y disposaient une pâte, la « terre », qui se composait de colle de farine, de papier finement déchiré, de filasse hachée, de blanc de Meudon et de poudre de liège, ce dernier composant étant réputé être l’élément essentiel à la réussite du moulage. Le moule était ensuite refermé et placé sous une presse qui, en plusieurs heures, compactait petit à petit la « terre » et l’étalait jusqu’aux plus minutieux détails.

L’usage de ce nouveau matériau a permis de mouler et de produire en série les modèles qui sont devenus abordables pour un plus large éventail d’institutions et de personnes[8]. Ces techniques sont exposées au Musée de l'écorché d'anatomie au Neubourg.

L'usine de fabrication des pièces anatomiques de Saint-Aubin-d'Écrosville[modifier | modifier le code]

Ateliers du Dr Louis Auzoux à Saint-Aubin-d'Écrosville.

Le succès considérable rencontré en France et à l'étranger par ses reproductions anatomiques d'une technicité et d'une précision inégalées l’ont amené à créer en 1828 une usine de production dans son village natal.

En 1831, il s’est rendu à Londres pour effectuer la démonstration de ses modèles et les proposer comme solutions possibles aux problèmes d’approvisionnement en cadavres à disséquer en Angleterre. Ses modèles ont généralement été bien reçus, tant dans la presse médicale que dans la presse générale. Le roi a même ordonné qu’un exemplaire soit envoyé au King’s College nouvellement créé à Londres[8].

Rapidement, les effectifs augmentèrent et, en 1868, plus de quatre-vingts personnes étaient nécessaires pour assurer la production des centaines de pièces expédiées chaque année dans le monde entier. En 1833 il créa un magasin au 8 rue du Paon, à Paris, qui se chargea aussi des expéditions de pièces en province et à l’étranger. À sa mort il laissait une collection exceptionnelle de pièces d’anatomie clastique internationalement reconnue et une fabrique prospère. En raison de la concurrence et de la multiplication des moyens d’apprentissage de l’anatomie (photographies, vidéos, internet, plastination, …), l’usine Auzoux passa dans les années 1980 à la fabrication de modèles en résine moins onéreux. Elle ferma définitivement au début des années 2000.

Ses papiers personnels sont conservés aux Archives nationales sous la cote 242AP[9].

Modèles botaniques[modifier | modifier le code]

Dè1860, Auzoux diversifie la production de l'usine de Saint-Aubin et commence à produire des modèles botaniques entièrement démontables – plantes à fleurs, graines, champignons – qui répondent aux besoins de l'enseignement[10],[11].

Modèles Auzoux dans des collections publiques[modifier | modifier le code]

Ses modèles ont été acquis par de nombreux établissements d'enseignement, facultés de médecine et écoles vétérinaires, non seulement en France, mais aussi dans d'autres pays d'Europe, ainsi qu'aux États-Unis[12] et en Asie, notamment au Japon[13] et en Inde[12]. Devenus pièces de collection, ces modèles, désormais inutilisés pour l'enseignement, sont aujourd'hui principalement conservés dans des musées.

En France[modifier | modifier le code]

