Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure
Image illustrative de l’article Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure
Sceau de la Société.
Nom original Société libre d'agriculture et de commerce du département de l'Eure
Fondation 1798
Discipline Agriculture, techniques nouvelles, littérature, histoire, archéologie, traditions populaires, médecine
Objectifs Promouvoir le progrès sous toutes ses formes
Pays Drapeau de la France France
Ville Évreux
Langue Français
Président Jean-Pierre Raux
Secrétaire général Patrice Guislin
Affiliation Comité des travaux historiques et scientifiques
Site web www.societe-libre-eure.org

La Société libre d'agriculture, arts, sciences et belles-lettres de l'Eure, en abrégé Société libre de l'Eure est la plus ancienne société savante du département de l'Eure. Ses membres, les institutions, la presse, la désignent généralement sous l'appellation simplifiée de la Société libre de l'Eure.

Elle a son siège à Évreux, dans le bâtiment des Archives départementales de l'Eure.

Elle est présidée depuis 2008 par Jean-Pierre Raux, également président du Cercle généalogique de l'Eure et de l'Union des cercles généalogiques et héraldiques de Normandie.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1798, le directoire exécutif du département de l'Eure, ancêtre de l'actuel conseil général de l'Eure, lance l'idée d'une société pour promouvoir et améliorer les pratiques et techniques agricoles.

Cette idée se concrétise le 4 prairial an VI par la création de la « Société libre d'agriculture et de commerce du département de l'Eure », qui connaît rapidement un vif succès et se diversifie. De grandes sociétés de l'Eure fusionnent en son sein durant les XIXe et XXe siècles.

En 1830, elle prend son nom actuel de « Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure », et se donne pour but de promouvoir le progrès sous toutes ses formes : agriculture (concours et comices agricoles), techniques nouvelles, littérature, histoire, archéologie, traditions populaires, médecine (action en faveur des prémices de la vaccination), etc.

En 1832, elle est reconnue d'utilité publique par le roi Louis-Philippe Ier.

Elle est présidée par de grands noms du département de l'Eure : préfets, conseillers généraux, parlementaires.

Les historiens et archéologues de l'Eure écrivent dans le Recueil des travaux de la Société libre d'agriculture, arts, sciences et belles-lettres de l'Eure et prononcent des conférences.

Dans le département de l'Eure, la Société libre est à l'origine de nombreux monuments et plaques commémoratives à la mémoire de nombreuses savants, artistes, écrivains et personnalités diverses.

En 1967, la section culturelle de la Société libre de l'Eure est relancée.

En 1971, la revue trimestrielle Connaissance de l'Eure sort son premier numéro réalisée par Jean Saussaye selon le format de sa propre revue Nouvelles de l'Eure.

Depuis, Connaissance de l'Eure continue à paraître régulièrement et la Société libre organise toujours conférences et sorties culturelles.

Une exposition organisée aux Archives départementales de l'Eure du 4 juin au 1er octobre 2009 retrace l'histoire et les activités de la Société libre de l'Eure.

Liste des présidents de la Société libre de l’Eure depuis sa réorganisation en 1832[modifier | modifier le code]

Cette liste recense les présidents de la société à partir de 1832 [1].

Après la Seconde Guerre mondiale :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recueil des travaux de la Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure, fondée en 1807, reconnue d’utilisé publique le 11 juin 1832, VIIIe série, tome septième, années 1933-34-35-36, Évreux, 1937, impr. Hérissey, AD Eure, RV 17-61, p. 296-300.
  2. « Notice LH/123/7 de Pierre Roger comte de Barrey, maire de Verneuil », base Léonore, ministère français de la Culture.
  3. « Éloge funèbre de M. Émile Picot, membre de l'Académie, par le président de séance. », sur http://www.persee.fr, (consulté le 11 octobre 2016)
  4. Annuaire des contemporains; notices biographiques[1].
  5. Liens familiaux avec la commune de Louye.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]