Le modèle de cheval complet de l'École nationale vétérinaire de Toulouse.
Modèle de fleur, fruit et graines de Rumex.
Le modèle de grand écorché du musée de la médecine de l'université de Bruxelles.
Christophe Degueurce, professeur d'anatomie et directeur du musée Fragonard de l'École vétérinaire de Maisons-Alfort, a dirigé le travail de la thèse vétérinaire de Guillaume Ruiz consacrée à Louis Auzoux. Dans cette thèse consultable en ligne on trouvera les photographies de nombreux modèles anatomiques et zoologiques de Louis Auzoux. Une autre thèse vétérinaire consacrée plus particulièrement à l'entreprise Auzoux et à la diffusion internationale de ses œuvres a été soutenue en 2014 par Nicolas Chanal[3]. Le cheval conservé de l'École vétérinaire de Maisons-Alfort a fait l'objet d'un diplôme en conservation-restauration[17] en 2008 par Barbara Dumont à l'Institut National du Patrimoine, Paris.
  • L'École nationale vétérinaire de Toulouse possède une importante collection de pièces anatomiques animalières et aussi humaines qui témoignent de l'enseignement de l'anatomie et de la zoologie tel qu'il était pratiqué autrefois[18].
  • Le musée national de l'Éducation à Rouen conserve 32 modèles de botanique créés par les établissements Auzoux en 1877. Donnés au musée par le lycée Corneille de Rouen en 2007, ces modèles témoignent de l'usage scolaire de ces objets ainsi que de la reconnaissance alors nouvelle de l'enseignement de l'histoire naturelle[19].
  • L'École supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) de Paris conserve une importe collection de modèles Auzoux qui ont été restaurés, documentés et photographiés en 3D[20].
  • Le musée de Bretagne conserve une collection de modèles botaniques provenant de l'École nationale supérieure agronomique de Rennes[21].
  • La préparation à l'agrégation des SV-STU de l'Université Paris-Sud possède un écorché humain, un œil en papier mâché, et quelques autres modèles en plâtres provenant des établissements Auzoux. Ces objets sont conservés au sein d'un cabinet de curiosités créé en 2014, lors de la fête de la science[22].
  • L'Université Lyon 1 possède plusieurs modèles Auzoux (botaniques, zoologiques) dans ses collections gérées par le CEntre de Ressources pour les Sciences de l'Évolution[23].
  • L'université de Montpellier possède plus de 150 modèles anatomiques, dont certains classés Monuments historiques[24]
  • L'ESPE d'Aquitaine possède plusieurs modèles (écorché, œil, cerveau etc.)[25].
  • Le Muséum national d'histoire naturelle à Paris possède notamment un gorille en papier mâché daté de 1877[26]. Un autre exemplaire de gorille, réalisé d’après dissection d’un exemplaire réel, en possession de la libraire Alain Brieux en 2012, a fait l'objet d'une étude détaillée[27].
  • Le lycée Gambetta de Tourcoing possède une belle collection qui a fait l'objet d'une étude[28] et d'un ouvrage [29] du service régional d'inventaire des Hauts de France.
  • Le lycée Colbert (Paris) possède une collection de modèles anatomiques et naturalistes du Dr Auzoux. Ces modèles étaient réalisés avec du papier mâché, en superposant des couches de papier pour former une structure creuse qui pouvait, en changeant les couleurs du papier, donner une apparence réaliste ou symboliser le fonctionnement des organes[30].
  • L'université Rennes-I possède quelques éléments signés Auzoux. Une enquête du Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-arts de 1884 signale la présence dans les collections de zoologie de 32 pièces Auzoux (anatomie clastique et modèles en cire)[31].

Dans d'autres pays européens[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

Le Musée de la médecine de Bruxelles, qui conserve un modèle du « Grand Écorché »[32], a organisé un colloque intitulé Les modèles d’anatomie clastique du Docteur Louis Auzoux (1797-1880) : Etude, restauration et mise en valeur en [33].

Le registre des pièces conservées dans le cabinet d’anatomie humaine de l'université de Liège établi en 1854 mentionne que l’institution possède plusieurs modèles d'anatomie parmi lesquels « un larynx de grandes dimensions, cartilages, muscles, vaisseaux et nerfs - Acheté chez le Dr Auzoux, Paris, 1841 » et « une moitié de tête de grandes dimensions montrant la base du crâne, l’œil, l’oreille, les fosses nasales, la bouche, la langue, le pharynx, le larynx », acquise en 1843, ainsi qu'un œil, un ensemble larynx-bronches, ou encore un cœur de fœtus ; la trace de ces pièces anatomiques semble toutefois perdue, mais l'université de Liège possède encore trois modèles de champignons de la série du docteur Auzoux[34].

Italie[modifier | modifier le code]

Le Musée Luigi Rolando (it) de Turin possède un écorché de Louis Auzoux, datant de 1830 et composé de 129 pièces[35].

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Des modèles du docteur Auzoux font partie des collections du Musée Boerhaave à Leyde[36].

Suisse[modifier | modifier le code]

Un écorché anatomique du Dr Auzoux se trouvait à Yverdon, au collège mixte Pestalozzi. Il figure aujourd'hui dans les collections du Musée cantonal d'archéologie et d'histoire de Lausanne[37].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Le professeur James Law en conférence à l'université Cornell assis à côté du cheval d'Auzoux.

En 1867, un docteur américain a remarqué que « tout le monde connait le nom du docteur Auzoux, le célèbre fabricant de modèles anatomique dont les mannequins traversent l’Atlantique pour se retrouver dans chaque école de médecine aux États-Unis[38]. »

Une photo datant de 1894 montre James Law, fondateur du Cornell University College of Veterinary Medicine, en conférence dans un amphithéâtre assis à côté du cheval du docteur Auzoux.

Le Musée national d'histoire naturelle des États-Unis possède une série de modèles d'anatomie humaine[39].

Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Le Musée Whipple d'histoire des sciences de l'université de Cambridge conserve une collection comportant un modèle d'écorché de 60 cm[40], un modèle de fœtus humain[41], un modèle de hanneton[42], un modèle de mûre et un modèle de champignon (Russula emetica)[43]. Plusieurs autres modèles sans marque de fabricant sont aussi présumés être des modèles Auzoux[44].

Le musée d'anatomie de la faculté de médecine et de médecine vétérinaire de l'université d'Édimbourg possède aussi plusieurs modèles[36].

Japon[modifier | modifier le code]

Un modèle d'œil humain a été acquis en 1868 par la faculté de médecine de l'université de Tokyo[13].

Hommages, postérité[modifier | modifier le code]

Le monument Auzoux, devant l'église de Saint-Aubin-d'Écrosville.

Un monument avec un buste en bronze le représentant, réalisé par Louis-Émile Décorchemont, est inauguré en 1890, place de l'église à Saint-Aubin-d'Écrosville. Le monument qui lui a été érigé sur la place de l’Eglise, à Saint-Aubin, en face de ses ateliers de fabrication, est le produit d’une souscription, ouverte sur l’initiative de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure.

L’inauguration du monument a eu lieu le 18 mai 1890, sous la présidence de M. Halley, maire de Saint-Aubin. Prirent place sur l’estrade d’honneur MM. Izarn, vice-président de la Société libre de l’Eure, représentant le préfet du département ; Mme veuve Auzoux ; M. Tillot, sous-préfet de Louviers ; le docteur Fortin, président de l’Association des médecins de l’Eure ; 11. le docteur Semelaigne, de Paris ; Milliard, sénateur ; Thorel, député, conseiller général ; l’abbé Aubry, curé de Saint-Aubin ; Ferray, président du tribunal de commerce d’Evreux ; Ducy, maire d’Évreux ; Léon Petit, secrétaire de la Société libre de l’Eure ; Lelellier-Alaboisselle, trésorier ; Charpentier, Piélon, Lecointe, Bove, Cauët, Hay, Toussin et Tastemain, délégués de la Société ; Hector Duzoux, etc. Les discours d’usage ont été prononcés par AI, Halley, Izarn, Semelaigne qui a rappelé, dans les plus grands détails, sa vie de labeur. Après ce discours, Hector Auzoux, directeur des établissements de Saint-Aubin, son neveu, a remercié les souscripteurs et la municipalité d’avoir honoré la mémoire de l’illustre professeur d’anatomie qui fut, en même temps, le bienfaiteur de sa commune. Un banquet de 140 couverts a terminé la fête d’inauguration[45]. Sous le régime de Vichy, le buste est déboulonné et fondu dans le cadre de la mobilisation des métaux non ferreux ; le bas-relief, à la base du monument, représentant le docteur Auzoux donnant un cours d’anatomie est inséré dans un nouveau monument[46].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Anatomie clastique du Dr Auzoux : tableau synoptique du cheval, Paris, l'auteur, , 52 p., 1 vol. ; in-8° (lire en ligne sur Gallica).
  • Leçons élémentaires d'anatomie et de physiologie humaine et comparée, Paris, Labé & J. Dumaine, , 2e éd., xv-448, 1 vol. ; in-8° (lire en ligne sur Gallica).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du grec klastos : mis en morceaux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/POG/FRAN_POG_05/p-1iwndr6qn-1e6vlgs72w0r6 »
  2. a et b (en) Margaret Olszewski, Designer Nature : The Papier-mâché Botanical Teaching Models of Dr Auzoux in Nineteenth-Century France, Great Britain and America, Cambridge University, Thèse de doctorat, .
  3. a et b Nicolas Chanal, L'anatomie clastique de Louis Auzoux : une entreprise au XIXe siècle, École nationale vétérinaire d'Alfort, , 140 p., thèse de doctorat de médecine vétérinaire (lire en ligne).
  4. a et b Ministère de l'éducation nationale et Musée national des monuments français, Inventaire général des richesses d’art de la France : Province : Monuments civils, Paris, E. Plon, , 604 p. (lire en ligne), p. 163-4.
  5. (en) Audrey B. Davis, « Louis Thomas Jerome Auzoux and the papier maché anatomical model », dans C. Piacenti (ed.), La ceroplastica nella scienza e nell’ arte. Atti del I congresso internazionale, Firenze 3-7 giugno 1975, Florence, L. S. Olschki, , xiv, 458, 26 cm (OCLC 889092947, lire en ligne), p. 257-79.
  6. Dominique Pain, L’Anatomie clastique : une affaire normande au XIXe siècle, Caen, Thèse de doctorat, (OCLC 490995342).
  7. Guillaume Ruiz (Thèse de doctorat vétérinaire), « Les Modèles en papier mâché du Docteur Auzoux au musée de l’École vétérinaire d'Alfort », (consulté le ).
  8. a et b (en) Anna Maerker, « Between Profession and Performance : Displays of Anatomical Models in London, 1831-32 », Histoire, médecine et santé, Paris, no 5,‎ , p. 47-59 (lire en ligne, consulté le ).
  9. Archives nationales.
  10. Valérie Collet, « Les incroyables modèles botaniques du Docteur Auzoux », sur magazine.hortus-focus.fr, 20janvier 2019 (consulté le ).
  11. « Les modèles botaniques en papier mâché du docteur Auzoux », sur bretagnemusees.bzh/ (consulté le ).
  12. a et b (en) Rina Knoeff et Robert Zwijnenberg, The Fate of Anatomical Collections, Oxon, Routledge, coll. « The History of medicine in context », , 336 p. (ISBN 978-1-4094-6815-8, lire en ligne), p. 138-139.
  13. a et b (en) S. Mishima, The History of Ophthalmology in Japan, Amsterdam, Wayenborgh, coll. « Hirschberg History of Ophthalmology: The Monographs » (no 10), , 466 p. (ISBN 978-90-6299-899-9 et 90-6299-899-2, lire en ligne), p. 226.
  14. Musée de l’Écorché d'Anatomie du Neubourg.
  15. Le Musée Fragonard.
  16. Guillaume Ruiz et Christophe Degueurce, « Les modèles d'anatomie clastique du Docteur Auzoux au musée de l’École vétérinaire d'Alfort », Bulletin de la Société française d'Histoire de la Médecine et des Sciences Vétérinaires, vol. 9,‎ , p. 35-49 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  17. « Conservation-restauration d'un Ecorché de cheval en carton moulé et peint de Louis Auzoux appartenant au Musée Fragonard », sur mediatheque-numerique.inp.fr (consulté le ).
  18. Service communication ENVT, « L'Ecole Vétérinaire de Toulouse a lancé depuis le 18 avril une opération de crowdfunding « Restaurons les modèles du Docteur Auzoux ! » », Patrimoine scientifique, sur École nationale vétérinaire de Toulouse, (consulté le ).
  19. Les modèles botaniques Auzoux et les collections scientifiques du Lycée Corneille (Rouen).
  20. « ESPE de Paris - Inventaire collection Auzoux » (consulté le ).
  21. « Base des collections du Musée de Bretagne », sur Musée de Bretagne (consulté le ).
  22. Université Paris Saclay, « Œil d’Auzoux : agrandissement de l’œil humain pouvant être démonté », sur collecsciences (consulté le ).
  23. ENS de Lyon, « Des géants de papier, les modèles pédagogiques du Dr. Auzoux », sur Département de biologie (consulté le ).
  24. Prodiges de la nature, Montpellier, 2017.
  25. « Education PatriVal » (consulté le ).
  26. Pauline Morlot, « Quelle conservation-restauration pour les objets pédagogiques des collections universitaires et muséales », La Lettre de l'OCIM, vol. 143,‎ , p. 5-13 (lire en ligne, consulté le ).
  27. P. Le Floch-Prigent, J.-B. Gillot et J.-P. Barbet J.-P., « Gorilla gorilla: un mannequin anatomique, démontable, grandeur nature du 19ème siècle, en papier mâché de la maison Auzoux, exemplaire non coloré », ARS Medica Tomitana, vol. 1(72),‎ , p. 46-50 (DOI 10.2478/arsm-2013-0008).
  28. « Recherche - Inventaire Général du Patrimoine Culturel », sur patrimoine.hautsdefrance.fr (consulté le ).
  29. Karine Girard, Le Lycée Gambetta de Tourcoing : une histoire militante : Hauts-de-France, Hauts de France, , 144 p. (ISBN 978-2-36219-149-7 et 2-36219-149-4).
  30. « Les modèles anatomiques en papier mâché du docteur Auzoux vers 1820 », sur La boite verte, (consulté le ).
  31. Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Enquêtes et documents relatifs à l'enseignement supérieur. Situation matérielle et collections des facultés des sciences., , p. 69.
  32. « De Meesterwerken: "Le Grand Ecorché" de Louis Auzoux », sur www.bruzz.be, (consulté le ).
  33. T., L. de Merode, Marion Gouriveau et A.S. Hanse, « Colloque international, Bruxelles, Musée de la Médecine, 14 octobre 2016 : “ Les modèles d’anatomie clastique du Dr Auzoux (1797-1880). Étude, restauration et mise en valeur ” », e.sfhm : Supplément de la revue Histoire des Sciences médicales, no 2,‎ , p. 28-37 (ISSN 2492-4563, lire en ligne, consulté le ).
  34. Mélanie Cornélis et Geneviève Xhayet, « Sur les traces du Docteur Auzoux à l’université de Liège », e.sfhm : Supplément de la revue Histoire des Sciences médicales, no 2,‎ , p. 38-39 (ISSN 2492-4563, lire en ligne, consulté le ).
  35. (it) « Due nuovi musei scientifici a Torino », sur web.quotidianopiemontese.it/, (consulté le ).
  36. a et b Gouriveau 2018, p. 76.
  37. Claire Brizon, Vincent Fontana, Pierre Crotti et Claire Huguenin, « Musée cantonal d’archéologie et d’histoire », PatrimoineS. Collections cantonales. Héritage en devenir, no 3,‎ , p. 68-81.
  38. (en) Medical and Surgical Reporter, no 17, 1867, p. 496.
  39. Smithsonian National Museum of American History - Artificial anatomy : papier-mâché anatomical models .
  40. (en) Anna Maerker, « Human models », Explore Whipple Collections, sur Whipple Museum of the History of Science, University of Cambridge, (consulté le ).
  41. (en) Anna Maerker, « Foetus models », Explore Whipple Collections, sur Whipple Museum of the History of Science, University of Cambridge, (consulté le ).
  42. (en) Anna Maerker, « Animal models », Explore Whipple Collections, sur Whipple Museum of the History of Science, University of Cambridge, (consulté le ).
  43. (en) Anna Maerker, « Plant models », Explore Whipple Collections, sur Whipple Museum of the History of Science, University of Cambridge, (consulté le ).
  44. (en) Anna Maerker, « Plant models in the Whipple's collection », sur whipplemuseum.cam.ac.uk (consulté le ).
  45. Inauguration du buste du docteur Auzoux à Saint-Aubin d’Écrosville le 18 mai 1890. Compte rendu. Évreux, Hérissey, 1890. gr. in-8° de 41 pages avec planche.
  46. « Monument au docteur Auzoux », sur anosgrandshommes.musee-orsay.fr (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Johann-Günther Egginger, Belles plantes ! : Modèles en papier mâché du Dr Auzoux, Réseau Canopé, , 48 p. (ISBN 978-2-240-04773-1)
  • Collectif, Prodiges de la nature : les créations du docteur Auzoux (1797-1880), Collections de l’Université de Montpellier, Montpellier, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction régionale des Affaires culturelles, Monuments historiques et objets d’art d’Occitanie, , 87 p. (ISBN 978-2-11-139700-2, présentation en ligne, lire en ligne [PDF])
  • Christophe Degueurce, Corps de papier : l’anatomie en papier mâché du docteur Auzoux., Paris, editions de La Martinière, .
  • Marion Gouriveau, « La fabrication des modèles anatomiques en papier-mâché du docteur Auzoux », dans Claude Laroque & Valérie Lee (dir.), papiers en volumes, traditions asiatiques et occidentales : Actes de la journée d'études du 4 novembre 2016, Université de Paris-Sorbonne, HiCSA, (lire en ligne), p. 76-100.
  • Patrice Le Floch-Prigent, J.-B. Gillot et J.-P. Barbet, « Gorilla gorilla: un mannequin anatomique, démontable, grandeur nature du XIXe siècle, en papier mâché de la maison Auzoux, exemplaire non coloré », ARS Medica Tomitana, vol. 1, no 72,‎ , p. 46-50 (DOI 10.2478/arsm-2013-0008, lire en ligne, consulté le ).
  • Christophe Degueurce, « Les collections de modèles anatomiques équins de Louis Auzoux, une collection à constituer », In Situ [online] : Revue des Patrimoines, vol. 27,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :